On ne sait pas vivre sans glaciers

On ne sait pas vivre sans glaciers

On ne sait pas vivre sans glaciers, génétiquement, on n’a pas ça dans notre ADN. Si on perd les glaciers, on va vers quelque chose où l’on sort complètement des radars de l’histoire de l’humanité, de l’histoire récente du vivant sur la planète, et on prend quand même des gros risques.

Jean-Baptiste Bosson, glaciologue

En 2050, à cause des émissions de gaz à effet de serre, tous les glaciers des Pyrénées et 34% du volume de glace dans les Alpes européennes auront disparu. Quelles sont alors les conséquences de la fonte des glaciers ? Biodiversité, écosystèmes, ressources, territoires, populations… Les conséquences semblent être multiples

Bien que les glaciers nous paraissent parfois lointains, nous sommes intimement liés à eux, et leur fonte extrêmement rapide et massive est un phénomène inédit auquel nous devons prêter la plus grande attention comme le dit si bien Jean-Baptiste Bosson.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de rappeler qu’il s’agit de parler des glaciers condamnés et dont la fonte à grande échelle est inévitable. Il reste de nombreux glaciers de montagne à préserver.

Sommaire des enjeux abordés dans l’article :

  • Un bouleversement de la biodiversité et des écosystèmes
  • Des sécheresses à répétition et une gestion de l’eau perturbée
  • Faire face à une instabilité climatique en montagne et dans les pratiques
  • Les glaciers, de véritables régulateurs du climat
  • Comment sommes-nous liés aux glaciers ?
Un bouleversement de la biodiversité et des écosystèmes

Le recul des glaciers de montagne affecte tout d’abord la nature elle-même, avec toute sa biodiversité et ses écosystèmes. D’après le GIEC, la composition et l’abondance des espèces de montagne ont considérablement changé avec la réduction des couvertures neigeuse et glaciaire. Les espèces locales sont de plus en plus menacées, notamment pour celles qui dépendent directement de la glace. Quand les glaciers disparaissent, c’est tout un habitat naturel qui disparaît avec eux : c’est le cas notamment du petit invertébré tardigrade qui vit auprès des glaciers.

Comme nous le rappelle Jean-Baptiste Bosson, “La nature a horreur du vide. Si on perd quelque chose d’un côté, on gagne quelque chose de l’autre”. Là où vivaient les glaciers auparavant, on observe l’apparition de nouveaux habitats vêtus de cailloux de sédiments, de nouvelles rivières, de nouveaux lacs, de nouvelles pelouses… ainsi que l’arrivée de nouvelles espèces dans ces zones comme le cerf, ayant besoin de forêt pour vivre.

Mais ce phénomène ramène de la compétition entre les espèces avec le développement d’espèces “exotiques” envahissantes pour celles déjà installées depuis longtemps. La fonte des glaciers questionne donc les différentes habitabilités de la Terre et tend à bouleverser la biodiversité actuelle.

Des sécheresses à répétition et une gestion de l’eau Perturbée

Les glaciers permettent de réguler le courant des rivières qui va inévitablement être perturbé par leur fonte. Sur le long terme, comme la régénération glaciaire est réduite, le volume d’eau qui coule dans les rivières de montagne sera de plus en plus faible et rendra les périodes de sécheresse de plus en plus intenses.

« Les glaciers sont comme un immense compte en banque à la base, qui se superpose au cycle de l’eau. Ce compte en banque devient très petit et de ce fait, les débits diminuent parce qu’on perd de ce surplus qu’était le stock. »

Jean-Baptiste Bosson, glaciologue

Cette image est frappante et nous invite à économiser drastiquement ce stock. Au vu des sécheresses de l’été 2022 et de l’hiver 2023, cet enjeu est de la plus haute importance. Les glaciers de montagne sont les châteaux d’eau de nombreuses régions du monde, et permettent de mettre en place l’irrigation et l’énergie hydro-électrique. Tous ces phénomènes vont être affectés et avoir des impacts sur nos usages quotidiens, sur l’agriculture, ainsi que sur l’électricité, en touchant en priorité les populations locales.

Selon les années, les glaciers des Alpes représentent environ 40% du débit du Rhône. Sans glaciers, le débit du Rhône tend à diminuer drastiquement, surtout en été où le besoin en eau est le plus important. La vallée du Rhône, avec environ 12 000 000 habitants et une grande zone de production maraîchère, va être fragilisée. De plus, l’eau sera de plus en plus chaude et les centrales électriques seront plus difficiles à refroidir.

En mars 2023, le lac des Bouillouses dans les Pyrénées-Orientales, alimenté par les précipitations et les glaciers, a vu stopper sa production hydroélectrique par manque d’eau. L’eau et les glaciers sont une richesse énergétique essentielle, aujourd’hui mise en péril. Et pour en savoir plus sur les glaciers des Pyrénées, retrouve notre article sur le sujet ici.

Faire face à une instabilité climatique en montagne et dans les pratiques

L’été, les fortes chaleurs et la fonte des glaciers accélérée engendrent une hausse du débit des rivières. En été 2023, cela a été difficile pour certains refuges, notamment dans les Ecrins. Alors que certains ont fermé par manque d’eau, la fonte des glaciers combinée à des orages violents ont provoqué des crues torrentielles comme au refuge Châtelleret dans l’Oisans où certaines installations ont été endommagées par un torrent de boue emportant avec lui d’énormes blocs de pierre. Ces crues-là sont amenées à se répéter, provoquant un risque récurrent à prendre en compte.

Les glaciers représentent un héritage culturel précieux dans nos vallées. L’effondrement de ce patrimoine naturel va avoir des effets néfastes sur nos pratiques en montagne qu’il est nécessaire de réinventer. En termes de sécurité, certains itinéraires deviennent dangereux dû à des éboulements dévastateurs. On se rappelle de l’effondrement d’une partie du glacier de la Marmolada en Italie en 2022 qui a provoqué la mort de plusieurs personnes. En France la même année, l’accès au couloir du Goûter pour l’ascension du Mont Blanc était interdite à cause de chutes de pierres dues à l’assèchement du couloir. Dans certaines régions, des pratiques sont amenées à disparaître : le club alpin français de Perpignan n’a pas pu organiser de sorties de cascade de glace en 2024 comme c’était le cas auparavant. 

Il est aussi important de relever que les activités en montagne sont directement liées au tourisme et à l’économie locale, qui risquent également de souffrir de la fonte des glaciers qui inquiète notamment les guides de haute montagne.

Luc Moreau

Arthur Vaillant

Les glaciers : de véritables régulateurs de climat

Les glaciers, en couvrant 10% des terres émergées de la planète, ont un véritable rôle de régulateurs du climat. Connu sous le nom d’effet albédo, leur surface blanche contribue à renvoyer une grande majorité du rayonnement solaire et à réguler le réchauffement planétaire et leur fonte. Pour en savoir plus, retrouve notre article sur le lien entre neige et glace ici.

« La température de l’eau des rivières sur plus que 100 km, en s’éloignant des glaciers du  Massif du Mont-Blanc, est encore de 13° alors que les autres rivières sans glaciers autour ont une température de l’eau d’environ 20°. » Ce que veut nous dire Jean-Baptiste Bosson, c’est que les glaciers permettent de créer des microclimats, auxquelles on s’est habitués et sur lesquels on s’est développés, en ventilant et rafraîchissant tout une vallée par exemple. 

Ils permettent aussi aux scientifiques de surveiller les évolutions du climat. En effet, la neige, en se compactant pour devenir de la glace, va piéger des bulles d’air. En les analysant, nous pouvons connaître l’histoire du climat avec la composition de l’atmosphère depuis 800 000 ans.

Les glaciers sont nos meilleurs alliés pour comprendre ce qui s’est passé jusqu’à maintenant depuis les 800 000 dernières années.

Et sans l’Homme, il n’y a pas de changement climatique profond en ce moment sur Terre. Aujourd’hui, aucun pays ne respecte ses engagements climatiques et ne comprend l’urgence de l’enjeu. Il y a un boulot énorme à faire et on écoute pas assez cette voix des glaciers.

Jean-Baptiste Bosson, glaciologue

Leur perte signifie une réduction des données disponibles pour observer les futurs changements du climat à l’échelle locale, alerter sur ces derniers et les anticiper. Et, rappelons-le, le travail des scientifiques est primordial pour nous permettre d’agir sur le changement climatique et anticiper au maximum. Ce dont ils témoignent n’est pas le fruit d’un changement naturel mais bien d’un changement dû activités humaines qu’il est essentiel de prendre en compte. Ce que l’on vit est inédit et doit nous alerter quant aux nouvelles conditions d’habitabilité de l’humain sur la planète Terre. Peut-être est-ce dans l’écoute de ce que les glaciers ont à nous dire que nous devons user de nos efforts ?

Comment sommes-nous liés aux glaciers ?

Les glaciers, les forêts, les animaux, n’importe quoi qui te connecte à la nature, plus tu t’y connecte, plus ça s’horizontalise, et tu te rends compte que tu fais partie de cette bonne histoire des glaciers. Mais les glaciers, comme le phoque, comme la petite fleur qui pousse sur ton balcon, la biodiversité, le vivant, le non vivant sur Terre, tout ce qui nous entoure, tout cela nous rattache à l’histoire de la vie, au cosmos, à nos enfants qui arriveront après nous, ça nous connecte à une grande ligne qui parle d’un passé lointain et qui va très loin dans le futur et dans laquelle on est un tout petit maillon. 1

Jean Baptiste Bosson, glaciologue

Depuis l’existence de l’homo sapiens il y a 300 000 ans, les grands glaciers ont toujours été présents en influançant le climat dans lequel on vit et dans lequel on a développé notre habitabilité. Sans glaciers, la température de la Terre serait beaucoup plus élevée et le niveau marin beaucoup plus haut.Comme mentionné au début de l’article, pour Jean-Baptiste, c’est très clair : “On ne sait pas vivre sans glacier, génétiquement, on n’a pas ça dans notre ADN. Si on perd les glaciers, on va vers quelque chose où l’on sort complètement des radars de l’histoire de l’homme, de l’histoire récente du vivant sur la planète et on prend quand même des gros risques.”

Parce que c’est aussi cela, ressentir les conséquences de la fonte des glaciers, c’est nous questionner sur leur place dans ce monde et son rôle important, plus encore que notre propre existence. Ils sont avant nous habitants et composantes de la Terre, mais souffrent d’autant plus de ce réchauffement climatique qui nous accable. Qu’attendons-nous pour écouter cette voix qui nous alerte ?

Il est urgent d’agir pour préserver les glaciers qui résistent encore aux effets du changement climatique, ce qui ne se fera pas sans une volonté collective et politique forte dans le sens de la réduction des émissions de gaz à effets de serre.

Par Nicolas Vaillant, bénévole La Voix des Glaciers.


  1. Réflexion inspirée de la mention du livre de Bernadette Bensaude-Vincent intitulé “Temps-paysage: Pour une écologie des Crises”. Elle nous invite à penser l’humain et le non-humain -vivant et non vivant- sur une même échelle. A savoir que nous sommes tous composés de lignes et que l’enchevêtrement de ces lignes forme notre existentialité au sein même du paysage. Il s’agit alors de sortir de notre situation surplombante pour nous plonger dans l’immanence et reconsidérer ce qui nous entoure, ici la nature..

N PY récompense l avion et ignore le train

N PY récompense l avion et ignore le train


On passe parfois à côté d’infos qui méritent l’expression de notre mécontentement citoyen : cet hiver, N’Py (un groupement de 8 stations dans les Pyrénées) proposait d’offrir 2 jours de forfait de ski aux personnes prenant l’avion de Paris à Tarbes grâce à un partenariat avec l’aéroport de Tarbes/Lourdes et la compagnie Volotea.
Une offre lunaire, à l’heure où les rapports s’enchainent les uns après les autres, pour montrer à quel point nous fonçons dans le mur, à quel point chaque hiver est pire que le précédent…

Si certains pourraient défendre ça en expliquant que ça ne représente pas un si “grand” nombre de personnes, l’offre nous fait bondir pour 2 raisons principales : 
– l’empreinte des personnes venant en avion par rapport à si elles venaient en train est quand même majeur
– surtout, le symbole est catastrophique

Pendant que l’on se bat pour que les choses avancent en terme de mobilité, que le réseau ferroviaire s’améliore, que l’on alerte sur l’impact des transports qui ne faiblit pas… Voir de telles offres constitue un déni de la réalité scientifique. 
Il y a quelques semaines, nous partageions un article sur la situation dramatique des glaciers pyrénéens et leur rôle de lanceurs d’alerte. il faut croire que même les stations les plus proches n’entendent pas les cris de ces derniers.

Mais passé l’indignation, on s’est dit qu’il fallait agir et partager cette dernière aux acteurs du terrritoire. On a écrit une lettre ci-dessous invitant au dialogue et au changement sur ce sujet, envoyée il y a plusieurs semaines. 
Nous n’avons cependant pas encore eu de réponse, malgré des retours d’acteurs du territoires nous partageant que des stations de N’PY n’étaient pas au courant de l’initiative, et qu’un dialogue avait commencé en vue de l’hiver prochain.

Alors pour nous aider à faire réagir, vous pouvez déjà écrire via leur formulaire de contact pour les interpeller (interpeller ne veut pas dire insulter, restons bienveillants et portons un message constructif), afin de partager à N’PY ce que vous pensez de l’initiative et ce que vous aimeriez voir être mis en place. Et si vous êtes sur le territoire, n’hésitez pas à solliciter les élus/professionnels des stations concernées.

La Cour des Comptes accable les stations de montagne

La Cour des Comptes accable les stations de montagne

Il y a quelques jours, la Cour des Comptes 1 a publié un rapport nommé “Les stations de montagne face au changement climatique”. Un rapport plutôt critique, qui a fortement fait réagir des acteurs des territoires de montagne, tant associatifs qu’économiques.
Chez POW on a pris le temps de lire le rapport, lire les critiques et surtout de se rendre compte qu’il manquait un élément majeur dans toutes les discussions. On vous en parle !

D’abord, que dit ce rapport ?

Le rapport de la Cour des Comptes avait pour objectif “de préciser les conséquences du changement climatique sur le tourisme hivernal en montagne et d’examiner comment les stations s’y sont adaptées.” partant du postulat que la France est “une destination majeure pour le tourisme hivernal” (2ème au rang mondial en termes de visiteurs). Une bonne chose en soi selon nous qu’un organe indépendant comme la Cour des comptes existe et puisse établir des rapports et émettre des recommandations sur des secteurs aussi importants.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rapport pointe du doigt un certain nombre de problèmes sur la façon dont les stations de montagne s’adaptent face au changement climatique.
Dans la synthèse du rapport (ici), le sommaire donne le ton d’emblée :
1/ Le modèle du ski français s’essouffle»
2/ Les politiques d’adaptation restent en deçà des enjeux
3/ La nécessité d’une gouvernance élargie et d’une meilleure préservation des ressources naturelles
4/ Un subventionnement public significatif et croissant

La Cour des comptes épingle notamment des stratégies d’adaptation encore trop centrées sur le tout ski avec trop peu d’efforts selon le rapport consacrés à la diversification des activités, et la production de neige de culture comme principal recours face au manque de cette dernière. Un constat qu’il est difficile de contester au vu des actualités sur le sujet qui fleurissent chaque année, comme la récente polémique qui enfle sur la neige récupérée et transportée par camion dans les Vosges.

Notre position là-dessus est que diriger la majeure partie des subventions vers des solutions technologiques témoigne d’une vision trop court-termiste et ne peut répondre que très partiellement à la nécessité de s’adapter face aux réalités environnementales actuelles et futures.

La production de neige permet de fiabiliser l’enneigement à court terme. Mais, elle ne constitue qu’une protection relative et transitoire contre les effets du changement climatique. Son coût est en effet important et son efficacité tend à se réduire avec la hausse des températures : dans certains cas, la production de neige peut tendre vers une mal-adaptation.

Extrait du rapport de la Cour des Comptes

Des conclusions contestées par certains professionnels de la montagne

Face au rapport accablant, des réactions et notamment de vives critiques sur les propos et la méthodologie de ce dernier ont été partagées.
L’ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne), l’ANMSM (Associations Nationale des Maires de Stations de Montagne) et Domaines Skiables de France 2 ont publié un communiqué commun pour «exprimer leur déception» et regretté le fait que la Cour des Comptes soit «restée sourde aux acteurs de terrain».
Selon eux, le panel de stations choisi ne serait pas assez représentatif (42 stations réparties sur tous les massifs ont été contrôlées) avec trop peu de ”grosses” stations dans l’échantillon.
Toujours selon eux, «ce rapport ne tient pas compte non plus de l’engouement persistant des clientèles pour les sports de neige».

Parmi les nombreuses contestations, une réponse directe sur le neige de culture qui améliorerait «nettement le modèle économique des domaines skiables et sa résilience aux aléas météorologiques sur les 3 à 5 mois d’une saison d’hiver. Ce point est démontré par les études Climsnow désormais largement répandues».
Problème selon nous ? Les résultats des études Climsnow ne sont pas accessibles publiquement. Donc dans un souci de transparence, notamment pour un secteur qui touche de nombreux fonds publics, il serait plus que souhaitable que ces études soient communiquées et accessibles à n’importe qui. Cela permettrait de répondre sur le fond et la pertinence (ou non) des résultats de ces études.

En attendant, comme à notre habitude, on a mis un peu de temps à réagir chez POW. On a préféré laisser la course aux réponses se faire sans nous, le temps d’éplucher le rapport et lire les différents retours. Et ça tombe bien, parce qu’une critique sur le rapport, on en a une de taille !

L’éternel oublié 

Quand on a vu qu’un rapport de la Cour des Comptes était sorti sur l’adaptation des stations de ski face au changement climatique, chez POW on n’attendait qu’une chose : est-ce qu’on va parler du transport ?

On le rappelle une énième fois : le transport est à la fois le principal secteur d’émissions de GES (Gaz à effet de serre) à échelle nationale (32% des émissions, loin devant tous les autres secteurs), mais il l’est d’autant plus pour la montagne puisque 57% des émissions environ d’une station sont attribuées au transport 3
Alors forcément, dans un tel rapport, on espérait que ce sujet incontournable soit abordé au moment de parler de stratégies d’adaptation.

Spoiler : ce n’est pas le cas.

A aucun moment dans le rapport complet n’est abordée la question de la mobilité des vacanciers ou des habitants. Pas de mention de l’impact de la voiture, avec la nécessité de mettre en place des stratégies de développement du ferroviaire et d’accélération du report modal concernant le dernier kilomètre pour les visiteurs français. Pas de mention non plus du trafic aérien en pointant du doigt la quantité de visiteurs lointains et l’impact majeur qui en découle. (Exemple avec la Clusaz dont les émissions des visiteurs long courrier représentent 2% en volume, mais 33% de l’impact carbone du transport pour la station) 4 . Pas un mot non plus sur l’importance d’accompagner de manière bien plus forte les habitants des territoires de montagnes encore massivement dépendant à la voiture. 

Comment la mobilité peut-elle être autant absente d’une telle analyse et des recommandations qui en découlent, compte-tenu de son rôle prépondérant dans le réchauffement de nos montagnes, sans parler de son impact sur la pollution de l’air ?

Qu’il s’agisse de l’acheminement par voie aérienne des clientèles toujours plus éloignées, de la place prépondérante de la voiture thermique dans le transport des français à destination de la montagne, ou du manque de solutions pour la mobilité du quotidien pour les habitants des territoires concernés, le rôle pivot de la mobilité est transverse à tous les sujets évoqués dans le rapport : élargissement de la gouvernance, tourisme “4 saisons”, utilisation des finances publiques pour l’adaptation des stations, etc.

Extrait de notre lettre envoyée à la Cour des Comptes

On ose penser que si la mobilité est absente des conclusions, c’est que les analystes ont estimé que la responsabilité des transports n’est pas directement imputable aux stations de montagne, ou que le problème est plus large. Mais comment sortir de l’inaction si chaque acteur ne joue pas son rôle : les élus locaux attendent que la Région fasse davantage, la Région demande plus d’aide de l’Etat, l’Etat dit à la Région de faire mieux, la Région dit à la SNCF de faire plus avec moins, tout le monde dit que c’est trop cher et pas rentable… Et à la fin, pas grand chose ne bouge, voire tout recule, et la part du transport dans le bilan carbone français ne cesse d’augmenter depuis près de 35 ans.

Et si la raison de cette absence serait justifiable pour certains par le fait que c’est un rapport sur l’adaptation et que la mobilité est plus souvent de l’ordre de l’atténuation, l’aspect transverse des transports sur les éléments mentionnés nous invite à penser qu’elle aurait dû avoir plus de place dans le rapport.

Pour faire remonter ce qui nous semble un oubli majeur, ou un manque de considération concernant ce sujet, nous avons écrit une lettre au Premier président de la Cour des Comptes (accessible ici) afin de lui exprimer notre regret et d’appuyer le fait que Protect Our Winters France est disponible pour partager son expertise du sujet concernant les territoires de montagnes et porter la voix de nombreux pratiquants pour qui ce sujet est un problème majeur et récurrent.

Plus d’argent, plus de concertation ?

Pour conclure, on souhaiterait appuyer sur un autre point pas assez mis en avant selon nous par la Cour des Comptes : le manque de concertation. Il nous paraît primordial, pour aller dans la bonne direction face aux enjeux environnementaux – et pour la bonne santé de notre démocratie – que des processus impliquant et entendant davantage l’avis des citoyens soient répandus. 
Il serait tout à fait souhaitable qu’un secteur touchant autant d’argent public se voie conditionner ses aides par l’existence de plus de concertations, notamment sur la façon dont ses subventions devraient être investies. Les habitants des territoires de montagnes, en leur nom ou au travers de nombreux collectifs et associations, ont une voix à porter concernant la vie et l’avenir de leurs régions et doivent être entendues sur les sujets importants, à l’instar des Jeux Olympiques et Paralympiques 2030 (vous pouvez retrouver notre dernier article sur les JO 2030 ici)




  1. La Cour des comptes a pour mission principale de s'assurer du bon emploi de l'argent public et d'en informer les citoyens. Juridiction indépendante, elle se situe à équidistance du Parlement et du Gouvernement, qu’elle assiste l’un et l’autre .

  2. Chambre professionnelle des exploitants de domaines skiables .

  3. Source : Etude de l'ANMSM x Ademe x Mountain Riders 2010 .

  4. Source 2021, Cabinet Utopies pour la CLusaz, Bilan carbone 18-19 .

Pétition à la FIS et glacier à Zermatt  les choses doivent changer !

Pétition à la FIS et glacier à Zermatt les choses doivent changer !

Le monde des sports de neige de compétition ressent actuellement l’impact du changement climatique. Des compétitions sont annulées en raison de phénomènes météorologiques extrêmes ou d’un manque de neige. Une étude montre que les 21 villes hôtes précédentes, à l’exception de Sapporo, au Japon, seront trop chaudes et trop sèches pour accueillir des Jeux d’hiver sûrs et équitables d’ici à 2080 si nous continuons sur la voie actuelle des émissions de gaz à effet de serre.

Cette diminution du manteau neigeux affecte bien plus que nos activités de sports d’hiver. En cas de changement climatique grave et non atténué, la glace et la neige des glaciers de montagne qui existaient en 2015 pourraient être réduites de 80 % d’ici à 2100. Cela mettrait en danger les 1,9 milliard de personnes qui dépendent de la neige ou de l’eau de fonte des glaciers pour leur approvisionnement en eau.

 La FIS (Fédération Internationale de Ski) est la fédération internationale de ski et donc une organisation active au niveau mondial. Outre le ski alpin, la FIS contrôle également des sports tels que le freeride, le snowboard, le télémark, les sports nordiques et bien d’autres. Elle a le pouvoir de créer un changement systémique au sein de l’industrie du ski, compétitive et plus large, afin de devenir un leader en matière d’action climatique. Au lieu de cela, nous voyons une organisation lente à agir et dont les actions climatiques déclarées sont soit inadéquates, soit peu transparentes.

Au début de l’année 2023, 500 athlètes professionnels de sports d’hiver ont signé une lettre ouverte appelant la Fédération internationale de ski et de snowboard (FIS) à prendre davantage de mesures en faveur du climat. Parmi les signataires figuraient des concurrents actuels et passés de la FIS, notamment les méga stars actuelles de la course alpine Mikaela Shiffrin (USA), Aleksander Aamodt Kilde (NOR), Travis Ganong (USA) ainsi que la championne olympique de ski de fond Jessie Diggins (USA), et les anciens champions du Freeride World Tour Arianna Tricomi (ITA) et Xavier de le Rue (FRA).

Vous pouvez lire la lettre dans son intégralité ici :

Malgré cela, les mesures prises ne sont pas suffisantes et nous pensons que la FIS doit redoubler d’efforts pour être le leader climatique que notre sport mérite.

Nous invitons notre communauté à rejoindre les athlètes dans cet appel en lançant une pétition demandant notamment de :

– Mettre en œuvre une stratégie de durabilité basée sur des objectifs – y compris une feuille de route pour atteindre une réduction des émissions de 50 % d’ici 2030.

En novembre 2021, la FIS a signé le cadre d’action pour le climat de la CCNUCC, dont les exigences complètes peuvent être consultées ici.

Le cadre exige :

Dès que possible, mais dans les 12 mois suivant leur adhésion, les signataires devront soumettre des plans aux Nations Unies sur le changement climatique, expliquant les actions qui seront prises pour atteindre leurs engagements climatiques, en particulier à court terme (objectif 2030).

En novembre 2021, la FIS a signé le cadre de la CCNUCC sur les sports pour l’action climatique, dont les exigences complètes peuvent être consultées ici.

Le cadre exige :

Dès que possible, mais dans les 12 mois suivant leur adhésion, les signataires devront soumettre des plans aux Nations Unies sur le changement climatique, expliquant les mesures qui seront prises pour atteindre leurs engagements climatiques, en particulier à court terme (objectif 2030).

 

L’objectif 2030 est décrit dans le cadre comme suit

“réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 % d’ici à 2030 au plus tard. Il est recommandé de se baser sur l’année 2019”

Deux ans après la signature, la SIF n’a toujours pas publié sa stratégie pour atteindre cet objectif. Elle est en retard de 12 mois et constitue donc une demande clé de cette pétition.

“Publier l’impact environnemental de la FIS en toute transparence.”

En 2021, la FIS a publié sa première Estimation des Emissions d’Evénements, en utilisant le partenaire Planet Mark.

Cependant, de sérieux doutes ont été jetés sur la qualité des informations fournies par la FIS par une étude tierce menée par Mission Zero – Klima Partner.

L’étude commandée par Greenpeace a évalué la plausibilité du “FIS Events Emission Estimation Executive Summary” en se basant sur l’expertise des athlètes, des initiés et des informations provenant des sites de la Coupe du monde.

L’étude complète en allemand peut être consultée ICI
Le résumé de 4 pages en anglais ICI

L’évaluation de Mission Zero utilisant l’outil de calcul interne de la FIS a révélé que quatre événements majeurs à Kitzbühel, Schladming, Adelboden et Sölden, ainsi que les vols d’athlètes (au niveau de la Coupe du monde), représentaient 85 % des émissions totales attribuées au secteur du ski alpin.

Avec plus de 30 épreuves de Coupe du monde, 300 épreuves continentales et des centaines de courses plus petites dans le secteur du ski alpin, il est évident que la FIS sous-déclare massivement les émissions de ses épreuves.

La conclusion du rapport peut être consultée ci-dessous :

On peut affirmer d’emblée que la FIS, avec son résumé sur les émissions des événements et les données accessibles publiées, ne parvient pas à fournir une évaluation transparente et compréhensible. Tous les calculs, évaluations, dérivations et recoupements indiquent une évaluation globale des émissions peu plausible et sous-estimée.

Le deuxième exemple de manque de transparence concerne la revendication de la FIS d’être climatiquement positive sur la base de son programme de compensation (une revendication que la prochaine législation européenne sur les déclarations vertes rendra bientôt illégale).

Le statut “Climat positif” repose fortement sur l’utilisation de “compensations de déforestation évitée”. Selon POW et de nombreux experts climatiques de premier plan, les compensations ne devraient être utilisées que pour compenser les émissions qui ne peuvent être évitées à un niveau opérationnel. Toutes les compensations revendiquées par la FIS sont situées en Amazonie. Il est essentiel dans ce cas que les projets de déforestation évitée puissent être évalués en termes d’additionnalité, c’est-à-dire que la forêt aurait-elle été perdue si le projet de compensation n’avait pas eu lieu ? La preuve de cette additionnalité, ainsi que le volume de financement et la quantité de carbone préservée par ces projets, doivent être rendus publics si FIS veut conserver la crédibilité de ses affirmations. Le fait que le président du FIS soit également le fondateur et le co-président de Cool Earth (l’organisation qui conseille les projets de compensation) donne à la transparence sur cet aspect des opérations du FIS une importance supplémentaire.

Même s’il s’avère que FIS a fait appel à une tierce partie réellement indépendante pour certifier ses compensations (comme Gold Standard ou VCS), la revendication d’un statut Carbone Positif sur la base des seules compensations suscite toujours des inquiétudes. Une étude récente a montré que 90 % de ces compensations sont en fait sans valeur.

Ursula Bittner, experte économique de Greenpeace Autriche, s’exprime ainsi sur l’utilisation des compensations par la FIS :

Des termes tels que “climatiquement neutre” ou, dans le cas de la FIS, “climatiquement positif” sont trompeurs. Ils ne sont rien d’autre que de l’écoblanchiment pur et simple…… La base de l’existence du ski est en train de fondre. Il est grand temps de tirer le frein d’urgence et d’économiser du CO2 directement lors des grands événements comme les championnats du monde de ski, par exemple, au lieu d’investir dans des projets lointains. Le modèle de compensation est une escroquerie pour notre planète”.

Adapter le calendrier des compétitions pour réduire l’impact des déplacements et respecter le changement climatique.

Les saisons se déplacent, le changement climatique entraîne des chutes de neige de plus en plus tardives chaque année. Une étude publiée dans Nature suggère une réduction de 36 jours de la couverture neigeuse par rapport à la moyenne à long terme. Pourtant, la FIS s’obstine à programmer les épreuves de la Coupe du monde en octobre, avant même les premières chutes de neige. Les demandes de report d’un mois formulées dans la lettre ouverte des athlètes n’ont abouti qu’à un report d’une semaine et n’ont fait que reporter la date à l’année 2019. Nous voyons maintenant dans la presse des images de bulldozers et d’excavateurs travaillant à écraser les glaciers pour en faire des parcours de course et une dépendance excessive à la création de neige artificielle.

Le simple fait de retarder la saison d’un mois jusqu’à ce que la neige commence à tomber et de la prolonger d’un mois au printemps, lorsque la neige naturelle peut encore être trouvée, réduirait considérablement l’impact de la saison des courses sur nos environnements montagneux.

Il y a eu une légère amélioration dans le calendrier de la FIS pour réduire les vols long-courriers pour certains athlètes dans les disciplines alpines et pour cela nous reconnaissons le travail de la FIS, dans d’autres disciplines telles que le ski libre il y a encore beaucoup de travail à faire.

Utiliser l’influence politique de la FIS pour plaider en faveur d’une action climatique au niveau gouvernemental.

Le plaidoyer politique pour une action systémique sur le climat au niveau gouvernemental doit être poursuivi par toute organisation ayant l’influence de la FIS. Nous sommes heureux et prêts à travailler avec la SIF à tout moment sur ce sujet.

On ne pouvait pas partir en vacances sans prendre la parole sur l’un des sujets les plus polémiques du moment : le projet Lyon-Turin. Si le projet est apparu dans le débat il y a déjà des dizaines d’années, il est revenu sous le feu des projecteurs ces dernières semaines. Montagne, mobilité, fortes oppositions… Tous les ingrédients sont réunis pour aboutir à un sujet clivant. On a donc pris le temps d’étudier ce dernier afin de vous proposer un éclairage et de vous partager notre opinion.

D’abord, c’est quoi ce projet Lyon-Turin ?!

Le projet Lyon-Turin, c’est la création d’une ligne de train à grande vitesse de 271 kilomètres qui relie Lyon et Turin : une partie d’environ 150 km de voies en France (encore à l’étude, on y reviendra),une partie de 65km transfrontalière (dont 58 km de tunnel) et une partie en Italie de 55 km.
Né de discussions qui ont commencé à la fin des années 80, avant d’évoluer au fur et à mesure des années, le projet Lyon-Turin a 2 grandes ambitions :
– Raccourcir le temps de trajet pour les passagers qui font Lyon-Turin ou Paris-Milan
– Augmenter le fret ferroviaire, afin de retirer des camions de marchandises de la route avec une circulation dans les deux sens du tunnel

On va se concentrer uniquement sur ce dernier point puisque c’est le plus grand intérêt du projet (80% de l’activité devrait être du fret) et l’aspect qui a une ambition environnementale. En effet, Lyon-Turin est extrêmement ambitieux sur le papier : cela pourrait permettre de mettre sur les rails 25 millions de tonnes de marchandises, sur les 44 millions qui transitent chaque année, contre quelques millions à l’heure actuelle.
A priori, pas de problèmes alors ! Un projet ferroviaire qui vient retirer des camions de la route, c’est exactement ce dont on a besoin. Oui, mais c’est un tout petit peu plus compliqué que ça…

C’est quoi LES problèmes ?

Malgré l’ambition du projet Lyon-Turin, il existe une vive opposition politique et citoyenne, qui s’est ravivée ces dernières semaines, à l’instar d’une manifestation en Maurienne le 17 juin, menée par plusieurs associations écologistes.
En cause : le tunnel aurait un impact colossal sur la montagne, que ce soit sur les ressources en eau, sur la biodiversité…
S’en suit alors une bataille d’arguments et de contradictions entre opposants et défenseurs du projet que l’on va essayer de vous résumer le plus simplement possible !

L’utilité du projet

Selon les opposants, le projet serait non seulement écocide, mais il ne serait pas utile. En effet, il existe déjà un tunnel utilisé pour le fret ferroviaire qui est sous-exploité : le tunnel du Mont-Cenis. C’est l’un des arguments phares qui a valu de nombreuses sorties dans les médias. Car oui, le tunnel de Mont-Cenis a vu transiter 2,7 millions de tonnes de marchandises en 2021. En 1984, c’était 3 fois plus, avec 8,1 millions de tonnes. Et ce n’est pas grâce à une diminution du volume total, puisque ce dernier a plutôt stagné (50 millions de tonnes avant 2000 contre 45 millions en 2021).
Alors pourquoi construire un nouveau tunnel plutôt que d’utiliser l’existant ?
Le ministère des transports rétorque en mettant en avant l’évolution des normes de sécurité (notamment côté italien) qui font qu’il n’est plus possible – malgré des travaux dans les années 2010 – de faire circuler autant de marchandises. Et donc que les lignes existantes ne pourraient pas répondre aux enjeux de fret comme le ferait ce nouveau projet.

Soit ! Il paraît logique que les normes de sécurités avancent avec le temps et que les anciennes infrastructures ne puissent plus être à la hauteur.
Mais cette diminution du fret s’inscrit dans un contexte national qui a vu le fret mourir à petit feu. Concernant les échanges entre la France et l’Italie, la part du ferroviaire dans le transport de marchandise au global a été divisée par trois entre 1999 et 2020 (passant de 19,9% à 7,4%) augmentant donc la part du transport routier. Cela fait donc longtemps que nous sommes sur une pente glissante, peu importe l’évolution des normes de sécurité.

A l’instar des petites lignes voyageurs, ou encore des lignes de train de nuit : c’est un enchaînement de politiques publiques favorisant les gros projets, favorisant la route, qui font que nous en sommes là aujourd’hui. Tandis qu’il n’y a pas assez d’argent pour conserver certaines lignes ou voir apparaître certains projets…

Lyon-Turin c’est cher, très cher 

On n’a pas encore parlé d’argent, et pourtant c’est là aussi l’un des points de discordes les plus importants autour du projet. Sans surprise, un projet aussi ambitieux coûte cher.

Problème N°1 : son coût progresse plus vite que les travaux.

Le projet était chiffré au départ à 12 milliards en 2002, puis 20 milliards, puis 24 milliards, avant de dépasser les 26 milliards en 2012 et aujourd’hui il est extrêmement probable qu’il dépasse les 30 milliards. Des montants de chèques qui grossissent, sans pour autant que l’on sache qui met combien dans la cagnotte !

Le coût total est réparti entre une partie financée par l’Italie, une partie par l’Europe et une autre partie par la France. Et concernant la France, l’Etat et la région Auvergne Rhône-Alpes se renvoient la balle pour que l’autre paie davantage.
Clément Beaune dit dans une interview  « Il faut maintenant un engagement clair de la Région. Il ne peut pas y avoir un scénario dans lequel l’État et l’Europe financeraient 100 % des accès. Il faut arrêter ce jeu de mistigri. »
Alors que l’Etat dit être prêt à mettre 3 milliards d’euros sur la table, Laurent Wauquiez répond dans une autre interview « Quand le ministre m’a écrit, il a dit sept milliards d’euros. En réalité, ce projet avec sa partie lyonnaise, c’est dix milliards d’euros. Après dans votre interview, si on fait les calculs, il sous-entend douze milliards  ». Ce dernier estime que l’Etat récupèrera les 3 milliards grâce à la TVA : “ L’engagement de l’Etat doit être un engagement net. Et ne pas donner d’une main et récupérer l’autre”.
Promis, cette séquence est certifiée sans trucage, il ne s’agit pas d’un désaccord sur une cagnotte anniversaire.

Il faut maintenant un engagement clair de la région. Il ne peut pas y avoir un scénario dans lequel l’Etat et l’Europe financeraient 100% des accès. Il faut arrêter ce jeu de mistigri

Clément Beaune

Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé des Transports

Problème N°2 : de l’argent qui n’ira pas ailleurs.

L’autre problème du coût du Lyon-Turin, c’est l’allocation des ressources !
En soit, si ce projet permet d’éviter des dizaines de millions de tonnes de marchandises d’être transportées par la route, son prix n’est pas un problème. Après tout chez POW, on passe notre temps à militer pour des investissements massifs dans la mobilité. Que la Région et l’Etat règlent leurs querelles et que l’on fasse avancer (enfin !) la transition écologique des transports !
Oui mais voilà, nous ne sommes pas dans un contexte où les dépenses sont à la hauteur des enjeux. Le Haut Conseil pour le Climat le rappelait il y a quelques jours : nous n’allons pas assez vite et l’impact du transport continue d’augmenter.
Les investissements dans le ferroviaire sont largement insuffisants à l’échelle du territoire et il est certain qu’un projet de l’ampleur du Lyon-Turin vient empiéter sur d’autres projets, ayant peut-être davantage de garanties, que ce soit sur leur faisabilité, sur leur impact etc. Des exemples avec Lyon et le projet de RER Lyonnais, le CFAL…

Et si l’on parle de garanties, c’est parce qu’il y a encore de nombreux points d’interrogations sur Lyon-Turin.

 

Problème N°3 : une pluie d’incertitudes

Aujourd’hui, le tracé côté Français, donc la partie la plus conséquente de la ligne, n’est même pas encore ancrée. Il existe différents scénarios :  le Ministère des Transports avait confirmé en janvier selon l’AFP qu’il préconisait le scénario le plus coûteux, mais pour l’instant, rien de décidé.
Cerise sur le gâteau : le COI (Conseil d’Orientation des Infrastructures) a rendu un rapport dans lequel il plaide pour un report à 2045 (alors que l’échéance visée est plutôt autour de 2030) de l’ouverture de la nouvelle ligne ferroviaire, afin de recentrer la priorité sur la modernisation de la ligne existante entre Dijon et Modane.
Réponse de Jacques Gounon, président de la Transalpine (lobby en faveur du Lyon-Turin) : Le COI ne dispose pas d’éléments suffisants pour se prononcer”.
Et là, on touche au point central qui fait qu’il est aussi complexe de s’y retrouver dans ce dossier : la bataille des sources et des argumentaires.

On l’a mentionné au début de l’article, différents articles et rapports sont venus dénoncer ou appuyer le projet Lyon-Turin. Chacun s’appuie sur ce qui peut donner du poids à son camp, peu importe le degré de fiabilité des affirmations.
L’exemple le plus frappant : un rapport de la Cour des comptes européennes.
La Cour des comptes européennes a fait appel à un expert indépendant afin d’évaluer le projet Lyon-Turin. Conclusions :
Si le rapport valide tout de même l’intérêt du projet
– le projet accuse un retard de 15 ans
– le coût du tunnel a augmenté de 85%
– il existe un risque élevé de surestimation des effets positifs du projet

Selon le rapport, les émissions de CO2 du projet ne seraient pas compensées avant 25 ans à partir de l’entrée en service. 50 ans dans le pire des cas. Une dette carbone énorme donc.

Réponse des défenseurs du projet ? Jacques Gounon a demandé l’identité de l’expert indépendant. Il s’agit d’Yves Crozet, président du think tank de l’Union routière de France, lobby de défense des métiers de la route (sociétés autoroutières, pétrolières, BTP..). Le comité pour la Transalpine a donc remis en cause la neutralité de ce dernier.

Quand les opposants dégainent ce rapport pour alerter sur la trajectoire du projet Lyon-Turin, les défenseurs bottent en touche en mettant en avant sa non pertinence.

Symptomatique d’un sujet aux enjeux politiques et économiques immenses, pour lequel on peine à comprendre comment il est possible d’avoir rapidement un avis clair face à toutes ces couches d’informations opaques…

 

 « Bon, je comprends mieux pourquoi des écologistes peuvent s’opposer à ce projet et pourquoi ça fait débat. Mais à la fin POW, vous en pensez quoi ? »

Avoir une position tranchée sur ce sujet n’était pas la chose la plus simple qu’on ait eu à faire. On a omis pas mal de choses qui pourraient nourrir plusieurs articles au moins aussi long. Ce que l’on peut dire avec les informations dont l’on dispose au moment d’écrire ces lignes : s’il y a urgence à ce que des projets ambitieux réduisant les émissions de GES du transport voient le jour, il y a encore de nombreux points d’interrogation qui font qu’il est difficile de défendre le projet Lyon-Turin dans sa conjoncture actuelle.
Oui, les impacts environnementaux autour de la biodiversité doivent être considérés le plus sérieusement du monde lorsque des projets de cette envergure voient le jour. Si l’on n’a pas assez d’éléments à disposition pour affirmer ou infirmer ce qu’il en est sur Lyon-Turin, il est certain que l’on n’arrivera pas à répondre aux enjeux climatiques sans des aménagements du territoire visant à diminuer la consommation d’énergies fossiles. A l’instar des barrages d’hydroélectricité ou d’autres moyens de production d’énergie, il n’y a pas de solutions parfaites. L’énergie la plus propre restera toujours celle que l’on ne consomme pas. C’est dans cette veine que nous regrettons qu’il ne soit quasiment jamais fait mention de sobriété et de réductions de trafics de marchandises.

Cependant, les zones d’ombres autour du projet sont nombreuses :
Quel sera le coût final du projet ? Quel impact aura-t-il sur le développement d’autres projets ?
Quelle réelle ambition accompagne ce financement ? L’ambition sur le papier est de réduire le nombre de camions sur les routes, mais comment expliquer que le fret diminue d’année en année ? Pourquoi continue-t-on à développer des chantiers routiers et autoroutiers partout en France, et notamment sur le territoire concerné, comme avec la construction récente d’un nouveau tube de circulation dans le tunnel routier du Fréjus ?
Quelles législations viendront encadrer la mise en service du tunnel ? Construire des lignes pour que les camions montent sur les trains, c’est bien. S’assurer que les camions empruntent ces trains, c’est mieux. Nous pouvons imaginer une législation qui oblige les camions à passer par le fret, plutôt qu’une énième taxe incitative, mais ce n’est pour l’instant pas ce qui est prévu au programme.
Quelles politiques publiques misent en place à l’avenir pour faire en sorte que la quantité de marchandises et son nombre de kilomètres à travers l’Europe diminue ?
Au-delà du projet et de toutes les questions auxquelles nous aimerions des réponses, c’est tout un traitement de ce dernier que nous condamnons.
Pendant des semaines, nous avons vu dans les médias des personnalités politiques ou médiatiques se succéder les unes aux autres pour cracher sur les opposants, les traitant notamment de “faux-écologistes”. Le Ministre Clément Beaune lui-même a déclaré “Comment peut-on être écologiste et contre un projet ferroviaire ?” comme si le simple fait qu’il y ait du train était un joker anti-débat, que ça suffisait à exempter les élus en place de faire preuve de pédagogie et/ou d’inclure les populations locales dans le processus. Il est légitime de se poser des questions sur des projets d’une telle ampleur. Nous faisons face sans doute au plus grand défi de l’humanité, on ne pense pas qu’insulter les personnes ou dissoudre les mouvements qui s’opposent et mettent en doute un projet d’aménagement soit la réponse appropriée d’une démocratie.
Qui plus est venant d’une multitudes d’élus responsables du manque d’ambition écologique de la France, responsables du trop faible nombre de trains en France, responsables d’un manque de courage lorsqu’il s’agit d’agir sur l’aéronautique ou simplement de limiter les autoroutes à 110km/h… Pendant quelques semaines, nous avons eu l’impression de n’avoir que des personnes favorables au fait de débourser des milliards en faveur du ferroviaire. Malheureusement, il y a peu de chances que l’entrain collectif sera le même d’ici quelques semaines, quand il ne s’agira plus d’un projet à 30 milliards pointés du doigts par des élus du camp opposé.

Pour conclure notre position sur Lyon-Turin, nous espérons avant tout des réponses (à l’instar des questions posées par Mountain Wilderness et la CIPRA récemment) et plaidons pour que celles-ci arrivent dès maintenant, plutôt que de voir les travaux continuer sans débat public. Le projet devrait voir le jour quoiqu’il arrive, reste à s’engager pour que celui-ci soit le plus écologique possible. Faisons en sorte qu’il soit davantage une locomotive pour d’autres projets mieux abordés, plutôt qu’un wagon trop gros empêchant les autres de voir la lumière au bout du tunnel et causant une multitude de dégâts sur son passage.

Face au 49.3 retraites et climat, même combat !

Face au 49.3 retraites et climat, même combat !

La semaine dernière, un 11ème article 49.3 a été annoncé par Elisabeth Borne pour faire passer la réforme des retraites sans délibération ni vote à l’Assemblée Nationale. Un tournant qui arrive après plusieurs semaines d’un large mouvement social en France, s’illustrant par de nombreuses manifestations et grèves très suivies.

Chez Protect Our Winters France, nous avons toujours mis au cœur de notre travail la participation citoyenne comme pierre angulaire de la lutte contre le réchauffement climatique. Nous avons mis en place de multiples campagnes d’informations et de mobilisations durant des échéances électorales, nous avons instauré des outils permettant de contacter directement des élu.es, nous avons récemment, avec La Voix des Glaciers, participé à l’émergence d’un mouvement qui vise à donner la parole aux passionné.es de montagne à travers la France… Nous avons la conviction qu’il n’y a que par le dialogue, le respect et l’implication des citoyens qu’il est possible de convaincre dans une démocratie en bonne santé.

C’est avec ces convictions que nous avons décidé de prendre la parole sur la situation actuelle. Ce 11ème 49.3 est le point d’orgue d’un rapport de force entre le gouvernement et une bonne partie du pays qui dure depuis des semaines : le gouvernement a refusé de recevoir les représentants syndicaux, il a balayé d’un revers de la main la voix du peuple qui résonne à travers les rues de tout le pays, bafoué l’essence démocratique de la France en refusant de laisser un vote avoir lieu à l’Assemblée par peur de ne pas avoir une majorité… Ces nombreux signaux doivent forcément concerner des acteurs associatifs comme nous.
Des débats sociétaux aussi importants et techniques que celui de la réforme des retraites ou de la lutte contre le changement climatique requièrent du temps et du dialogue, deux choses que le gouvernement a confisqué aux citoyens.

Comment espérer mobiliser les citoyens et obtenir des victoires allant dans le sens des enjeux écologiques durant un mandat où le gouvernement opte toujours pour la méthode qui le fait gagner dans 100 % des cas dès qu’il y a un doute sur le résultat d’un vote ? Nous prenons la parole, car en tant qu’association qui encourage la participation au dialogue démocratique, on se demande comment réagir quand ce dernier est ignoré devant nos yeux.
Le gouvernement a maintes fois mentionné l’acceptabilité sociale afin de justifier le fait de ne pas mettre en œuvre certaines mesures écologiques (exemple : la limitation de la vitesse à 110km/h sur autoroute). Pour autant, aujourd’hui, les sondages montrent que 93 % des actifs sont opposés au report de l’âge de la retraite. Il y a une majorité claire – rarement atteinte – concernant l’avis que porte le peuple à ce sujet.
Si même avec une voix aussi forte portée par les Français cette dernière n’est ni entendue ni même considérée, des questions légitimes doivent être posées sur la façon de gouverner actuellement en France.


Le rapport de synthèse du GIEC vient de sortir. Un résumé de toutes les conclusions des différents volets, nous rappelant l’urgence dans laquelle nous sommes, mais également le lien étroit entre justice sociale et enjeux climatiques et la nécessité d’accorder une place forte à l’équité et l’inclusion afin de créer une «gouvernance climatique ».
Des conclusions dont on devrait urgemment tirer leçon ; en témoigne la façon dont est géré le débat sur la réforme des retraites, mais aussi précédemment la convention citoyenne pour le climat non respectée, la condamnation de l’Etat pour inaction climatique, ou encore la répression des manifestants qui s’intensifie dans les rues, les militants traités d’éco-terroristes ou de Khmers verts par des responsables politiques etc. Des conclusions qui doivent également nous interroger sur le caractère non-écologique d’une réforme qui vise à faire travailler plus longtemps, consommer davantage, dans un futur où il sera de plus en plus difficile de travailler dans de nombreux secteurs à cause des conditions climatiques. Des conclusions qui rappellent l’importance de la répartition des richesses et de l’équité sociale dans un monde où l’exposition aux conséquences du réchauffement climatique n’est clairement pas la même pour tout le monde.
Nous avons à de multiples reprises mentionné la justice sociale, la nécessité d’amorcer des changements écologiques forts qui ne laissent personne à quai et le besoin de dialoguer avec le plus grand nombre d’acteurs possibles, afin de répondre aux enjeux écologiques de la meilleure des manières. Aujourd’hui, tant sur le fond que sur la forme, l’action du gouvernement sur cette réforme est loin d’être le modèle que nous devons suivre pour être capable de faire face aux défis que l’on connaît.

 

Lundi dernier, une motion de censure transpartisane, visant à rejeter la réforme et à pousser vers la démission le gouvernement a été rejetée à 9 voix près, tandis que les appels à aller dans la rue sont de plus en plus nombreux, les mobilisations de plus en plus intenses.…
POW France ne peut que souhaiter que le gouvernement fasse marche arrière et change de direction, que ce dernier soit capable de travailler en puisant dans autre chose que son réservoir de 49.3, certes constitutionnel mais loin d’être l’outil démocratique par essence.
Les impacts sur notre démocratie et sur les citoyens sont déjà immenses.Nous espérons que la crise climatique et les enjeux sociaux qui en découlent sauront être abordés à l’avenir d’une toute autre façon.

En attendant, nous comprenons qu’une partie importante du peuple français élève sa voix et restons persuadés que c’est en écoutant cette dernière que l’on avancera collectivement, dans le sens de l’intérêt général, que ce soit socialement ou écologiquement.