La Cour des Comptes accable les stations de montagne

La Cour des Comptes accable les stations de montagne

Il y a quelques jours, la Cour des Comptes 1 a publié un rapport nommé “Les stations de montagne face au changement climatique”. Un rapport plutôt critique, qui a fortement fait réagir des acteurs des territoires de montagne, tant associatifs qu’économiques.
Chez POW on a pris le temps de lire le rapport, lire les critiques et surtout de se rendre compte qu’il manquait un élément majeur dans toutes les discussions. On vous en parle !

D’abord, que dit ce rapport ?

Le rapport de la Cour des Comptes avait pour objectif “de préciser les conséquences du changement climatique sur le tourisme hivernal en montagne et d’examiner comment les stations s’y sont adaptées.” partant du postulat que la France est “une destination majeure pour le tourisme hivernal” (2ème au rang mondial en termes de visiteurs). Une bonne chose en soi selon nous qu’un organe indépendant comme la Cour des comptes existe et puisse établir des rapports et émettre des recommandations sur des secteurs aussi importants.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rapport pointe du doigt un certain nombre de problèmes sur la façon dont les stations de montagne s’adaptent face au changement climatique.
Dans la synthèse du rapport (ici), le sommaire donne le ton d’emblée :
1/ Le modèle du ski français s’essouffle»
2/ Les politiques d’adaptation restent en deçà des enjeux
3/ La nécessité d’une gouvernance élargie et d’une meilleure préservation des ressources naturelles
4/ Un subventionnement public significatif et croissant

La Cour des comptes épingle notamment des stratégies d’adaptation encore trop centrées sur le tout ski avec trop peu d’efforts selon le rapport consacrés à la diversification des activités, et la production de neige de culture comme principal recours face au manque de cette dernière. Un constat qu’il est difficile de contester au vu des actualités sur le sujet qui fleurissent chaque année, comme la récente polémique qui enfle sur la neige récupérée et transportée par camion dans les Vosges.

Notre position là-dessus est que diriger la majeure partie des subventions vers des solutions technologiques témoigne d’une vision trop court-termiste et ne peut répondre que très partiellement à la nécessité de s’adapter face aux réalités environnementales actuelles et futures.

La production de neige permet de fiabiliser l’enneigement à court terme. Mais, elle ne constitue qu’une protection relative et transitoire contre les effets du changement climatique. Son coût est en effet important et son efficacité tend à se réduire avec la hausse des températures : dans certains cas, la production de neige peut tendre vers une mal-adaptation.

Extrait du rapport de la Cour des Comptes

Des conclusions contestées par certains professionnels de la montagne

Face au rapport accablant, des réactions et notamment de vives critiques sur les propos et la méthodologie de ce dernier ont été partagées.
L’ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne), l’ANMSM (Associations Nationale des Maires de Stations de Montagne) et Domaines Skiables de France 2 ont publié un communiqué commun pour «exprimer leur déception» et regretté le fait que la Cour des Comptes soit «restée sourde aux acteurs de terrain».
Selon eux, le panel de stations choisi ne serait pas assez représentatif (42 stations réparties sur tous les massifs ont été contrôlées) avec trop peu de ”grosses” stations dans l’échantillon.
Toujours selon eux, «ce rapport ne tient pas compte non plus de l’engouement persistant des clientèles pour les sports de neige».

Parmi les nombreuses contestations, une réponse directe sur le neige de culture qui améliorerait «nettement le modèle économique des domaines skiables et sa résilience aux aléas météorologiques sur les 3 à 5 mois d’une saison d’hiver. Ce point est démontré par les études Climsnow désormais largement répandues».
Problème selon nous ? Les résultats des études Climsnow ne sont pas accessibles publiquement. Donc dans un souci de transparence, notamment pour un secteur qui touche de nombreux fonds publics, il serait plus que souhaitable que ces études soient communiquées et accessibles à n’importe qui. Cela permettrait de répondre sur le fond et la pertinence (ou non) des résultats de ces études.

En attendant, comme à notre habitude, on a mis un peu de temps à réagir chez POW. On a préféré laisser la course aux réponses se faire sans nous, le temps d’éplucher le rapport et lire les différents retours. Et ça tombe bien, parce qu’une critique sur le rapport, on en a une de taille !

L’éternel oublié 

Quand on a vu qu’un rapport de la Cour des Comptes était sorti sur l’adaptation des stations de ski face au changement climatique, chez POW on n’attendait qu’une chose : est-ce qu’on va parler du transport ?

On le rappelle une énième fois : le transport est à la fois le principal secteur d’émissions de GES (Gaz à effet de serre) à échelle nationale (32% des émissions, loin devant tous les autres secteurs), mais il l’est d’autant plus pour la montagne puisque 57% des émissions environ d’une station sont attribuées au transport 3
Alors forcément, dans un tel rapport, on espérait que ce sujet incontournable soit abordé au moment de parler de stratégies d’adaptation.

Spoiler : ce n’est pas le cas.

A aucun moment dans le rapport complet n’est abordée la question de la mobilité des vacanciers ou des habitants. Pas de mention de l’impact de la voiture, avec la nécessité de mettre en place des stratégies de développement du ferroviaire et d’accélération du report modal concernant le dernier kilomètre pour les visiteurs français. Pas de mention non plus du trafic aérien en pointant du doigt la quantité de visiteurs lointains et l’impact majeur qui en découle. (Exemple avec la Clusaz dont les émissions des visiteurs long courrier représentent 2% en volume, mais 33% de l’impact carbone du transport pour la station) 4 . Pas un mot non plus sur l’importance d’accompagner de manière bien plus forte les habitants des territoires de montagnes encore massivement dépendant à la voiture. 

Comment la mobilité peut-elle être autant absente d’une telle analyse et des recommandations qui en découlent, compte-tenu de son rôle prépondérant dans le réchauffement de nos montagnes, sans parler de son impact sur la pollution de l’air ?

Qu’il s’agisse de l’acheminement par voie aérienne des clientèles toujours plus éloignées, de la place prépondérante de la voiture thermique dans le transport des français à destination de la montagne, ou du manque de solutions pour la mobilité du quotidien pour les habitants des territoires concernés, le rôle pivot de la mobilité est transverse à tous les sujets évoqués dans le rapport : élargissement de la gouvernance, tourisme “4 saisons”, utilisation des finances publiques pour l’adaptation des stations, etc.

Extrait de notre lettre envoyée à la Cour des Comptes

On ose penser que si la mobilité est absente des conclusions, c’est que les analystes ont estimé que la responsabilité des transports n’est pas directement imputable aux stations de montagne, ou que le problème est plus large. Mais comment sortir de l’inaction si chaque acteur ne joue pas son rôle : les élus locaux attendent que la Région fasse davantage, la Région demande plus d’aide de l’Etat, l’Etat dit à la Région de faire mieux, la Région dit à la SNCF de faire plus avec moins, tout le monde dit que c’est trop cher et pas rentable… Et à la fin, pas grand chose ne bouge, voire tout recule, et la part du transport dans le bilan carbone français ne cesse d’augmenter depuis près de 35 ans.

Et si la raison de cette absence serait justifiable pour certains par le fait que c’est un rapport sur l’adaptation et que la mobilité est plus souvent de l’ordre de l’atténuation, l’aspect transverse des transports sur les éléments mentionnés nous invite à penser qu’elle aurait dû avoir plus de place dans le rapport.

Pour faire remonter ce qui nous semble un oubli majeur, ou un manque de considération concernant ce sujet, nous avons écrit une lettre au Premier président de la Cour des Comptes (accessible ici) afin de lui exprimer notre regret et d’appuyer le fait que Protect Our Winters France est disponible pour partager son expertise du sujet concernant les territoires de montagnes et porter la voix de nombreux pratiquants pour qui ce sujet est un problème majeur et récurrent.

Plus d’argent, plus de concertation ?

Pour conclure, on souhaiterait appuyer sur un autre point pas assez mis en avant selon nous par la Cour des Comptes : le manque de concertation. Il nous paraît primordial, pour aller dans la bonne direction face aux enjeux environnementaux – et pour la bonne santé de notre démocratie – que des processus impliquant et entendant davantage l’avis des citoyens soient répandus. 
Il serait tout à fait souhaitable qu’un secteur touchant autant d’argent public se voie conditionner ses aides par l’existence de plus de concertations, notamment sur la façon dont ses subventions devraient être investies. Les habitants des territoires de montagnes, en leur nom ou au travers de nombreux collectifs et associations, ont une voix à porter concernant la vie et l’avenir de leurs régions et doivent être entendues sur les sujets importants, à l’instar des Jeux Olympiques et Paralympiques 2030 (vous pouvez retrouver notre dernier article sur les JO 2030 ici)




  1. La Cour des comptes a pour mission principale de s'assurer du bon emploi de l'argent public et d'en informer les citoyens. Juridiction indépendante, elle se situe à équidistance du Parlement et du Gouvernement, qu’elle assiste l’un et l’autre .

  2. Chambre professionnelle des exploitants de domaines skiables .

  3. Source : Etude de l'ANMSM x Ademe x Mountain Riders 2010 .

  4. Source 2021, Cabinet Utopies pour la CLusaz, Bilan carbone 18-19 .

Conseils pour voyager en train avec Interrail

Conseils pour voyager en train avec Interrail

Dans le cadre du concours TOPOW (si tu n’es pas au courant, on fait gagner des pass Interrail ou des vélos : toutes les infos ici !) on voulait organiser des lives qui viennent apporter de l’aide aux personnes qui souhaiteraient partir avec Interrail, s’organiser une aventure à vélo, prendre des images mémorables de leur trip…
Aujourd’hui, on fait un focus sur le voyage en train !

Pour l’occasion, on était en compagnie de Mollow, une asso qui a créé une plateforme collaborative pour trouver des itinéraires de voyage. Attention, à peine tu auras cliqué que tu auras déjà envie de partir !

Durant le live, on aborde pas mal de choses différentes et notamment un certain nombre de liens à avoir de côté. Comme on est hyper sympa, on t’offre tout ce qui nous paraît pertinent ci-dessous :

– Le site de MOLLOW
On ne va pas en remettre une couche, mais forcément c’était le 1er lien qu’on voulait mettre dans la liste

Le groupe Facebook Interrail Travelers 
Si tu as une question concernant le ferroviaire dans un pays, le fonctionnement des réservations sur l’appli Interrail ou encore un conseil sur où prendre son billet le plus simplement, ce groupe est pour toi.

Carte Interrail / Carte des trains de nuit / Carte Open Rail
L’un des meilleurs moyens de se projeter en terme d’itinéraires, c’est les cartes !

Liste des sites de réservations par pays
Comme on explique dans le live, réserver sur l’appli Interrail, c’est pas toujours le bon plan quand on veut payer le moins cher possible (et aussi en terme de fiabilité d’horaires). Le mieux c’est de réserver sur le site du pays en question quand c’est possible.
Pour aider, la communauté Interrail a créé un article qui recense tous les sites par pays !

Guide Greenpeace 
Greenpeace a créé un guide avec 41 idées de voyages écologiques en Europe. Toujours + d’idées pour toujours + de voyages sans avion !

Article d’un voyage Interrail par votre serviteur
Histoire de vous donner davantage envie et de vous montrer le genre de trajets possibles avec le pass que l’on fait gagner avec TOPOW !

– Pour terminer, c’est pas un lien mais un conseil qu’on dit dans le live mais qu’on rappelle ici : ne sous-estimez pas l’importance des newsletters. 
Le voyage en train, que ce soit en France ou en Europe, ça peut être très cher, mais ça peut aussi être hyper accessible parfois. Malheureusement, quand on prend des lignes longue distance, c’est souvent 1er arrivé 1er servi pour les prix moins chers. Alors pour être au courant, abonne toi aux newsletters des compagnies qui t’intéressent. Et tu peux même les contacter pour demander quand ouvriront les billetteries sur certaines lignes !

Recap de la Convention POWpulaire : la place des Femmes en Montagne

Recap de la Convention POWpulaire : la place des Femmes en Montagne

La place des Femmes en Montagne, c’est le sujet de départ de notre dernière Convention POWpulaire, ce format de café-débat en ligne que l’on anime tous les 1ers mercredi du mois ! Pour l’occasion, on était en compagnie de membres de l’équipe du festival Femmes en Montagne, qui a lieu du 2 au 5 novembre, et notamment d’Antonia Bouvier, qui vient de terminer un travail de mémoire sur le sujet. Pour vous donner envie de venir aux prochains rendez-vous, ou encore pour vous donner des pistes, des recommandations et autres infos donnant envie de s’intéresser au sujet, on vous propose un petit tour retour sur cette super soirée.

On a commencé par une présentation du festival. On ne vous refais pas cette dernière, mais si vous ne connaissez pas le festival, au moment où ces lignes sont publiées il n’est pas trop tard, rendez-vous sur leur site.

Ensuite, Antonia nous a partagé une présentation de son travail de recherche.
Cette dernière commence par un chiffre fort : 2%. 2%, c’est la part de guides de hautes montagnes qui sont des femmes. Ces 2%, Antonia les met en perspective d’un autre 2% : c’est aussi ce que les glaciers des Alpes françaises perdent en surface chaque année depuis 2005.
C’est par cette mise en perspective et ce clin d’œil entre pourcentages que de grandes questions interviennent tôt dans son mémoire.
Inégalités de genre ? Fonte des glaciers ? Pourrait-il exister un lien entre l’exploitation de la nature et l’oppression des femmes ?
Antonia se sert du sujet de l’alpinisme pour mettre en exergue des problématiques d’inégalités présentes partout en montagne. Il y a 40% d’adhérentes dans les fédérations de montagne, mais 10% de femmes sont leaders des sorties, et 2% sont guidées par des professionnels.

Les raisons expliquant cette disparité sont nombreuses. Parmi elles, la représentation. Dans son mémoire, Antonia cite Cécile Ottogalli – Mazzacavallo, autrice de la thèse « Des femmes à la conquête des sommets : Genre et Alpinisme » qui affirme que : « L’Histoire de l’alpinisme raisonne au nom de ses héros masculins ». En effet, depuis le début du XVIII siècle l’alpinisme représente l’effort intensif et la force surhumaine d’hommes qui partent défier les sommets alpins les plus hauts : « un homme, aventurier, hyper responsable, physiquement irréprochable, jamais soif, jamais peur, jamais froid ».

Cette représentation principalement des exploits des hommes n’a pas tellement été bousculée depuis. En 2019, toutes les unes de l’Équipe, tous sports confondus, sont à 98% des exploits masculins.On estime que seul 0,4% de sponsoring mondial est investi pour les athlètes et équipes féminines

Antonia a ensuite entamé un début de réponse à la question : pourquoi la place des femmes en montagnes est liée aux combats environnementaux. Un constat d’ailleurs applicable plus généralement à l’échelle de la planète. On vous partage un extrait directement de son mémoire qui appuie sur l’un des points fondamentaux du problème :

” Il est indéniable que la société exerce une influence considérable sur la montagne et sur les femmes. La déclaration de la COP 26 selon laquelle le changement climatique “n’est pas neutre du point de vue du genre” renforce cette idée. En effet, il est alarmant de constater que 80 % des personnes déplacées par les catastrophes et les changements climatiques dans le monde sont des femmes et des filles (Les femmes sont les premières victimes de la crise climatique, selon la COP26, 2023). Ce chiffre souligne la vulnérabilité accrue des femmes face aux conséquences environnementales et met en évidence une inégalité structurelle préexistante. “

Les femmes ne partent pas d’un terrain de jeu égal – économiquement, socialement et politiquement. Elles sont plus vulnérables à cause de ces constructions”

DW Gotelind Alber

Cofondatrice de l'organisation non gouvernementale GenderCC-Women for Climate Justice.

Ont ensuite été abordés des axes comme la répartition du travail différente historiquement selon les hommes et les femmes (notamment en montagne), la façon dont les choses peuvent bouger (trop) lentement, ou encore l’usage du mot écoféminisme…

Vous pouvez retrouver la partie présentation d’Antonia enregistrée ici, et sinon pour mieux comprendre le sujet et comprendre tout le travail de recherche d’Antonia, voici une version publique de son mémoire ici. On vous conseille vraiment d’y jeter un oeil ! C’est un travail passionnant et rigoureux sur une problématique importante quasiment pas traitée en France.
On vous partage également une liste de ressources et de contenus à la fin de l’article.

Pour terminer, on vous rappelle que les Conventions POWpulaire ont pour objectif d’offrir à la fois une dimension informative, qui passe alors par une présentation et/ou des invités, mais surtout d’offrir un temps d’échanges et de débats dans un cadre de confiance.
C’est pour cela que les Conventions POWpulaires ne seront jamais enregistrées en entier, car on ne souhaite pas que cela puisse brider la liberté de parole de chacun.e.
On continuera de vous faire les meilleurs recaps possibles, mais le meilleur moyen de ne rien rater et de venir échanger avec nous, c’est de s’inscrire !
La prochaine c’est le mercredi 8 novembre à 18H30 (inscription ici). On sera cette fois avec Mollow pour parler voyages en trains, conseils sur Interrail, concours TOPOW etc. Viens, ça va être cool et peut-être qu’on t’aidera à organiser ta prochaine aventure !

Aventure Bénévole : les Pyrénéens au Glacier d Ossoue

Aventure Bénévole : les Pyrénéens au Glacier d Ossoue

Le 5 septembre 2023, Emmanuel, Laura et Caroline de la team Pyrénées ont participé à une sortie de l’association Moraine (l’Observatoire des Glaciers des Pyrénées françaises). Ils ont accompagné le glaciologue Pierre René pour effectuer des mesures et comprendre les transformations du glacier d’Ossoue, le plus grand des Pyrénées françaises (25ha en 2022). Il s’agit de la deuxième fois où Moraine et POW se retrouvent depuis 2020, et nous avons déjà écrit des articles pour parler des glaciers pyrénéens ici.

Dans les Pyrénées, les glaciers ont perdu 90% de leur superficie depuis 1850 et sont condamnés à disparaître, représentant de véritables reflets du changement climatique. Le glacier d’Ossoue se situe sur le massif du Vignemale (3298m) entre 2770 et 3200m d’altitude. La petite team POW y a donc retrouvé Pierre René afin de s’intéresser aux variations de l’épaisseur du glacier qui constitue le paramètre le plus représentatif de son comportement, afin de rendre compte de sa fonte. De mai à octobre, Pierre René s’y rend tous les mois afin d’en mesurer l’ablation, c’est-à-dire la quantité de glace qui a fondu. Pour ce faire, il utilise des balises d’ablation constituées de 5 piquets en bois de 2m de long implantés dans la glace.

Les mesures effectuées le 5 septembre 2023 sont dramatiques et confirment l’état extrêmement critique du glacier. Sur l’une des balises, les chiffres étaient particulièrement stupéfiants : pendant le mois d’août seulement, 2,05m avaient fondu, soit pratiquement 7cm par jour. 

Ce chiffre assez effroyable permet de réaliser l’ampleur de la fonte du glacier d’Ossoue, et se dire qu’il y a un mois on aurait été sous la glace est assez terrifiant. C’est vraiment émouvant d’être sur cette étendue de glace qui fond sous nos pieds, ce patrimoine qui s’effondre, et c’est tellement important de s’intéresser au travail des scientifiques pour réaliser ce qu’il se passe
Laura, bénévole POW France

Le glacier d’Ossoue a perdu 40m d’épaisseur depuis 2001, presque 2m par an. Toutefois, “cette tendance est peut-être en train de s’accélérer” explique Pierre René.
“L’année dernière, en 2022, il a perdu 4,50m d’épaisseur, plus du double. Cette année, à partir des mesures qui ont été faites – même si on est encore sur des relevés intermédiaires puisque le bilan se fera en octobre – – on est déjà à 3m de glace perdus. Donc on est à nouveau bien au-dessus de la moyenne. Cette diminution du glacier d’Ossoue se poursuit, et semble peut-être s’accélérer.”

Après avoir effectué ce travail de terrain essentiel pour comprendre l’ampleur de la fonte du glacier, une question nécessaire s’est posée : quels en sont les impacts ?

Pierre René a également fait part de son expertise sur ce sujet primordial. En premier lieu, on va inévitablement faire face à une perte de biodiversité qui vit dans cet environnement de haute montagne et dépend de la glace. La pratique de la haute montagne est également affectée, l’accès aux sommets devenant difficile à cause des éboulements ainsi que de la multiplication de roches à gravir. À ce titre, au mois d’août, certains bureaux des guides ont cessé de proposer l’ascension de l’Aneto (point culminant des Pyrénées à 3404m, côté espagnol).

 

Le rôle premier des glaciers pyrénéens est d’être des lanceurs d’alertes, des reflets du climat. À travers leur disparition, on voit un signal d’alerte supplémentaire de ce réchauffement global
Pierre René, Glaciologue

Pierre René évoque aussi un impact plus esthétique, avec “une transformation irréversible, au moins à court terme, des paysages de haute montagne”. Il rappelle tout de même que les impacts restent limités pour les glaciers pyrénéens car ils sont très petits, mais qu’ils doivent devenir des symboles du changement climatique en France et dans les régions de montagne en général. Comme il l’a bien souligné : le rôle premier des glaciers pyrénéens est d’être des lanceurs d’alertes, des reflets du climat. À travers leur disparition, on voit un signal d’alerte supplémentaire de ce réchauffement global. Les glaciers sont de véritables indicateurs de l’état de santé de la Terre, permettant de mesurer l’ampleur du changement climatique et de ses effets qui y sont directs.
“On a souvent du mal à se rendre compte de l’urgence climatique. Le rythme effréné à laquelle ce glacier fond l’incarne parfaitement. Pour ce glacier il est déjà trop tard, mais il y a tant de choses à faire , et ne pas faire, pour sauver les autres” complète Caroline qui se veut optimiste.

“Cette expérience de terrain fut enrichissante, tant pour être témoin en temps réel des effets dévastateurs du changement climatique que de permettre à notre petite communauté pyrénéenne de se rencontrer pour partager quelque chose de concret” s’est exprimé Emmanuel en guise de conclusion.

Cette belle équipe pyrénéenne n’attend qu’une chose : s’agrandir et se retrouver à nouveau dans ses beaux massifs. N’hésitez pas à nous écrire alors pour rejoindre la team POW ! 😉 Pour ça, vous pouvez directement vous rendre sur notre site ici, ou nous écrire à l’adresse benevoles@protectourwinters.fr !

Pour aller plus loin sur le sujet des glaciers on vous conseille cette vidéo et sachez que si vous êtes dans les Alpes, on a de nombreux groupes locaux également, avec qui vous pourriez venir vivre d’autres aventures similaires !

REJOINS DES COLLECTIFS PRES DE CHEZ TOI

REJOINS DES COLLECTIFS PRES DE CHEZ TOI

Ce projet a été construit avec la vocation et l’ambition de vous donner les clés pour agir, vous, amoureux.ses de la montagne, citoyen.nes engagé.es en faveur du climat…
Maintenant que les choses sont lancées, que le cadre est préparé, on a besoin de vous pour que la braise s’enflamme ! 

Aujourd’hui, quelque soit ton profil, ton aide est précieuse ! Que ce soit pour organiser des projections, que ce soit pour relayer nos différents contenus sur les réseaux ou autour de toi, que ce soit pour aider des personnes qui sont en train d’organiser des soirées… Bref, t’as compris, on a besoin de tout le monde !

On sait que c’est pas forcément simple pour tout le monde de se lancer tout seul, alors si t’es motivé.e mais que tu hésites, on peut te mettre en lien avec d’autres gens !

Dans la communauté Protect Our Winters France, on a des groupes locaux bénévoles dans différentes régions : des Vosges à Grenoble en passant par Lyon, la Savoie, la Haute-Savoie, les Pyrénées, Paris…
Ecris nous et on fera le maximum pour t’aiguiller et te mettre en lien avec des personnes proches de toi géographiquement ou te donner des pistes pertinentes ! ➡️ lavoixdesglaciers@gmail.com

Et n’hésite pas à en parler autour de toi, on a besoin de toutes les aides possibles :

  • ➡️ Toute personne motivée pouvant aider à organiser des projections : membres d’associations étudiantes, salles de spectacles/cinéma, élu.es locaux, membres d’un CSE…
  • ➡️ Toute personne ayant un peu de temps pour des missions à distance pour aider l’équipe bénévole

Tous ensemble on peut faire pencher la balance, alors on compte sur toi !