Aventure Bénévole : les Pyrénéens au Glacier d Ossoue

Aventure Bénévole : les Pyrénéens au Glacier d Ossoue

Le 5 septembre 2023, Emmanuel, Laura et Caroline de la team PyrĂ©nĂ©es ont participĂ© Ă  une sortie de l’association Moraine (l’Observatoire des Glaciers des PyrĂ©nĂ©es françaises). Ils ont accompagnĂ© le glaciologue Pierre RenĂ© pour effectuer des mesures et comprendre les transformations du glacier d’Ossoue, le plus grand des PyrĂ©nĂ©es françaises (25ha en 2022). Il s’agit de la deuxiĂšme fois oĂč Moraine et POW se retrouvent depuis 2020, et nous avons dĂ©jĂ  Ă©crit des articles pour parler des glaciers pyrĂ©nĂ©ens ici.

Dans les PyrĂ©nĂ©es, les glaciers ont perdu 90% de leur superficie depuis 1850 et sont condamnĂ©s Ă  disparaĂźtre, reprĂ©sentant de vĂ©ritables reflets du changement climatique. Le glacier d’Ossoue se situe sur le massif du Vignemale (3298m) entre 2770 et 3200m d’altitude. La petite team POW y a donc retrouvĂ© Pierre RenĂ© afin de s’intĂ©resser aux variations de l’épaisseur du glacier qui constitue le paramĂštre le plus reprĂ©sentatif de son comportement, afin de rendre compte de sa fonte. De mai Ă  octobre, Pierre RenĂ© s’y rend tous les mois afin d’en mesurer l’ablation, c’est-Ă -dire la quantitĂ© de glace qui a fondu. Pour ce faire, il utilise des balises d’ablation constituĂ©es de 5 piquets en bois de 2m de long implantĂ©s dans la glace.

Les mesures effectuĂ©es le 5 septembre 2023 sont dramatiques et confirment l’état extrĂȘmement critique du glacier. Sur l’une des balises, les chiffres Ă©taient particuliĂšrement stupĂ©fiants : pendant le mois d’aoĂ»t seulement, 2,05m avaient fondu, soit pratiquement 7cm par jour. 

Ce chiffre assez effroyable permet de rĂ©aliser l’ampleur de la fonte du glacier d’Ossoue, et se dire qu’il y a un mois on aurait Ă©tĂ© sous la glace est assez terrifiant. C’est vraiment Ă©mouvant d’ĂȘtre sur cette Ă©tendue de glace qui fond sous nos pieds, ce patrimoine qui s’effondre, et c’est tellement important de s’intĂ©resser au travail des scientifiques pour rĂ©aliser ce qu’il se passe
Laura, bénévole POW France

Le glacier d’Ossoue a perdu 40m d’épaisseur depuis 2001, presque 2m par an. Toutefois, “cette tendance est peut-ĂȘtre en train de s’accĂ©lĂ©rer” explique Pierre RenĂ©.
“L’annĂ©e derniĂšre, en 2022, il a perdu 4,50m d’épaisseur, plus du double. Cette annĂ©e, Ă  partir des mesures qui ont Ă©tĂ© faites – mĂȘme si on est encore sur des relevĂ©s intermĂ©diaires puisque le bilan se fera en octobre – – on est dĂ©jĂ  Ă  3m de glace perdus. Donc on est Ă  nouveau bien au-dessus de la moyenne. Cette diminution du glacier d’Ossoue se poursuit, et semble peut-ĂȘtre s’accĂ©lĂ©rer.”

AprĂšs avoir effectuĂ© ce travail de terrain essentiel pour comprendre l’ampleur de la fonte du glacier, une question nĂ©cessaire s’est posĂ©e : quels en sont les impacts ?

Pierre RenĂ© a Ă©galement fait part de son expertise sur ce sujet primordial. En premier lieu, on va inĂ©vitablement faire face Ă  une perte de biodiversitĂ© qui vit dans cet environnement de haute montagne et dĂ©pend de la glace. La pratique de la haute montagne est Ă©galement affectĂ©e, l’accĂšs aux sommets devenant difficile Ă  cause des Ă©boulements ainsi que de la multiplication de roches Ă  gravir. À ce titre, au mois d’aoĂ»t, certains bureaux des guides ont cessĂ© de proposer l’ascension de l’Aneto (point culminant des PyrĂ©nĂ©es Ă  3404m, cĂŽtĂ© espagnol).

 

Le rĂŽle premier des glaciers pyrĂ©nĂ©ens est d’ĂȘtre des lanceurs d’alertes, des reflets du climat. À travers leur disparition, on voit un signal d’alerte supplĂ©mentaire de ce rĂ©chauffement global
Pierre René, Glaciologue

Pierre RenĂ© Ă©voque aussi un impact plus esthĂ©tique, avec “une transformation irrĂ©versible, au moins Ă  court terme, des paysages de haute montagne”. Il rappelle tout de mĂȘme que les impacts restent limitĂ©s pour les glaciers pyrĂ©nĂ©ens car ils sont trĂšs petits, mais qu’ils doivent devenir des symboles du changement climatique en France et dans les rĂ©gions de montagne en gĂ©nĂ©ral. Comme il l’a bien soulignĂ© : le rĂŽle premier des glaciers pyrĂ©nĂ©ens est d’ĂȘtre des lanceurs d’alertes, des reflets du climat. À travers leur disparition, on voit un signal d’alerte supplĂ©mentaire de ce rĂ©chauffement global. Les glaciers sont de vĂ©ritables indicateurs de l’état de santĂ© de la Terre, permettant de mesurer l’ampleur du changement climatique et de ses effets qui y sont directs.
“On a souvent du mal Ă  se rendre compte de l’urgence climatique. Le rythme effrĂ©nĂ© Ă  laquelle ce glacier fond l’incarne parfaitement. Pour ce glacier il est dĂ©jĂ  trop tard, mais il y a tant de choses Ă  faire , et ne pas faire, pour sauver les autres” complĂšte Caroline qui se veut optimiste.

“Cette expĂ©rience de terrain fut enrichissante, tant pour ĂȘtre tĂ©moin en temps rĂ©el des effets dĂ©vastateurs du changement climatique que de permettre Ă  notre petite communautĂ© pyrĂ©nĂ©enne de se rencontrer pour partager quelque chose de concret” s’est exprimĂ© Emmanuel en guise de conclusion.

Cette belle Ă©quipe pyrĂ©nĂ©enne n’attend qu’une chose : s’agrandir et se retrouver Ă  nouveau dans ses beaux massifs. N’hĂ©sitez pas Ă  nous Ă©crire alors pour rejoindre la team POW ! 😉 Pour ça, vous pouvez directement vous rendre sur notre site ici, ou nous Ă©crire Ă  l’adresse benevoles@protectourwinters.fr !

Pour aller plus loin sur le sujet des glaciers on vous conseille cette vidĂ©o et sachez que si vous ĂȘtes dans les Alpes, on a de nombreux groupes locaux Ă©galement, avec qui vous pourriez venir vivre d’autres aventures similaires !

MEET OUR RIDERS : LĂ©o TAILLEFER

MEET OUR RIDERS : LĂ©o TAILLEFER

Aujourd’hui nous vous prĂ©sentons LĂ©o TAILLEFER. Ambassadeur depuis 2 ans il est fier de nous parler des causes qu’il dĂ©fend Ă  travers le mouvement POW.

« Je m’appelle Leo TAILLEFER, j’ai 31 ans, je suis originaire de Val-d’IsĂšre. Je suis ambassadeur de Protect Our Winters depuis 2 ans.

Je partage une sensation d’impuissance face aux changements climatiques. Alors, en se rĂ©unissant avec le mouvement cela me permet d’élever ma voix et de me sentir soutenu.

Je suis un grand passionnĂ© de ski et de nature. J’ai eu la chance de voyager et d’aller skier aux quatre coins du monde, au travers d’expĂ©dition lointaine. Je me suis aperçu que le dĂ©rĂšglement climatique Ă©tait partout.

J’ai la chance de pouvoir l’observer et l’analyser. Cela me cause une tristesse indescriptible. C’est pourquoi, en rentrant de la montagne, j’ai envie de transmettre et de partager l’évolution de celle-ci. La montagne fait partie de ma vie. Je consacre ma vie Ă  ça ! C’est l’occasion de me retrouver avec moi-mĂȘme dans un Ă©lĂ©ment que j’apprĂ©cie plus que tout. Voyant ce paysage changĂ© et ces glaciers disparaĂźtre Ă  une vitesse folle, j’ai envie de m’investir plus que tout pour tenter d’apporter un petit quelque chose Ă  ce changement.

Je pense qu’ensemble nous serons plus forts. VoilĂ  mes raisons pour lesquelles je dĂ©cide de m’investir pour le mouvement POW ! »

POW TALENT : THEO MANZON

POW TALENT : THEO MANZON

[vc_row type=”in_container” full_screen_row_position=”middle” column_margin=”default” scene_position=”center” text_color=”dark” text_align=”left” overlay_strength=”0.3″ shape_divider_position=”bottom” bg_image_animation=”none”][vc_column column_padding=”no-extra-padding” column_padding_position=”all” background_color_opacity=”1″ background_hover_color_opacity=”1″ column_link_target=”_self” column_shadow=”none” column_border_radius=”none” width=”1/1″ tablet_width_inherit=”default” tablet_text_alignment=”default” phone_text_alignment=”default” overlay_strength=”0.3″ column_border_width=”none” column_border_style=”solid” bg_image_animation=”none”][vc_column_text]

Cette semaine, on vous prĂ©sente ThĂ©o MANZON, il est adhĂ©rent à POW depuis le dĂ©but de l’annĂ©e. Photographe indĂ©pendant et passionnĂ© de Freeski, c’est un grand amoureux de la montagne. TrĂšs engagĂ©, il est bien dĂ©cidĂ© Ă  faire Ă©voluer les consciences autour de lui. Il nous raconte son parcours et comment il est devenu adhĂ©rent Ă  POW France.

Je m’appelle ThĂ©o Manzon, j’ai 20 ans et je suis nĂ© dans les Hautes-Alpes. Aujourd’hui et depuis peu, je suis photographe indĂ©pendant. Je travaille essentiellement pour des Offices de Tourisme ou des athlĂštes dans le monde du ski. Ma plus grande passion, c’est le Freeski, j’en fais sĂ©rieusement depuis maintenant 5 ans. En effet, dĂšs que l’occasion se prĂ©sente, je n’hĂ©site pas Ă  aller skier que ce soit dans mon domaine skiable Ă  Risoul 1850 ou notamment dans le Queyras pour le ski de randonnĂ©e. Je fais de longues saisons de ski. GĂ©nĂ©ralement de 9 Ă  10 mois par an, ce qui fait d’octobre Ă  aoĂ»t en moyenne. Mon but Ă©tant de skier le moins possible sur des glaciers, ce que j’arrive Ă  faire, mĂȘme si de temps en temps, je me permets des sorties sur le Glacier de Tignes ou des Deux Alpes.


J’ai connu POW via Coline Ballet-Baz et j’ai tout de suite accroché aux valeurs de l’association. En effet, la neige c’est mon terrain de jeu et aussi une grosse partie de mon mĂ©tier. Habitant proche de glaciers, notamment le Glacier Blanc dans les Ecrins, je vois d’annĂ©e en annĂ©e le changement dĂ» au rĂ©chauffement climatique. Depuis que je suis tout jeune, mes parents m’emmĂšnent voir ce glacier. J’y suis trĂšs attachĂ© et le voir fondre me rend vraiment triste. Cela fait quelques annĂ©es que je prends vraiment conscience de l’enjeu qui se joue actuellement partout sur la planĂšte Ă  cause du rĂ©chauffement climatique. C’est pourquoi, grĂące notamment Ă  la communautĂ© que je fais grandir de jour en jour sur mes diffĂ©rents rĂ©seaux sociaux j’essaie quand je le peux, de faire Ă©voluer les consciences. C’est d’ailleurs pourquoi j’ai souhaitĂ© faire partie de l’association Protect Our Winters.

Mon plus grand rĂȘve serait de parler devant des Ă©coles, des problĂšmes liĂ©es au rĂ©chauffement climatique. De leur montrer que leur terrain de jeu risque dans les annĂ©es Ă  venir, de disparaĂźtre. Je pense que le fait de voir rĂ©ellement les choses, nous donne envie de changer notre maniĂšre de vivre. En tout cas, moi c’est en voyant concrĂštement les effets sur des annĂ©es, que le dĂ©clic s’est dĂ©clenchĂ©. Je fais maintenant vraiment attention dans ma vie de tous les jours et bien Ă©videmment dans ma vie de skieur et de passionnĂ© de montagne. Bien Ă©videmment mon mĂ©tier me demande de me servir de ma voiture, d’utiliser les remontĂ©es mĂ©caniques… etc
Mais j’essaie d’aller skier Ă  vĂ©lo Ă  assistance Ă©lectrique, ski sur le dos et faire du ski de randonnĂ©e presque systĂ©matiquement. Et je sais que si je n’avais pas le cĂŽtĂ© professionnel, j’essayerais de le faire, au moins les 3/4 du temps.

En tant que skieur et montagnard, on ne peut pas ĂȘtre parfait, on est dĂ©pendant de notre matĂ©riel. Leur fabrication et leur fin de vie ne sont pas des plus propres pour la planĂšte. Mais j’essaie de maximiser l’espĂ©rance de vie de tout ce que je possĂšde pour pratiquer le plus proprement.
(C’est d’ailleurs des sujets que j’aimerais aborder maintenant sur mes rĂ©seaux sociaux et ma chaĂźne YouTube)


Pendant des annĂ©es je n’ai fait que des vidĂ©os sous forme de clip de ski, sans parler mais juste en montrant de belles images et du beau ski. Avec la maturitĂ© que je prends ce sont des sujets que j’aimerais aborder dans les mois Ă  venir et utiliser mes diffĂ©rents canaux de communication pour essayer de faire Ă©voluer les mentalitĂ©s, notamment dans une sociĂ©tĂ© de consommation dans laquelle est malheureusement tombĂ©e l’industrie du ski. Il est donc Ă©vident pour moi de faire partie de l’association POW, ne serait-ce que pour le savoir qu’ils ont sur nos activitĂ©s montagnardes et les idĂ©es qu’ils peuvent apporter pour amĂ©liorer ça.

« Regarde, s’il pouvait hurler qu’il est en train de brĂ»ler, il le ferait… »

 

 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]