La Cour des Comptes accable les stations de montagne

La Cour des Comptes accable les stations de montagne

Il y a quelques jours, la Cour des Comptes 1 a publié un rapport nommé “Les stations de montagne face au changement climatique”. Un rapport plutôt critique, qui a fortement fait réagir des acteurs des territoires de montagne, tant associatifs qu’économiques.
Chez POW on a pris le temps de lire le rapport, lire les critiques et surtout de se rendre compte qu’il manquait un élément majeur dans toutes les discussions. On vous en parle !

D’abord, que dit ce rapport ?

Le rapport de la Cour des Comptes avait pour objectif “de préciser les conséquences du changement climatique sur le tourisme hivernal en montagne et d’examiner comment les stations s’y sont adaptées.” partant du postulat que la France est “une destination majeure pour le tourisme hivernal” (2ème au rang mondial en termes de visiteurs). Une bonne chose en soi selon nous qu’un organe indépendant comme la Cour des comptes existe et puisse établir des rapports et émettre des recommandations sur des secteurs aussi importants.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rapport pointe du doigt un certain nombre de problèmes sur la façon dont les stations de montagne s’adaptent face au changement climatique.
Dans la synthèse du rapport (ici), le sommaire donne le ton d’emblée :
1/ Le modèle du ski français s’essouffle»
2/ Les politiques d’adaptation restent en deçà des enjeux
3/ La nécessité d’une gouvernance élargie et d’une meilleure préservation des ressources naturelles
4/ Un subventionnement public significatif et croissant

La Cour des comptes épingle notamment des stratégies d’adaptation encore trop centrées sur le tout ski avec trop peu d’efforts selon le rapport consacrés à la diversification des activités, et la production de neige de culture comme principal recours face au manque de cette dernière. Un constat qu’il est difficile de contester au vu des actualités sur le sujet qui fleurissent chaque année, comme la récente polémique qui enfle sur la neige récupérée et transportée par camion dans les Vosges.

Notre position là-dessus est que diriger la majeure partie des subventions vers des solutions technologiques témoigne d’une vision trop court-termiste et ne peut répondre que très partiellement à la nécessité de s’adapter face aux réalités environnementales actuelles et futures.

La production de neige permet de fiabiliser l’enneigement à court terme. Mais, elle ne constitue qu’une protection relative et transitoire contre les effets du changement climatique. Son coût est en effet important et son efficacité tend à se réduire avec la hausse des températures : dans certains cas, la production de neige peut tendre vers une mal-adaptation.

Extrait du rapport de la Cour des Comptes

Des conclusions contestées par certains professionnels de la montagne

Face au rapport accablant, des réactions et notamment de vives critiques sur les propos et la méthodologie de ce dernier ont été partagées.
L’ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne), l’ANMSM (Associations Nationale des Maires de Stations de Montagne) et Domaines Skiables de France 2 ont publié un communiqué commun pour «exprimer leur déception» et regretté le fait que la Cour des Comptes soit «restée sourde aux acteurs de terrain».
Selon eux, le panel de stations choisi ne serait pas assez représentatif (42 stations réparties sur tous les massifs ont été contrôlées) avec trop peu de ”grosses” stations dans l’échantillon.
Toujours selon eux, «ce rapport ne tient pas compte non plus de l’engouement persistant des clientèles pour les sports de neige».

Parmi les nombreuses contestations, une réponse directe sur le neige de culture qui améliorerait «nettement le modèle économique des domaines skiables et sa résilience aux aléas météorologiques sur les 3 à 5 mois d’une saison d’hiver. Ce point est démontré par les études Climsnow désormais largement répandues».
Problème selon nous ? Les résultats des études Climsnow ne sont pas accessibles publiquement. Donc dans un souci de transparence, notamment pour un secteur qui touche de nombreux fonds publics, il serait plus que souhaitable que ces études soient communiquées et accessibles à n’importe qui. Cela permettrait de répondre sur le fond et la pertinence (ou non) des résultats de ces études.

En attendant, comme à notre habitude, on a mis un peu de temps à réagir chez POW. On a préféré laisser la course aux réponses se faire sans nous, le temps d’éplucher le rapport et lire les différents retours. Et ça tombe bien, parce qu’une critique sur le rapport, on en a une de taille !

L’éternel oublié 

Quand on a vu qu’un rapport de la Cour des Comptes était sorti sur l’adaptation des stations de ski face au changement climatique, chez POW on n’attendait qu’une chose : est-ce qu’on va parler du transport ?

On le rappelle une énième fois : le transport est à la fois le principal secteur d’émissions de GES (Gaz à effet de serre) à échelle nationale (32% des émissions, loin devant tous les autres secteurs), mais il l’est d’autant plus pour la montagne puisque 57% des émissions environ d’une station sont attribuées au transport 3
Alors forcément, dans un tel rapport, on espérait que ce sujet incontournable soit abordé au moment de parler de stratégies d’adaptation.

Spoiler : ce n’est pas le cas.

A aucun moment dans le rapport complet n’est abordée la question de la mobilité des vacanciers ou des habitants. Pas de mention de l’impact de la voiture, avec la nécessité de mettre en place des stratégies de développement du ferroviaire et d’accélération du report modal concernant le dernier kilomètre pour les visiteurs français. Pas de mention non plus du trafic aérien en pointant du doigt la quantité de visiteurs lointains et l’impact majeur qui en découle. (Exemple avec la Clusaz dont les émissions des visiteurs long courrier représentent 2% en volume, mais 33% de l’impact carbone du transport pour la station) 4 . Pas un mot non plus sur l’importance d’accompagner de manière bien plus forte les habitants des territoires de montagnes encore massivement dépendant à la voiture. 

Comment la mobilité peut-elle être autant absente d’une telle analyse et des recommandations qui en découlent, compte-tenu de son rôle prépondérant dans le réchauffement de nos montagnes, sans parler de son impact sur la pollution de l’air ?

Qu’il s’agisse de l’acheminement par voie aérienne des clientèles toujours plus éloignées, de la place prépondérante de la voiture thermique dans le transport des français à destination de la montagne, ou du manque de solutions pour la mobilité du quotidien pour les habitants des territoires concernés, le rôle pivot de la mobilité est transverse à tous les sujets évoqués dans le rapport : élargissement de la gouvernance, tourisme “4 saisons”, utilisation des finances publiques pour l’adaptation des stations, etc.

Extrait de notre lettre envoyée à la Cour des Comptes

On ose penser que si la mobilité est absente des conclusions, c’est que les analystes ont estimé que la responsabilité des transports n’est pas directement imputable aux stations de montagne, ou que le problème est plus large. Mais comment sortir de l’inaction si chaque acteur ne joue pas son rôle : les élus locaux attendent que la Région fasse davantage, la Région demande plus d’aide de l’Etat, l’Etat dit à la Région de faire mieux, la Région dit à la SNCF de faire plus avec moins, tout le monde dit que c’est trop cher et pas rentable… Et à la fin, pas grand chose ne bouge, voire tout recule, et la part du transport dans le bilan carbone français ne cesse d’augmenter depuis près de 35 ans.

Et si la raison de cette absence serait justifiable pour certains par le fait que c’est un rapport sur l’adaptation et que la mobilité est plus souvent de l’ordre de l’atténuation, l’aspect transverse des transports sur les éléments mentionnés nous invite à penser qu’elle aurait dû avoir plus de place dans le rapport.

Pour faire remonter ce qui nous semble un oubli majeur, ou un manque de considération concernant ce sujet, nous avons écrit une lettre au Premier président de la Cour des Comptes (accessible ici) afin de lui exprimer notre regret et d’appuyer le fait que Protect Our Winters France est disponible pour partager son expertise du sujet concernant les territoires de montagnes et porter la voix de nombreux pratiquants pour qui ce sujet est un problème majeur et récurrent.

Plus d’argent, plus de concertation ?

Pour conclure, on souhaiterait appuyer sur un autre point pas assez mis en avant selon nous par la Cour des Comptes : le manque de concertation. Il nous paraît primordial, pour aller dans la bonne direction face aux enjeux environnementaux – et pour la bonne santé de notre démocratie – que des processus impliquant et entendant davantage l’avis des citoyens soient répandus. 
Il serait tout à fait souhaitable qu’un secteur touchant autant d’argent public se voie conditionner ses aides par l’existence de plus de concertations, notamment sur la façon dont ses subventions devraient être investies. Les habitants des territoires de montagnes, en leur nom ou au travers de nombreux collectifs et associations, ont une voix à porter concernant la vie et l’avenir de leurs régions et doivent être entendues sur les sujets importants, à l’instar des Jeux Olympiques et Paralympiques 2030 (vous pouvez retrouver notre dernier article sur les JO 2030 ici)




  1. La Cour des comptes a pour mission principale de s'assurer du bon emploi de l'argent public et d'en informer les citoyens. Juridiction indépendante, elle se situe à équidistance du Parlement et du Gouvernement, qu’elle assiste l’un et l’autre .

  2. Chambre professionnelle des exploitants de domaines skiables .

  3. Source : Etude de l'ANMSM x Ademe x Mountain Riders 2010 .

  4. Source 2021, Cabinet Utopies pour la CLusaz, Bilan carbone 18-19 .

JO d Hiver 2030 en France  on en est où

JO d Hiver 2030 en France on en est où

Depuis plusieurs semaines le sujet des Jeux Olympiques d’Hiver 2030 anime le monde de la montagne et une partie du monde du sport. Entre les déclarations de Laurent Wauquiez, les oppositions grandissantes, ou notre tribune mettant sur la table des critères environnementaux pour des jeux “durables”, on vous propose un récap de ces dernières semaines et notre avis détaillé sur tout ça !

Une candidature sortie du chapeau

La France a officialisé sa candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver 2030 le 7 novembre. Portée par les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, la candidature française a été la seule retenue par le CIO le 29 novembre, écartant les candidatures de la Suède et de la Suisse, scellant (quasiment) le destin des Jeux d’hiver ouvrant la prochaine décennie.

Cette candidature a entraîné et entraîne énormément de réactions et de désaccords de la part de collectifs de citoyens, d’associations… La 1ère chose mise en avant : le manque de concertation totale des citoyens. Les choses se sont faites très rapidement, sans qu’à aucun moment les populations n’aient été sollicitées. Le collectif NO JO (un collectif historiquement en opposition aux Jeux Olympiques) pointe du doigt : “une candidature faite dans l’urgence, décidée par nos présidents de régions sans consultation des citoyens”. Une tribune demandant un référendum sur les jeux a d’ailleurs été publiée, mettant en avant le fait que “si la France organise les JOP d’hiver 2030, c’est parce que les autres ont refusé”. Car oui, les candidats sont de moins en moins nombreux : l’Espagne et le Japon, initialement dans la course, ont récemment enterré leurs espoirs d’organiser les Jeux d’hiver.
Faut dire que les raisons de faire marche arrière et les arguments nourrissant l’opposition sont nombreux : entre les impacts écologiques majeurs, les conditions climatiques qui se dégradent d’année en année ou encore les montants stratosphériques qui vont devoir être dépensés… Il y a de quoi faire !

Organiser des Jeux Olympiques va devenir de plus en plus compliqué face aux réalités environnementales. Bien avant 2030, nos modes de vie doivent changer, et les Jeux, avec toute l’importance qu’ils représentent pour nos sociétés, ne peuvent pas échapper à la règle.

Alors quid des Jeux d’Hiver 2030 et des conditions dans lesquelles ils se dérouleront ? Ces enjeux semblent être pris au sérieux, puisque Laurent Wauquiez a déclaré vouloir organiser les « premiers JO d’hiver durables » en faisant des Alpes « la première montagne durable au monde pour les JO 2030 ». Rien que ça !

Des conditions incontournables 

En réaction à la candidature française, POW France avec 19 ONGs et plus d’une centaine d’athlètes, d’élus, de professionnels et habitants des territoires de montagne, de scientifiques, ou d’experts de l’environnement et de l’événementiel, ont travaillé collectivement pour définir ce que seraient les conditions environnementales pour des Jeux d’Hiver compatibles avec le respect des limites planétaires et bénéfiques pour les populations et les territoires.
On a donc posé 17 conditions essentielles et complémentaires, au regard des connaissances scientifiques actuelles, à respecter pour pouvoir prétendre qu’un événement d’une telle ampleur puisse espérer être compatible avec les enjeux écologiques. Vous pouvez les retrouver ici, avec le lien du document de travail rentrant dans le détail sur chacun d’eux.
Depuis, nous effectuons un travail de fond pour faire valoir l’importance de ces conditions et tenter d’instaurer un dialogue avec toutes les entités concernées par ces Jeux.

Plusieurs signataires de la tribune ont été sollicités pour un rendez-vous à l’Elysée avec plusieurs conseillers pour discuter de ces conditions. Antoine Pin, directeur de POW France, était parmi les personnes sur place pour participer aux échanges et faire valoir l’importance du travail effectué. Sans rentrer dans le détail des échanges, ce rendez-vous fut l’occasion d’aborder les points de la tribune, notamment pour voir quel point est la responsabilité de qui et sur quels points des accords et des désaccords étaient ancrés pour l’instant.

Un dialogue rompu avec la région

Les principaux intéressés avec qui une discussion doit avoir lieu, ce sont les présidents des régions AURA et PACA : Laurent Wauquiez et Renaud Muselier. Et c’est bien là que ça coince déjà. Si les déclarations publiques de Laurent Wauquiez pourraient laisser penser à première vue (et avec beaucoup d’optimisme) que les enjeux environnementaux seront au centre des réflexions en interne, la réalité semble bien différente. Suite au rendez-vous à l’Elysée, l’acteur économique Outdoor Sports Valley, qui était présent sur place, a vu ses adhérents (dont POW fait partie) recevoir un courrier annonçant que la région retirait sa subvention annuelle de 620 000 euros, au motif que OSV était signataire de la tribune et qu’un représentant avait participé au rendez-vous à l’Elysée. Une réaction qui témoigne de beaucoup de choses, mais pas d’une envie de dialoguer autour des enjeux écologiques et de la tribune avec les acteurs des territoires. Vous pouvez retrouver notre réaction sur le sujet ici.
Des discussions sont en cours entre OSV et la région concernant cette décision (réaction d’OSV ici ). Nous espérons que cette dernière saura revoir sa position.

En démocratie, l’organisation des JO en 2030 devrait se faire avec une concertation de la population, en travaillant avec l’ensemble des acteurs du territoire, notamment les associations et ONG environnementales. C’est la trajectoire inverse qui est en train d’être prise.

C’est quoi la suite ?

La prochaine échéance concernant le destin des Jeux d’hiver 2030 est juillet prochain, date à laquelle la candidature sera officialisée. Nous allons travailler durant les mois à venir au fait de mettre sur toutes les tables les conditions environnementales partagées dans la tribune. Un courrier a été rédigé et envoyé au nom du collectif porteur de la tribune afin de demander un rendez-vous à toutes les instances liées à l’organisation de ces jeux : élus régionaux, nationaux, mais aussi le CIO ou autres fédérations. (disponible ici). D’ici là, nous vous tiendrons régulièrement au courant de l’avancée du travail effectué. Nous allons également partager du contenu sur l’impact des jeux d’hivers plus largement, afin de montrer avec un maximum de données à l’appui l’importance de remettre en question le modèle existant.

POW, vous êtes pour les JO alors ?!

Quand on a dit tout ça, est-ce qu’on a répondu de manière tranchée à la question que l’on nous pose le plus :  pour ou contre les JO d’Hiver ?
En fait, on est partagés ! D’un côté, les JO restent pour les amoureux de sport un moment unique, important pour des athlètes de nombreuses disciplines peu mises en avant en dehors de cette occasion, que c’est LA compétition censée représenter l’essence du sport à travers des valeurs d’union, d’interculturalité, d’inspiration pour les plus jeunes…
MAIS force est de constater en regardant les éditions récentes comme Beijing ou encore les sujets entourant Paris 2024 comme la destruction de coraux pour l’épreuve de surf à Tahiti, que ce dont on est témoin c’est loin d’être la meilleure représentation du sport et de l’esprit olympique. Et on n’est clairement pas sur des événements pouvant être considérés comme compatibles avec les enjeux environnementaux.

Aujourd’hui, si le CIO, les organisateurs et tous les acteurs contribuant à l’organisation des Jeux sont dans une bulle étanche aux constats scientifiques et aux alertes qui en découlent, l’objectif doit être de percer cette bulle. On le répète : bien avant 2030, nos modes de vie doivent changer, et les Jeux, malgré toute l’importance qu’ils représentent pour nos sociétés, ne peuvent pas échapper à la règle. Le sport en général n’a pas à être placé au-dessus des enjeux de survies que représentent les enjeux écologiques.
Alors dans un premier temps, l’objectif qu’on souhaite accomplir avec le travail fait sur la tribune, c’est de mettre sur la table de tout le monde ce qui devrait être respecté pour prétendre parler de “jeux durables” et de rappeler que si ces critères ne sont pas pris en compte, alors les organisateurs devront assumer d’organiser des jeux qui ne sont pas compatibles avec les limites planétaires, avec l’opposition citoyenne qui en découlera.

Nous comprenons que de nombreuses personnes soient d’ores et déjà opposées à l’organisation pure et simple de Jeux Olympiques. Cela amène à grande une question que notre société doit rapidement se poser : est-il possible d’imaginer des manifestations sportives internationales compatibles avec l’Accord de Paris ?

Chez POW on n’a pas encore la réponse. On a choisit d’adopter cette stratégie pour faire bouger les lignes, en prenant en compte l’impact que cela pourrait avoir dans le monde du sport en général que de faire bouger les lignes au niveau des Jeux Olympiques. Nous prenons à bras le corps le sujet 7 ans avant, en se disant qu’il est encore temps de dialoguer. Notre position sera forcément amenée à évoluer selon les réactions et positionnements des différentes parties prenantes dans les mois/années à venir. En attendant, on continuera d’aborder le sujet avec transparence et honnêteté comme on s’efforce de le faire sur tous les autres sujets !

On ne peut que vous inviter à venir nous partager votre avis sur les réseaux sociaux et à débattre sur le sujet avec respect et bienveillance.

Merchandising bonne ou mauvaise idée

Merchandising bonne ou mauvaise idée

Avec l’arrivée de la période Noël, ou encore les vagues de pubs du Black Friday, on s’est dit que c’était le bon moment pour parler d’un sujet qu’on a longtemps mis de côté : le merchandising ! Un sujet qui s’inscrit dans une thématique plus large qu’on devait absolument aborder : l’impact de l’industrie textile.

Posons le contexte 

Pour bien aborder le sujet, on a invité 2 personnes qui connaissent très bien ce dernier lors de notre dernière Convention POWpulaire : Florian Palluel (directeur RSE de Picture, engagé avec le collectif En Mode Climat, membre du CA de POW France…) et Marie Nguyen (co-fondatrice de We Dress Fair, également dans le collectif En Mode Climat)
Alors pour avoir un tableau bien dressé et comprendre les réflexions derrière cet article, fonce voir le replay !

Le merch, une pratique rentrée dans les moeurs

 Au-delà des marques, la vente de vêtements aux couleurs d’une asso ou encore d’un artiste est extrêmement répandue. Faut dire que pour le cas des ONG, ça a pas mal d’avantages :
– Tu soutiens financièrement directement l’asso, donc tu soutiens une cause qui te tient à cœur, tu permets à l’asso de vivre/grandir…
– T’as un vêtement cool qui te permet d’afficher tes convictions, de rendre curieux autour de toi, d’augmenter la visibilité de cette cause

Pourtant, en tant qu’ONG environnementale, on ne peut pas s’empêcher de penser dans l’équipe qu’on n’a pas vocation à faire la promotion de la consommation de vêtements neufs, quand on connaît ses impacts. Comme Florian l’expliquait : la trajectoire des émissions du secteur est terrifiante et totalement incompatible avec les enjeux climatiques. La faute à l’explosion de la fast fashion, voire de l’ultra fast fashion pourrait-on dire (coucou Shein) avec des prix dérisoires, des renouvellements de collection tous les 4 matins, des incitations à (sur)consommer de partout… Le tout rendu possible par des conditions de travail inhumaines la plupart du temps. Marie en a d’ailleurs parlé dans le Live, avec notamment une action menée contre cette fameuse entreprise !

C’est sûr que quand on pose ce bilan, ça ne donne pas envie de faire du shopping.
Mais on peut se dire : ok, le bilan il craint, mais c’est pas le merch d’assos qui pèse là-dedans ! Puis si POW vend des vêtements, ce sera mieux que Shein non ?
Alors oui et oui. Que ce soit chez POW ou d’autres ONG environnementales (on les as pas toutes listées, mais on ose imaginer) les matières premières pour les vêtements sont de meilleures qualités, biologiques et/ou recyclées, avec des labels et des normes bien supérieures à la fast-fashion… Mais notre dilemme ne s’arrête pas à l’impact de ce qu’on vend, mais aussi à l’image qu’on donne ! Car le problème a beau être physique, il doit aussi absolument se voir sous le prisme d’une transformation culturelle majeure. Qu’est ce qui sera le « nouveau cool » de demain ? Qu’est ce qui deviendra ringard ?
Doit-on mettre au premier plan le fait que pour soutenir une cause, l’une des 1ères choses à faire est d’acheter un nouveau vêtement, sans se demander si on en aura vraiment usage ? Au risque même de créer un effet rebond car on aura fait une bonne action, à l’instar de que l’on peut observer avec Vinted et le marché de l’occasion : j’achète d’occasions, donc je peux me permettre de davantage en acheter ; j’ai beaucoup vendu d’occasions, donc je peux davantage acheter neuf car au pire je reviendrai…

C’est un débat difficile, car il ne suffit pas de se dire que ne rien acheter est la solution parfaite. Sans compter l’importance culturelle de la mode et comment elle va évoluer, aux dernières nouvelles, on portera toujours des vêtements dans en 2050, et donc on va continuer d’en acheter.

A l’arrivée, on peut te dire 2 choses :
Si tu penses qu’il y a une vraie place dans ton armoire pour un t-shirt, un sweat ou un bonnet POW, et que ça ne finira pas dans la pile de choses qu’on met 2 fois par an, alors tu peux nous soutenir en achetant quelque chose à nos couleurs (bon, tu veux une blague ? au moment où on décide parler du merch, le site est HS ! Dès que c’est bon on rajoutera le lien à l’article)

– On a réfléchi à un système cool pour afficher nos couleurs qui ne t’oblige pas à racheter un nouveau vêtement : un patch à coudre sur le vêtement de ton choix ! C’est dispo avec l’une de nos adhésions ici. On reçoit d’ailleurs les derniers prototypes cette semaine, alors tu pourras bientôt voir à quoi ils ressemblent, avec des premiers envois début d’année !

On en profite d’ailleurs pour te rappeller que si tu décides de nous soutenir en adhérant d’ici le 31 décembre, t’as moyen de gagner des supers cadeaux (va voir notre dernier post) Idem si tu es déjà parmi nous, avec en plus un système de parrainage !

Pour finir, n’hésite pas à nous dire ce que toi tu penses de tout ça, que ce soit par mail ou sur les réseaux. Parce que la communauté POW, c’est nous tous !


Pour aller plus loin :

Article de WEDRESSFAIR ici, qui au-delà de la partie boutique est un acteur qui sensibilise sur les enjeux liés à l’industrie
Le site de En Mode Climat
Le média The GoodsGoods, centré sur ces questions

Retour sur le One Planet Polar Summit

Retour sur le One Planet Polar Summit

Il y a quelques semaines, Garance et Laura de la Team POW se sont rendues au One Planet Polar Summit, le tout premier sommet international consacré aux glaciers et aux pôles. Un sommet international pour les pôles et les glaciers, mais pour quoi faire ? Est-ce que ça a été utile ? On vous dit tout !

Si vous nous suivez vous le savez, les glaciers et les pôles jouent un rôle indispensable dans la régulation du climat, du cycle de l’eau, la montée du niveau des mers, l’effet d’albédo, l’accès à l’eau, etc.
Ils sont les moteurs du changement climatique ! Les enjeux liés à la cryosphère sont environnementaux mais aussi sociaux, commerciaux, et géopolitiques. Et surtout ces enjeux sont globaux, ce qui signifie que le monde entier est concerné d’une façon ou d’une autre car ce qui se passe aux pôles ne reste pas aux pôles. 

Aujourd’hui, les régions polaires et les glaciers vont très mal et les récents constats scientifiques font tous peur : l’Arctique sera privé de banquise d’été dès 2030, l’Antarctique n’a jamais eu une couverture de glace aussi faible, l’Arctique se réchauffe 4 fois plus vite que le reste de la planète (le Svalbard 6 à 8 fois plus vite, nos glaciers français c’est 2x plus vite) et le Groenland est responsable – à lui seul – de 17% d’élévation du niveau des mers. Même si les pôles nous semblent être des régions lointaines, notre quotidien est directement lié à eux.  Alors il était grand temps qu’un maximum de pays se réunissent pour traiter de ce que le GIEC considère comme l’une des 10 menaces majeures du réchauffement climatique : la fonte des glaces. Et si la cryosphère est en voie de disparition aujourd’hui, c’est à cause des trop fortes émissions de GES et de la combustion d’énergies fossiles pour les activités humaines.

C’est dans ce cadre que le Président de la République, Emmanuel Macron, et l’Ambassadeur des pôles et des enjeux maritimes, Olivier Poivre d’Arvor, ont initié le One Planet Polar Summit. Ce sommet s’est déroulé le 8, 9 et 10 novembre au Museum national d’Histoire naturelle de Paris et il a rassemblé chercheurs, scientifiques, ONG, explorateurs, fondations et représentants des peuples autochtones pour faire part des constats et observations scientifiques aux leaders politiques. Parmi tout ce monde il y avait des noms connus comme : Jim Skea, Valérie Masson Delmotte, Christophe Béchu, l’Institut Paul-Emile Victor ou encore Jean Jouzel. Du côté des scientifiques, une des attentes principales de ce sommet était de voir la Stratégie Polaire d’avril 2022 obtenir un financement. Parallèlement, l’enjeu pour les ONGs était de mobiliser tous les acteurs pour motiver les pouvoirs publics à passer à l’action et obtenir des engagements fermes de la part des leaders politiques. En parallèle de ce sommet se tenait le Forum de Paris sur la Paix. Lors du sommet, les différentes personnalités politiques ont insisté sur le fait que l’équilibre de la paix dans le monde dépend largement de la gestion de l’Arctique et de l’Antarctique. Ce One Planet – Polar Summit s’inscrit dans la continuité du One Forest Summit du 1er et 2 mars 2023 qui été dédié aux forêts tropicales.

Pour marquer l’ouverture de ce sommet, POW était présent aux côtés d’autres ONGs (comme nos voisins de Mountain Wilderness) et glaciologues pour demander la mise en place de 4 mesures fortes et immédiates pour protéger les glaciers, incluant notamment un arrêt définitif des aménagements sur glaciers en vue d’activités touristiques (coucou le glacier de la Girose).
 Vous pouvez lire et signer cet appel ici !


Les deux premières journées étaient consacrées à un forum scientifique qui a regroupé l’ensemble de la communauté scientifique internationale avec notamment les experts du GIEC et de l’IPBES. Séparés dans des salles différentes, ces trois groupes de travail avaient pour objectif de préparer les recommandations politiques. Les scientifiques sont venus présenter leurs travaux à tour de rôle. Le mercredi 8 au soir, s’est tenu le lancement de la Fondation Albédo pour la Cryosphère. Cette fondation était annoncée dans la Stratégie Polaire pour 2030 intitulée “Équilibrer les extrêmes” et elle a été créée sous l’égide du CNRS par Frederik Paulsen, milliardaire et explorateur suédois qui souhaite soutenir la recherche polaire française.
La deuxième journée a permis de poursuivre le travail de la première, mais c’était également l’occasion de parler des écosystèmes post-glaciaires. En effet, protéger les glaciers est essentiel mais il faut déjà anticiper la protection des espaces et écosystèmes post-glaciaires. Une étude parue à la fin de l’année 2022 a démontré que d’ici la fin du siècle on aura perdu la moitié des glaciers sur Terre, ce qui signifie que de nouveaux écosystèmes vont apparaître suite à la fonte des glaciers et qu’il faut d’ores-et-déjà s’attaquer à la protection de cette future nature. Et c’est notamment le message qu’entend porter le maire de Bourg Saint Maurice, Guillaume Desrues, avec la mise en place d’un projet pédagogique autour de l’Aiguille Rouge. Au cours de sa prise de parole, le maire de BSM a insisté sur le fait que le ski est une activité qui doit faire preuve de résilience et d’adaptation face à la disparition des glaciers. Il a d’ailleurs souligné : Il faut une transition de modèle économique et cet engagement doit notamment passer par le ski.(NDLR: en France, 8 domaines skiables permettent de skier sur un glacier)

 

Conclusions :

Que faut-il retenir de ce premier sommet ? L’aboutissement de ce sommet c’est l’Appel de Paris pour les glaciers et les pôles qui combine les recommandations scientifiques mais aussi celles de la société civile et qui a été signé par 30 pays. Parmi ces pays, on ne retrouve pas les pays arctiques.

À l’occasion de sa déclaration le 9 novembre, Emmanuel Macron a notamment annoncé : 

  • 1M pour la recherche polaire
  • Un nouveau navire à capacité glace pour la flotte océanographique française qui portera le nom de Michel Rocard
  • La rénovation et la modernisation des stations Durmont d’Urville et Concordia en Antarctique en minimisant leurs impacts sur l’environnement 
  • Renforcement du budget de l’IPEV (Institut Paul-Emile Victor)
  • Sa volonté de créer des aires marines protégées pour l’Arctique et l’Antarctique. 

Concernant les glaciers de la métropole, le Président appelle à une concertation pour voir la totalité des glaciers de la métropole en protection forte (actuellement c’est 60% des glaciers qui sont en aire protégée de niveau fort). Une annonce qui a rendu optimiste de nombreuses personnes, comme celles militant pour l’arrêt des travaux sur le glacier de la Girose.
Sauf que comme souvent, derrière les annonces, il faut éviter de se réjouir trop vite, car quand on dit qu’une concertation va avoir lieu, ça veut dire que : 1. ça va prendre du temps 2. pour l’instant ça n’engage à rien. 


En attendant, on tient à rappeler encore et encore que l’efficacité de ces mesures est conditionnée à la réduction de nos émissions de GES (induisant la sortie de notre dépendance des énergies fossiles et l’application de l’accord de Paris.) Ce qui a d’ailleurs été souligné dans les recommandations de la société civile et les recommandations des scientifiques, car augmenter le budget de la recherche, c’est très bien. Mais ne pas augmenter drastiquement toutes actions limitant le réchauffement climatique, ça l’est beaucoup moins et ça rend inutile la 1ère mesure.

 

Rappelons ici que malgré cet appel, aucune mesure ne sera efficace si nous ne réduisons pas de manière drastique nos émissions de gaz à effet de serre et restons en dessous des 1,5°C de réchauffement.

Lydie Lescarmontier

Glaciologue

Le point positif à retenir néanmoins, c’est que la mobilisation -notamment entre ONG et scientifiques – ça marche (parfois, mais c’est la note positive qui fait du bien) et c’est nécessaire afin de faire remonter des sujets à la classe politique. Maintenant, à nous de rester vigilants sur la concrétisation des différentes paroles et surtout, à nous de veiller à ce que des engagements forts soient pris sur d’autres sujets (comme le transport évidemment !).

Les experts mondiaux ont donné une feuille de route pour l’action sur la cryosphère. Nous avons maintenant besoin du courage politique des dirigeants pour la mettre en œuvre

Geneviève Pons

Directrice honoraire de la Commission Européenne

On prend bonne note !

JO 2030 en France : pas à n importe quel prix

JO 2030 en France : pas à n importe quel prix

Des JO d’Hiver 2030 en France : pas à n’importe quel prix pour l’environnement et les territoires de montagne

20 ONGs et plus d’une centaine d’athlètes, élus, professionnels et habitants des territoires de montagne, scientifiques, ou experts de l’environnement et de l’événementiel posent les conditions environnementales pour des Jeux
d’Hiver compatibles avec le respect des limites planétaires et bénéfiques pour les populations et les territoires.

Mardi 7 novembre dernier, la France a officialisé sa candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver 2030. Porté par les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, le dossier de candidature de la France a été déposé au Comité International Olympique (CIO) par le CNOSF. Prochaine étape, une présentation au CIO le 21 novembre, puis l’officialisation de la liste des candidats, qui devront alors détailler leurs projets.
L’attribution des Jeux d’hiver 2030 sera enfin annoncée au cours de l’année 2024. Candidate malheureuse à l’organisation des JO d’Hiver 2018 avec Annecy, la France n’a plus accueilli cet événement depuis Albertville en 1992.
Au regard des enjeux climatiques et environnementaux actuels et futurs, un collectif de 20 ONGs, athlètes, élus, professionnels et habitants des territoires de montagne, scientifiques, ou experts de l’environnement et de l’événementiel ont esquissé les conditions environnementales que les Jeux Olympiques et Paralympiques d’Hiver 2030 doivent respecter pour pouvoir prétendre être compatibles avec le respect des limites planétaires et bénéfiques aux territoires et à leurs populations.
En effet le sport, et plus particulièrement les sports d’hiver et les territoires de montagne, sont et seront de plus en plus impactés par les conséquences du changement climatique et la perte de biodiversité. À la fois responsables et victimes, les activités sportives et les événements sportifs sont constituants et essentiels pour nos sociétés. Cependant, si nous souhaitons profiter des bienfaits de ces activités dans le futur, elles doivent à la fois réduire leurs impacts environnementaux, s’adapter aux conséquences du changement climatique et contribuer à la transition écologique de notre société.
Les grands événements sportifs, voulus et soutenus par les pouvoirs publics, doivent se penser et s’organiser comme des outils au service d’un projet de société et de territoire, permettant l’habitabilité de ces espaces à long-terme. Si les Jeux Olympiques et Paralympiques d’Hiver ont un effet de catalyseur et d’accélérateur de politiques publiques, les investissements financiers et matériels importants qu’ils nécessitent (rénovation d’infrastructures sportives, de réseaux de transports, de logements etc.) sont une opportunité de mettre en œuvre une véritable transition des territoires de montagne. Cette transition doit permettre d’assurer leur habitabilité à moyen et long terme, de faire évoluer l’industrie du tourisme d’hiver, d’anticiper les enjeux sociaux engendrés par le réchauffement climatique et de préserver les écosystèmes. L’événement doit être au service de l’intérêt général.
Les conditions définies par ce collectif posent les bases des mesures à prendre sur le plan
environnemental pour des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver compatibles avec le respect des limites planétaires, et bénéfiques pour les territoires. Sans le respect de ces
conditions par les organisateurs, ces Jeux d’Hiver 2030 contribueront malheureusement au dérèglement climatique et à la perte de biodiversité, auxquels font déjà face les territoires de montagne aujourd’hui.

Conditions pour une évolution indispensable du cadre et de la gouvernance
1. CIO et Fédérations internationales : intégrer les évolutions du climat dans la conception
de l’événement
2. État et collectivités : conditionner les aides publiques au respect de conditions environnementales notamment à une division par 2 des émissions de gaz à effet de
serre
3. CIO et Fédérations internationales : réduire le transport aérien nécessaire aux athlètes
pour être sélectionnés pour les Jeux
4. État et collectivités : organiser une consultation citoyenne
5. Mettre en place un comité de suivi indépendant afin d’assurer une gouvernance qui
porte les sujets environnementaux
Conditions pour une organisation respectueuse des limites environnementales
Une sobriété nécessaire dans les aménagements et infrastructures
6. Garantir des pistes faites très majoritairement avec de l’enneigement naturel
7. Organiser des Jeux à partir d’infrastructures 100% existantes aujourd’hui
8. Garantir la préservation de 100% des sites naturels
9. Assurer la rénovation thermique des bâtiments énergivores utilisés pour l’événement
10. Une alimentation électrique assurée à 95% par le réseau
Un recours minimal au transport aérien et à la voiture individuelle
11. Réduire au strict minimum les recours au transport aérien tout en permettant aux
publics d’autres régions du monde de vivre l’événement depuis chez eux
12. Utiliser zéro hélicoptère autre que pour la sécurité / les secours
13. Rendre accessible au moins 80% des sites en train ou autres transports en commun
Une gestion éthique et durable des consommables
14. Produire ou consommer zéro objet à usage unique
15. Proscrire les goodies et assurer 100% des achats responsables
16. Garantir 80% d’alimentation durable
17. Renoncer aux partenariats avec des sponsors dont l’activité promeut des conduites et des produits fortement polluants ou consommateurs de ressources

Document “Les Conditions environnementales pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’Hiver 2030” : https://urlz.fr/osb0

CONTACTS :
● Contact du collectif : collectifsportenvironnement@gmail.com
● Maël BESSON, Coordinateur du document, spécialiste indépendant de la transition
écologique du sport : besson24@gmail.com・06 86 90 44 76
● Xavier CAILHOL : Chercheur sur les évolutions de la haute montagne dans un contexte
de changement climatique et aspirant Guide de haute montagne
x.cailhol07@gmail.com・06 16 08 82 93
● Marie Donin-Habert : Championne Olympique Biathlon Mariedorin@hotmail.fr
06 33 20 26 17
● Antoine PIN, Directeur de l’ONG Protect Our Winter France (POW) :
antoine@protectourwinters.fr・07 68 49 88 59

ONG signataires : ACTS FOR THE SUMMIT, ANESTAPS, Big Bang Ballers, EcoloSport, Féclaz Sport & Nature, Game Earth Fund, Les ÉcoAthlètes, Match For Green, Mountain Riders, No Plastic in my Sea, Protect Our Winters France Recyclerie Sportive, Sport and Sustainability International (SandSI), Sport For Future, Surfrider Foundation Europe, Trail Runner Foundation, Un Seul Terrain, Une bouteille à la mer, Uni-Vert Sport, 1% for the Planet France
Liste complète des signataires : https://urlz.fr/os8X
Lien pour signer : https://forms.gle/9tkUEwvNa7Kp2SQR8