JO d Hiver 2030 en France on en est où

Depuis plusieurs semaines le sujet des Jeux Olympiques d’Hiver 2030 anime le monde de la montagne et une partie du monde du sport. Entre les déclarations de Laurent Wauquiez, les oppositions grandissantes, ou notre tribune mettant sur la table des critères environnementaux pour des jeux “durables”, on vous propose un récap de ces dernières semaines et notre avis détaillé sur tout ça !

Une candidature sortie du chapeau

La France a officialisé sa candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver 2030 le 7 novembre. Portée par les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, la candidature française a été la seule retenue par le CIO le 29 novembre, écartant les candidatures de la Suède et de la Suisse, scellant (quasiment) le destin des Jeux d’hiver ouvrant la prochaine décennie.

Cette candidature a entraîné et entraîne énormément de réactions et de désaccords de la part de collectifs de citoyens, d’associations… La 1ère chose mise en avant : le manque de concertation totale des citoyens. Les choses se sont faites très rapidement, sans qu’à aucun moment les populations n’aient été sollicitées. Le collectif NO JO (un collectif historiquement en opposition aux Jeux Olympiques) pointe du doigt : “une candidature faite dans l’urgence, décidée par nos présidents de régions sans consultation des citoyens”. Une tribune demandant un référendum sur les jeux a d’ailleurs été publiée, mettant en avant le fait que “si la France organise les JOP d’hiver 2030, c’est parce que les autres ont refusé”. Car oui, les candidats sont de moins en moins nombreux : l’Espagne et le Japon, initialement dans la course, ont récemment enterré leurs espoirs d’organiser les Jeux d’hiver.
Faut dire que les raisons de faire marche arrière et les arguments nourrissant l’opposition sont nombreux : entre les impacts écologiques majeurs, les conditions climatiques qui se dégradent d’année en année ou encore les montants stratosphériques qui vont devoir être dépensés… Il y a de quoi faire !

Organiser des Jeux Olympiques va devenir de plus en plus compliqué face aux réalités environnementales. Bien avant 2030, nos modes de vie doivent changer, et les Jeux, avec toute l’importance qu’ils représentent pour nos sociétés, ne peuvent pas échapper à la règle.

Alors quid des Jeux d’Hiver 2030 et des conditions dans lesquelles ils se dérouleront ? Ces enjeux semblent être pris au sérieux, puisque Laurent Wauquiez a déclaré vouloir organiser les « premiers JO d’hiver durables » en faisant des Alpes « la première montagne durable au monde pour les JO 2030 ». Rien que ça !

Des conditions incontournables 

En réaction à la candidature française, POW France avec 19 ONGs et plus d’une centaine d’athlètes, d’élus, de professionnels et habitants des territoires de montagne, de scientifiques, ou d’experts de l’environnement et de l’événementiel, ont travaillé collectivement pour définir ce que seraient les conditions environnementales pour des Jeux d’Hiver compatibles avec le respect des limites planétaires et bénéfiques pour les populations et les territoires.
On a donc posé 17 conditions essentielles et complémentaires, au regard des connaissances scientifiques actuelles, à respecter pour pouvoir prétendre qu’un événement d’une telle ampleur puisse espérer être compatible avec les enjeux écologiques. Vous pouvez les retrouver ici, avec le lien du document de travail rentrant dans le détail sur chacun d’eux.
Depuis, nous effectuons un travail de fond pour faire valoir l’importance de ces conditions et tenter d’instaurer un dialogue avec toutes les entités concernées par ces Jeux.

Plusieurs signataires de la tribune ont été sollicités pour un rendez-vous à l’Elysée avec plusieurs conseillers pour discuter de ces conditions. Antoine Pin, directeur de POW France, était parmi les personnes sur place pour participer aux échanges et faire valoir l’importance du travail effectué. Sans rentrer dans le détail des échanges, ce rendez-vous fut l’occasion d’aborder les points de la tribune, notamment pour voir quel point est la responsabilité de qui et sur quels points des accords et des désaccords étaient ancrés pour l’instant.

Un dialogue rompu avec la région

Les principaux intéressés avec qui une discussion doit avoir lieu, ce sont les présidents des régions AURA et PACA : Laurent Wauquiez et Renaud Muselier. Et c’est bien là que ça coince déjà. Si les déclarations publiques de Laurent Wauquiez pourraient laisser penser à première vue (et avec beaucoup d’optimisme) que les enjeux environnementaux seront au centre des réflexions en interne, la réalité semble bien différente. Suite au rendez-vous à l’Elysée, l’acteur économique Outdoor Sports Valley, qui était présent sur place, a vu ses adhérents (dont POW fait partie) recevoir un courrier annonçant que la région retirait sa subvention annuelle de 620 000 euros, au motif que OSV était signataire de la tribune et qu’un représentant avait participé au rendez-vous à l’Elysée. Une réaction qui témoigne de beaucoup de choses, mais pas d’une envie de dialoguer autour des enjeux écologiques et de la tribune avec les acteurs des territoires. Vous pouvez retrouver notre réaction sur le sujet ici.
Des discussions sont en cours entre OSV et la région concernant cette décision (réaction d’OSV ici ). Nous espérons que cette dernière saura revoir sa position.

En démocratie, l’organisation des JO en 2030 devrait se faire avec une concertation de la population, en travaillant avec l’ensemble des acteurs du territoire, notamment les associations et ONG environnementales. C’est la trajectoire inverse qui est en train d’être prise.

C’est quoi la suite ?

La prochaine échéance concernant le destin des Jeux d’hiver 2030 est juillet prochain, date à laquelle la candidature sera officialisée. Nous allons travailler durant les mois à venir au fait de mettre sur toutes les tables les conditions environnementales partagées dans la tribune. Un courrier a été rédigé et envoyé au nom du collectif porteur de la tribune afin de demander un rendez-vous à toutes les instances liées à l’organisation de ces jeux : élus régionaux, nationaux, mais aussi le CIO ou autres fédérations. (disponible ici). D’ici là, nous vous tiendrons régulièrement au courant de l’avancée du travail effectué. Nous allons également partager du contenu sur l’impact des jeux d’hivers plus largement, afin de montrer avec un maximum de données à l’appui l’importance de remettre en question le modèle existant.

POW, vous êtes pour les JO alors ?!

Quand on a dit tout ça, est-ce qu’on a répondu de manière tranchée à la question que l’on nous pose le plus :  pour ou contre les JO d’Hiver ?
En fait, on est partagés ! D’un côté, les JO restent pour les amoureux de sport un moment unique, important pour des athlètes de nombreuses disciplines peu mises en avant en dehors de cette occasion, que c’est LA compétition censée représenter l’essence du sport à travers des valeurs d’union, d’interculturalité, d’inspiration pour les plus jeunes…
MAIS force est de constater en regardant les éditions récentes comme Beijing ou encore les sujets entourant Paris 2024 comme la destruction de coraux pour l’épreuve de surf à Tahiti, que ce dont on est témoin c’est loin d’être la meilleure représentation du sport et de l’esprit olympique. Et on n’est clairement pas sur des événements pouvant être considérés comme compatibles avec les enjeux environnementaux.

Aujourd’hui, si le CIO, les organisateurs et tous les acteurs contribuant à l’organisation des Jeux sont dans une bulle étanche aux constats scientifiques et aux alertes qui en découlent, l’objectif doit être de percer cette bulle. On le répète : bien avant 2030, nos modes de vie doivent changer, et les Jeux, malgré toute l’importance qu’ils représentent pour nos sociétés, ne peuvent pas échapper à la règle. Le sport en général n’a pas à être placé au-dessus des enjeux de survies que représentent les enjeux écologiques.
Alors dans un premier temps, l’objectif qu’on souhaite accomplir avec le travail fait sur la tribune, c’est de mettre sur la table de tout le monde ce qui devrait être respecté pour prétendre parler de “jeux durables” et de rappeler que si ces critères ne sont pas pris en compte, alors les organisateurs devront assumer d’organiser des jeux qui ne sont pas compatibles avec les limites planétaires, avec l’opposition citoyenne qui en découlera.

Nous comprenons que de nombreuses personnes soient d’ores et déjà opposées à l’organisation pure et simple de Jeux Olympiques. Cela amène à grande une question que notre société doit rapidement se poser : est-il possible d’imaginer des manifestations sportives internationales compatibles avec l’Accord de Paris ?

Chez POW on n’a pas encore la réponse. On a choisit d’adopter cette stratégie pour faire bouger les lignes, en prenant en compte l’impact que cela pourrait avoir dans le monde du sport en général que de faire bouger les lignes au niveau des Jeux Olympiques. Nous prenons à bras le corps le sujet 7 ans avant, en se disant qu’il est encore temps de dialoguer. Notre position sera forcément amenée à évoluer selon les réactions et positionnements des différentes parties prenantes dans les mois/années à venir. En attendant, on continuera d’aborder le sujet avec transparence et honnêteté comme on s’efforce de le faire sur tous les autres sujets !

On ne peut que vous inviter à venir nous partager votre avis sur les réseaux sociaux et à débattre sur le sujet avec respect et bienveillance.