Recap de la Convention POWpulaire : la place des Femmes en Montagne

Recap de la Convention POWpulaire : la place des Femmes en Montagne

La place des Femmes en Montagne, c’est le sujet de départ de notre dernière Convention POWpulaire, ce format de café-débat en ligne que l’on anime tous les 1ers mercredi du mois ! Pour l’occasion, on était en compagnie de membres de l’équipe du festival Femmes en Montagne, qui a lieu du 2 au 5 novembre, et notamment d’Antonia Bouvier, qui vient de terminer un travail de mémoire sur le sujet. Pour vous donner envie de venir aux prochains rendez-vous, ou encore pour vous donner des pistes, des recommandations et autres infos donnant envie de s’intéresser au sujet, on vous propose un petit tour retour sur cette super soirée.

On a commencé par une présentation du festival. On ne vous refais pas cette dernière, mais si vous ne connaissez pas le festival, au moment où ces lignes sont publiées il n’est pas trop tard, rendez-vous sur leur site.

Ensuite, Antonia nous a partagé une présentation de son travail de recherche.
Cette dernière commence par un chiffre fort : 2%. 2%, c’est la part de guides de hautes montagnes qui sont des femmes. Ces 2%, Antonia les met en perspective d’un autre 2% : c’est aussi ce que les glaciers des Alpes françaises perdent en surface chaque année depuis 2005.
C’est par cette mise en perspective et ce clin d’œil entre pourcentages que de grandes questions interviennent tôt dans son mémoire.
Inégalités de genre ? Fonte des glaciers ? Pourrait-il exister un lien entre l’exploitation de la nature et l’oppression des femmes ?
Antonia se sert du sujet de l’alpinisme pour mettre en exergue des problématiques d’inégalités présentes partout en montagne. Il y a 40% d’adhérentes dans les fédérations de montagne, mais 10% de femmes sont leaders des sorties, et 2% sont guidées par des professionnels.

Les raisons expliquant cette disparité sont nombreuses. Parmi elles, la représentation. Dans son mémoire, Antonia cite Cécile Ottogalli – Mazzacavallo, autrice de la thèse « Des femmes à la conquête des sommets : Genre et Alpinisme » qui affirme que : « L’Histoire de l’alpinisme raisonne au nom de ses héros masculins ». En effet, depuis le début du XVIII siècle l’alpinisme représente l’effort intensif et la force surhumaine d’hommes qui partent défier les sommets alpins les plus hauts : « un homme, aventurier, hyper responsable, physiquement irréprochable, jamais soif, jamais peur, jamais froid ».

Cette représentation principalement des exploits des hommes n’a pas tellement été bousculée depuis. En 2019, toutes les unes de l’Équipe, tous sports confondus, sont à 98% des exploits masculins.On estime que seul 0,4% de sponsoring mondial est investi pour les athlètes et équipes féminines

Antonia a ensuite entamé un début de réponse à la question : pourquoi la place des femmes en montagnes est liée aux combats environnementaux. Un constat d’ailleurs applicable plus généralement à l’échelle de la planète. On vous partage un extrait directement de son mémoire qui appuie sur l’un des points fondamentaux du problème :

” Il est indéniable que la société exerce une influence considérable sur la montagne et sur les femmes. La déclaration de la COP 26 selon laquelle le changement climatique “n’est pas neutre du point de vue du genre” renforce cette idée. En effet, il est alarmant de constater que 80 % des personnes déplacées par les catastrophes et les changements climatiques dans le monde sont des femmes et des filles (Les femmes sont les premières victimes de la crise climatique, selon la COP26, 2023). Ce chiffre souligne la vulnérabilité accrue des femmes face aux conséquences environnementales et met en évidence une inégalité structurelle préexistante. “

Les femmes ne partent pas d’un terrain de jeu égal – économiquement, socialement et politiquement. Elles sont plus vulnérables à cause de ces constructions”

DW Gotelind Alber

Cofondatrice de l'organisation non gouvernementale GenderCC-Women for Climate Justice.

Ont ensuite été abordés des axes comme la répartition du travail différente historiquement selon les hommes et les femmes (notamment en montagne), la façon dont les choses peuvent bouger (trop) lentement, ou encore l’usage du mot écoféminisme…

Vous pouvez retrouver la partie présentation d’Antonia enregistrée ici, et sinon pour mieux comprendre le sujet et comprendre tout le travail de recherche d’Antonia, voici une version publique de son mémoire ici. On vous conseille vraiment d’y jeter un oeil ! C’est un travail passionnant et rigoureux sur une problématique importante quasiment pas traitée en France.
On vous partage également une liste de ressources et de contenus à la fin de l’article.

Pour terminer, on vous rappelle que les Conventions POWpulaire ont pour objectif d’offrir à la fois une dimension informative, qui passe alors par une présentation et/ou des invités, mais surtout d’offrir un temps d’échanges et de débats dans un cadre de confiance.
C’est pour cela que les Conventions POWpulaires ne seront jamais enregistrées en entier, car on ne souhaite pas que cela puisse brider la liberté de parole de chacun.e.
On continuera de vous faire les meilleurs recaps possibles, mais le meilleur moyen de ne rien rater et de venir échanger avec nous, c’est de s’inscrire !
La prochaine c’est le mercredi 8 novembre à 18H30 (inscription ici). On sera cette fois avec Mollow pour parler voyages en trains, conseils sur Interrail, concours TOPOW etc. Viens, ça va être cool et peut-être qu’on t’aidera à organiser ta prochaine aventure !

Aventure Bénévole : les Pyrénéens au Glacier d Ossoue

Aventure Bénévole : les Pyrénéens au Glacier d Ossoue

Le 5 septembre 2023, Emmanuel, Laura et Caroline de la team Pyrénées ont participé à une sortie de l’association Moraine (l’Observatoire des Glaciers des Pyrénées françaises). Ils ont accompagné le glaciologue Pierre René pour effectuer des mesures et comprendre les transformations du glacier d’Ossoue, le plus grand des Pyrénées françaises (25ha en 2022). Il s’agit de la deuxième fois où Moraine et POW se retrouvent depuis 2020, et nous avons déjà écrit des articles pour parler des glaciers pyrénéens ici.

Dans les Pyrénées, les glaciers ont perdu 90% de leur superficie depuis 1850 et sont condamnés à disparaître, représentant de véritables reflets du changement climatique. Le glacier d’Ossoue se situe sur le massif du Vignemale (3298m) entre 2770 et 3200m d’altitude. La petite team POW y a donc retrouvé Pierre René afin de s’intéresser aux variations de l’épaisseur du glacier qui constitue le paramètre le plus représentatif de son comportement, afin de rendre compte de sa fonte. De mai à octobre, Pierre René s’y rend tous les mois afin d’en mesurer l’ablation, c’est-à-dire la quantité de glace qui a fondu. Pour ce faire, il utilise des balises d’ablation constituées de 5 piquets en bois de 2m de long implantés dans la glace.

Les mesures effectuées le 5 septembre 2023 sont dramatiques et confirment l’état extrêmement critique du glacier. Sur l’une des balises, les chiffres étaient particulièrement stupéfiants : pendant le mois d’août seulement, 2,05m avaient fondu, soit pratiquement 7cm par jour. 

Ce chiffre assez effroyable permet de réaliser l’ampleur de la fonte du glacier d’Ossoue, et se dire qu’il y a un mois on aurait été sous la glace est assez terrifiant. C’est vraiment émouvant d’être sur cette étendue de glace qui fond sous nos pieds, ce patrimoine qui s’effondre, et c’est tellement important de s’intéresser au travail des scientifiques pour réaliser ce qu’il se passe
Laura, bénévole POW France

Le glacier d’Ossoue a perdu 40m d’épaisseur depuis 2001, presque 2m par an. Toutefois, “cette tendance est peut-être en train de s’accélérer” explique Pierre René.
“L’année dernière, en 2022, il a perdu 4,50m d’épaisseur, plus du double. Cette année, à partir des mesures qui ont été faites – même si on est encore sur des relevés intermédiaires puisque le bilan se fera en octobre – – on est déjà à 3m de glace perdus. Donc on est à nouveau bien au-dessus de la moyenne. Cette diminution du glacier d’Ossoue se poursuit, et semble peut-être s’accélérer.”

Après avoir effectué ce travail de terrain essentiel pour comprendre l’ampleur de la fonte du glacier, une question nécessaire s’est posée : quels en sont les impacts ?

Pierre René a également fait part de son expertise sur ce sujet primordial. En premier lieu, on va inévitablement faire face à une perte de biodiversité qui vit dans cet environnement de haute montagne et dépend de la glace. La pratique de la haute montagne est également affectée, l’accès aux sommets devenant difficile à cause des éboulements ainsi que de la multiplication de roches à gravir. À ce titre, au mois d’août, certains bureaux des guides ont cessé de proposer l’ascension de l’Aneto (point culminant des Pyrénées à 3404m, côté espagnol).

 

Le rôle premier des glaciers pyrénéens est d’être des lanceurs d’alertes, des reflets du climat. À travers leur disparition, on voit un signal d’alerte supplémentaire de ce réchauffement global
Pierre René, Glaciologue

Pierre René évoque aussi un impact plus esthétique, avec “une transformation irréversible, au moins à court terme, des paysages de haute montagne”. Il rappelle tout de même que les impacts restent limités pour les glaciers pyrénéens car ils sont très petits, mais qu’ils doivent devenir des symboles du changement climatique en France et dans les régions de montagne en général. Comme il l’a bien souligné : le rôle premier des glaciers pyrénéens est d’être des lanceurs d’alertes, des reflets du climat. À travers leur disparition, on voit un signal d’alerte supplémentaire de ce réchauffement global. Les glaciers sont de véritables indicateurs de l’état de santé de la Terre, permettant de mesurer l’ampleur du changement climatique et de ses effets qui y sont directs.
“On a souvent du mal à se rendre compte de l’urgence climatique. Le rythme effréné à laquelle ce glacier fond l’incarne parfaitement. Pour ce glacier il est déjà trop tard, mais il y a tant de choses à faire , et ne pas faire, pour sauver les autres” complète Caroline qui se veut optimiste.

“Cette expérience de terrain fut enrichissante, tant pour être témoin en temps réel des effets dévastateurs du changement climatique que de permettre à notre petite communauté pyrénéenne de se rencontrer pour partager quelque chose de concret” s’est exprimé Emmanuel en guise de conclusion.

Cette belle équipe pyrénéenne n’attend qu’une chose : s’agrandir et se retrouver à nouveau dans ses beaux massifs. N’hésitez pas à nous écrire alors pour rejoindre la team POW ! 😉 Pour ça, vous pouvez directement vous rendre sur notre site ici, ou nous écrire à l’adresse benevoles@protectourwinters.fr !

Pour aller plus loin sur le sujet des glaciers on vous conseille cette vidéo et sachez que si vous êtes dans les Alpes, on a de nombreux groupes locaux également, avec qui vous pourriez venir vivre d’autres aventures similaires !

REJOINS DES COLLECTIFS PRES DE CHEZ TOI

REJOINS DES COLLECTIFS PRES DE CHEZ TOI

Ce projet a été construit avec la vocation et l’ambition de vous donner les clés pour agir, vous, amoureux.ses de la montagne, citoyen.nes engagé.es en faveur du climat…
Maintenant que les choses sont lancées, que le cadre est préparé, on a besoin de vous pour que la braise s’enflamme ! 

Aujourd’hui, quelque soit ton profil, ton aide est précieuse ! Que ce soit pour organiser des projections-débat, que ce soit pour relayer nos différents contenus sur les réseaux ou autour de toi, que ce soit pour aider des personnes qui sont en train d’organiser des soirées… Bref, t’as compris, on a besoin de tout le monde !

On sait que c’est pas forcément simple pour tout le monde de se lancer tout seul, alors si t’es motivé mais que tu hésites, rejoins un collectif !

Pour faciliter la mise en contact, il y a 2 grandes possibilités :

  • ➡️ rejoindre le discord Avant l’orage, sur lequel tu trouveras différents groupes selon les régions, lien juste ici 
  • ➡️ rejoindre la communauté Protect Our Winters France, qui a des groupes locaux bénévoles dans différentes régions, des Vosges à Grenoble en passant par Lyon, la Savoie, la Haute-Savoie… Un bon moyen à la fois de ne pas t’engager seul.e mais de trouver un moyen cool pour t’engager après !
    Pour ça, tu peux nous écrire à ici : benevoles@protectourwinters.fr 

Et n’hésite pas à en parler autour de toi, on a particulièrement besoin de :

  • ➡️ Toute personne motivée pouvant aider à organiser des projections : membres d’associations étudiantes, salles de spectacles/cinéma, élu.es locaux, membres d’un CSE…
  • ➡️ Toute personne ayant des connaissances dans l’animation de débat/ayant déjà animer et/ou faciliter des débats. Dans l’optique de donner des bonnes pratiques et “coacher”

Tous ensemble on peut faire pencher la balance, alors on compte sur toi ! 

 

 

 

 

Protégeons nos Hivers : La Capsule Hivernale

Protégeons nos Hivers : La Capsule Hivernale

Protégeons nos Hivers : La Capsule Hivernale !

Notre travail chez Protect Our Winters France prend différentes formes : de l’information au plaidoyer, de l’inspiration à l’action collective… On a pris la parole sur différents sujets, du GIEC aux diverses élections, de la mobilité aux questions démocratiques, en essayant toujours de porter la voix de notre communauté. Tout ce travail, il s’est toujours inscrit dans une démarche d’allier différents leviers, dans un seul et même but : faire avancer la lutte contre le réchauffement climatique. Aujourd’hui, on vous partage le lancement d’un projet symptomatique de ce que représente pour nous le mouvement Protect Our Winters : la Capsule Hivernale !

Les interviews déjà disponibles de Chloé Trespeuch, de Vivian Bruchez, d’Emily Harrop et des frères Ladevant !

La Capsule Hivernale, c’est quoi ?

Le projet de Capsule, c’est un engagement et un message de la part d’athlètes liés à l’hiver, matérialisés par un objet qui leur est cher à travers leurs pratiques. 
On a sollicité des sportifs qui s’engagent de différentes façons dans leurs vies, à illustrer leur envie de protéger nos hivers à travers le placement d’un objet qui leur est cher et a toute son utilité aujourd’hui, en 2022, dans une capsule temporelle. L’objectif est clair : faire en sorte que cet objet soit toujours utile dans le futur.

La Capsule hivernale, créée en acier recyclé et inspirée du flocon de neige, avec 6 faces, pour 6 athètes et 6 projets, est donc né suite à l’envie de créer un projet aussi fort symboliquement que concrètement.
Différents acteurs, amoureux de la montagne et du milieu outdoor, pour qui le combat de POW trouve un fort écho, étaient motivés par ce projet et ont aidé à l’émergence de cette campagne, de la réalisation de la capsule à la réalisation des images : on remercie pour ça Noir Global, Jour Blanc et la Fondation POMA !
L’art a sa carte à jouer en faveur de l’écologie, pour défendre le vivant et cultiver un autre imaginaire, cette campagne souhaite en être une illustration.

 

Un symbole fort pour cultiver un imaginaire d’actions

 

Quand on parle de s’engager pour le futur, on touche du doigt à la fois à quelque chose de terriblement crucial et quelque chose de parfois trop abstrait. Les conséquences émergent les unes après les autres et nous impactent de plus en plus directement, les données sont de plus en plus nombreuses, détaillées et les axes à améliorer de mieux en mieux défini… et pourtant, nous sommes encore loin aujourd’hui d’être aux portes des changements nécessaires.

Nous pensons chez POW, que pour entraîner toujours plus de monde dans la lutte, il faut que les messages et les actions soient multiples, que l’on touche différentes sensibilités et agissent sur différents timings : de l’action la plus concrète possible demain à l’aube, à la construction d’un nouvel imaginaire concernant la transition à amorcer et la société vers laquelle tendre. 

Ce projet de Capsule, il débarque avec l’ambition de rentrer par la porte imaginaire et inspiration et, de glisser vers des engagements palpables. Il est issu de l’envie d’utiliser la dimension artistique pour porter un message fort ! A l’instar du film Conscience que nous avons produit, où Gaetan Gaudissard va à la rencontre d’autres athlètes afin d’allier le message à la performance sportive, nous avons entraîné des athlètes dans cette campagne afin d’allier le beau, le symbolique aux messages forts et aux engagements concrets.


Des athlètes imparfaits, mais engagés

Dans notre société, on a plutôt l’habitude de voir des athlètes représentés à travers les images comme des modèles à suivre, des exemples. On va chercher des sportifs pour vendre des voitures, des parfums… Ces derniers ne sont vus et utilisés que par leur prisme de professionnels, jamais par celui de citoyens.
Pour autant, chez POW on n’est pas là pour vendre des skis ou faire la promotion de quoi que ce soit qui nous rapporterait de l’argent. On est là pour parler du sujet qui est de loin le plus difficile à aborder avec des sportifs : l’écologie.
La tâche est complexe, d’aucuns nous diraient que c’est une mauvaise idée.
La question se pose : comment parler d’écologie avec des gens qui ne sont pas parfaits à ce niveau là ?
Comment aborder cette question avec des gens qui sont loin de pouvoir incarner cette image d’exemple exempt de tout reproches ?
Les éléments de réponses sont multiples, mais ce qui nous a décidés, c’est avant tout leur volonté de s’engager malgré cela. On a sélectionné 6 athlètes qui, à côté de leurs pratiques, se sont engagés dans des projets liés à une démarche environnementale. Si vous nous suivez, vous savez que chez POW on ne prône pas vraiment la politique des petits pas individuels, on n’est pas vraiment du style à fermer les yeux sur certaines questions sensibles, notamment l’avion. On prend la parole et on se mobilise pour que des actions collectives aient lieu et que des changements majeurs émergent.

Ces changements majeurs, ils ne pourront émerger que si la voix qui défend le climat et plus largement le vivant, ne cesse de grandir, beaucoup plus rapidement et beaucoup plus fort qu’actuellement. Pour y arriver, on a donc besoin de personnes qui décident de s’engager avant d’attendre d’être parfait. On a besoin de voir les athlètes davantage comme des citoyens – avec certes un mode de vie à part – mais des défauts qu’on doit collectivement s’aider à corriger, sans pour autant transiger sur des actes qui iraient dans le sens inverse de la direction que doit prendre la défense du climat. Il y a une réelle nécessité de cohérence entre les actes et les mots pour pouvoir prendre la parole sur ce qui représente le plus grand défi de l’histoire de l’Humanité.

Aujourd’hui, on vous partage une campagne avec 6 athlètes qui, à notre sens, ont cette cohérence de par leurs volontés de s’engager à travers leurs projets. Et ces projets on va vous les faire découvrir avec des interviews de chaque athlète, une analyse de chacun des sujets… Tout ça à retrouver à travers la suite de la campagne !

En attendant, on vous laisse avec la liste des athlètes ⬇️


Chloé Trespeuch (snowboard)

Membre de l’équipe de France de snowboard cross et double médaillée olympique, Chloé Trespeuch est fondatrice de l’association environnementale “Ecoglobe”. Témoin de la fonte des glaciers sur lesquels elle s’entraîne, l’athlète originaire de Bourg Saint Maurice met en œuvre des actions locales pour sensibiliser à l’impact du réchauffement climatique sur la pratique du sport.

Vivian Bruchez (ski de pente raide)

Guide de haute montagne et professeur à l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme, Vivian Bruchez met à profit sa pratique du ski de pente raide pour mesurer la qualité de l’air en altitude. Un engagement envers la montagne que le natif de Chamonix a popularisé à travers l’ouverture de nombreuses premières descentes à ski ainsi qu’un travail documentaire comme le film éco-responsable “Diamant des Alpes”.

Liv Sansoz (alpinisme)

Double championne du monde d’escalade et première femme à réaliser l’ascension des 82 sommets de plus de 4000 mètres dans les Alpes, Liv Sansoz est engagée dans la préservation de l’environnement de longue date. Membre de l’association Protect Our Winters France depuis ses débuts, elle transmet son respect de la nature et sa volonté d’agir en conscience à travers son métier de guide de haute montagne.

Emily Harrop (ski d’alpinisme)

Membre de l’équipe de France de ski-alpinisme et détentrice de la coupe du monde de la discipline, Emily Harrop est l’auteure d’un mémoire sur l’implication des marques outdoor dans la préservation de l’environnement. Une voie ouverte par l’étudiante savoyarde pour ouvrir les consciences dans le milieu professionnel.

Frères Ladevant (escalade sur glace)

Champions du monde d’escalade sur glace et auteur d’ascensions extrêmes, Tristan et Louna Ladevant sont unis par leur corde autant que par leur engagement pour la préservation de l’environnement. Premiers athlètes français à participer au mouvement “1% pour la planète” les deux frères proposent une nouvelle vision de l’exploration en montagne à faible empreinte carbone.

François D’Haene (ultra trail)

Quatre fois vainqueur de l’ultra trail du Mont Blanc et détenteur de records sur des courses longue distance, François D’Haene est créateur du projet “Ultra Spirit”. Une aventure d’un nouveau genre imaginé par l’athlète d’Arêches-Beaufort pour faire découvrir l’environnement montagnard à travers la pratique de l’ultra trail.

 

Prochain rendez-vous, Lundi 7 novembre avec l’interview de Chloé Trespeuch !