fbpx
MEET OUR RIDERS : Léo TAILLEFER

MEET OUR RIDERS : Léo TAILLEFER

Aujourd’hui nous vous présentons Léo TAILLEFER. Ambassadeur depuis 2 ans il est fier de nous parler des causes qu’il défend à travers le mouvement POW.

« Je m’appelle Leo TAILLEFER, j’ai 31 ans, je suis originaire de Val-d’Isère. Je suis ambassadeur de Protect Our Winters depuis 2 ans.

Je partage une sensation d’impuissance face aux changements climatiques. Alors, en se réunissant avec le mouvement cela me permet d’élever ma voix et de me sentir soutenu.

Je suis un grand passionné de ski et de nature. J’ai eu la chance de voyager et d’aller skier aux quatre coins du monde, au travers d’expédition lointaine. Je me suis aperçu que le dérèglement climatique était partout.

J’ai la chance de pouvoir l’observer et l’analyser. Cela me cause une tristesse indescriptible. C’est pourquoi, en rentrant de la montagne, j’ai envie de transmettre et de partager l’évolution de celle-ci. La montagne fait partie de ma vie. Je consacre ma vie à ça ! C’est l’occasion de me retrouver avec moi-même dans un élément que j’apprécie plus que tout. Voyant ce paysage changé et ces glaciers disparaître à une vitesse folle, j’ai envie de m’investir plus que tout pour tenter d’apporter un petit quelque chose à ce changement.

Je pense qu’ensemble nous serons plus forts. Voilà mes raisons pour lesquelles je décide de m’investir pour le mouvement POW ! »

MEET OUR RIDERS : Léo TAILLEFER

MEET OUR RIDERS : Liv SANSOZ

Je m’appelle Liv Sansoz, je suis née à Bourg St Maurice en Haute Tarentaise où j’ai grandi entourée de Montagnes. J’ai commencé à skier vers 2 ans, mes parents m’ont toujours emmenée faire de longues marches en montagne et j’ai commencé à faire de l’escalade à 14 ans. Petite j’étais très attirée par la montagne et je faisais des sommets peu techniques avec mon papa. Nous sommes allés ensemble au Mont Blanc quand j’avais 14 ans et depuis je n’ai jamais arrêté de rêver de Montagnes. Aujourd’hui je vis à Chamonix où je continue de grimper, skier et voler avec toujours la même passion.
Ce sont eux qui m’ont transmis le respect de la nature et des autres, la solidarité et de faire les choses en conscience et y mettant du sens.

Dans la vie je suis une athlète. J’ai eu une très belle carrière en escalade en compétition avec plusieurs titres de championne du monde et j’ai été plusieurs fois vainqueur de circuits de coupe du Monde. Mes partenaires m’ont suivie dans mes projets d’après carrière. Ils me font confiance sur mes projets et mes choix. C’est une grande chance de pouvoir vivre de sa passion et d’être bien accompagnée par les marques et je me le répète souvent.

J’ai rejoint POW France car, l’association colle parfaitement avec mes valeurs et mes passions qui sont ; l’environnement, la montagne et toutes les activités que l’on peut y pratiquer : Escalade, Alpinisme, ski, parapente, VTT. Je connaissais l’association aux USA et je partageais ses valeurs. Quand j’ai appris la création de POW en France j’ai rejoint l’équipe à ses débuts et cela s’est fait assez naturellement. J’étais motivée pour faire bouger les choses dans notre milieu, pour favoriser les prises de conscience et trouver un discours positif à transmettre aux jeunes comme aux moins jeunes.

Mon objectif est d’inciter les autres à s’informer et à agir également.

MEET OUR RIDERS : Léo TAILLEFER

MEET OUR RIDERS : Chloë Roux-Mollard

Nous vous présentons enfin notre Ambassadrice, Chloë Roux-Mollard. Après quelque temps passé à nous représenter et à nous soutenir, elle nous raconte sa passion pour la montagne et comment elle œuvre pour la préserver.

” Je m’appelle Chloë, j’ai 32 ans et je suis ambassadrice de Protect Our Winters depuis sa création en France. Je souhaite faire entendre ma voix pour qu’elle soit utile à défendre mes valeurs en lien avec l’environnement, et sensibilise ou inspire aux changements, même les plus petits.

Je suis passionnée de montagne, d’aventures et d’explorations. Je suis native des Arcs, une station de ski que j’ai vu évoluer depuis 30 ans. Entre développement des infrastructures et technologies, aménagement du territoire et augmentation de la densité de skieurs. En d’autre terme j’ai assisté aux conséquences directes du réchauffement climatique, avec un enneigement qui s’appauvrit, et le domaine qui voit fleurir des canons à neige bientôt jusqu’au point culminant à 3226 mètres d’altitude. J’ai grandi sur les skis et pratiqué les glaciers voisins pour l’entraînement l’été qui sont, malheureusement, aujourd’hui, impraticables. C’est pourquoi je me suis ensuite tournée vers des activités telles la highline, l’escalade, l’alpinisme. En me passionnant à mixer ces activités en haute montagne, je fais partie des témoins directs, des conséquences du réchauffement climatique dans mon quotidien. 

Baignée dans une éducation basée sur le respect de la nature depuis mon plus jeune âge, de la santé à l’alimentation, mêlée au temps passé en montagne, j’ai développé une sensibilité au lien qui nous unit à la Terre, à la nature et au vivant en général, avec la conviction profonde qu’il faut nous battre pour la protéger. 

Après quelques années à voyager pour les compétitions de freeride où je ne me sentais pas en accord avec mes convictions, j’ai recentré mon énergie sur ce qui m’anime le plus, tout en essayant d’être la plus cohérente possible avec mes valeurs. Je vis les 3/4 de l’année en van depuis 10 ans, avec une consommation la plus raisonnée possible (alimentation biologique et végétarienne depuis très longtemps, un mode de vie simple, consommation d’eau limitée aux besoins minimums, rythmé par la météo et les activités qui s’y prêtent).

Je suis loin d’être parfaite ou irréprochable en matière d’éco responsabilité, mais j’essaie de faire mon maximum pour m’ouvrir à des réflexions, me remettre en question et m’inspirer d’autres démarches ou approches. J’essaie de réduire en conscience, les emballages et produits venant de l’autre bout du monde, mes déplacements, tout en essayant de ne pas me culpabiliser de vivre non plus : la réflexion sur notre impact dans tous les faits et gestes peut aussi devenir envahissante, et il faut trouver un juste équilibre pour faire de notre mieux, en acceptant nos contradictions et imperfections.

Il existe une multitude d’actions simples du quotidien, pour ” incarner le changement que nous voulons voir dans le monde “, et donner du sens aux projets de voyages et projets sportifs, pour étendre l’intérêt personnel à l’intérêt humain, social et environnemental, dans le partage, la transmission et la sensibilisation.

MEET OUR RIDERS : Léo TAILLEFER

MEET OUR RIDERS : Robin JANVIER

Nous vous présentons enfin Robin JANVIER ! Après quelques années passée à nos côtés il nous raconte sa passion pour le ski et comment il œuvre pour une mobilité plus douce.

« Moi c’est Rob ! Habitant à Annecy je skie depuis que j’ai 2 ans. Je suis totalement imprégné par la montagne, le froid, la neige… c’est plus qu’une passion c’est ma vie. 

Ma pratique du ski est très tournée vers la montagne, je suis un grand fan des départs aux premières lueurs. Être seul en montagne c’est vraiment ressourçant ! J’évolue beaucoup dans les Aravis car j’adore la conception de la chaîne de la montagne qui offre une multitude de terrains de jeux.

Il y a quelque année, je me souviens de grosses chutes de neige dans mon village, des transports scolaires suspendus (et ça c’était cool) et depuis quelques temps j’ai l’impression que ça n’existe plus en dessous de 1000 mètres. C’est ce qui m’a poussé aussi d’une certaine façon à vouloir faire quelque chose, à chercher de l’aide, un support, je me suis dit : mais est-ce que je suis le seul à vouloir changer les choses ?

C’est pourquoi je me suis engagé auprès de POW. La mission et les valeurs de l’association correspondent tout à fait aux miennes. La mobilité douce, la sensibilisation, la protection de l’environnement dans les stations de ski… sont au premier plan de leur stratégie et ayant peur de voir disparaitre mon terrain d’expression et de jeux, j’ai voulu m’impliquer. J’aime aussi le fait de pouvoir intervenir en direct avec des jeunes pour partager autour des sujets liés à l’environnement, mais de façon locale.

Étant très mauvais sur les transports et la mobilité de façon générale j’ai voulu mettre en avant différents axes à améliorer et activer. J’ai trouvé des partenaires avec une certaine étique / conscience environnementale et avec une envie de changer les choses. J’essaye de faire les bons choix pour pouvoir petit à petit créer des automatismes dans ma réflexion et limiter mon impactEn parallèle de ça, j’essaye d’amener cette dimension environnementale à travers mon boulot (directeur artistique et designer dans le sport outdoor). Je cherche à créer des liens entre le design et l’environnement, à travers la sollicitation de solutions cognitive.

Je pense que ça peut créer des changements concrets et palpables dans nos habitudes et comportements, c’est de l’exploration qui mènera sûrement quelque part un jour… »

MEET OUR RIDERS : Léo TAILLEFER

MEET OUR RIDERS : Pica HERRY

Crédits photo: Arthur Ghilini

« Bonjour je m’appelle Julien Herry, mais on me surnomme “Pica”.
J’ai grandi à Chamonix en pratiquant beaucoup d’activités dans la nature, j’ai vite été pris par le virus de la montagne ! Escalade, alpinisme et expéditions ont rythmé ma jeunesse et c’est naturellement que je suis devenu guide de haute montagne. Il y a 10 ans le snowboard est devenu ma passion principale, m’offrant de nouvelles perspectives pour parcourir notre beau terrain de jeu !

Crédits photo: Arthur Ghilini

Père de 2 enfants, la famille occupe une place importante dans ma vie et m’a fait comprendre l’importance de préserver notre planète pour que les générations futures puissent en profiter aussi ! La montagne et la nature en général ont un réel impact sur mon bien être, elles m’ont donné une passion et un métier ! Je me sens maintenant redevable et cherche à m’investir plus dans la protection de l’environnement, Protect Our Winters me semblait être l’association adéquate pour m’engager dans cette démarche.

Crédits photo: Arthur Ghilini

Ayant pas mal vadrouillé dans ma jeunesse, j’essaie maintenant de me contenter de plus en plus de notre “backyard” où les possibilités sont infinies avec un peu d’imagination ! J’ai tout de même eu un réel coup de cœur pour le Pakistan, ses habitants et ses montagnes, qui m’a poussé à créer l’association Zom Connection destinée à aider et participer au développement des activités de montagne dans le Nord du Pakistan en adéquation avec les problématiques environnementales actuelles. Une collecte de matériel d’occasion a été effectuée afin de le recycler en lui donnant une deuxième vie dans les communautés locales des montagnes pakistanaises. L’envoi est en cours et nous espérons pouvoir nous rendre sur place cet hiver pour former les skieurs et snowboardeurs locaux, ainsi que pour comprendre comment nous pourrions aider ces communautés en termes de développement durable dans un futur proche.

Crédits photos: Arthur Ghilini

Les montagnes souffrent partout autour de la planète à cause du réchauffement climatique et nos pratiques, passions, métiers, sont fortement impactés. La pollution et la déforestation ne cessent de gagner du terrain elles aussi. 

Quelle planète voulons nous laisser à nos enfants et aux générations futures ? J’espère que l’on arrivera à tous s’unir dans cette démarche de préserver notre environnement ! »

MEET OUR RIDERS : Fernanda MACIEL

MEET OUR RIDERS : Fernanda MACIEL

Aujourd’hui nous sommes fier.es de vous annoncer que nous comptons une nouvelle ambassadrice au sein de notre communauté. Fernanda Maciel vient de rejoindre la Riders Alliance. Elle nous explique comment elle arrive à concilier trail et protection de la montagne.

Je suis née à Belo Horizonte / Brésil, une grande ville de plus de 5 millions d’habitants, mais elle a été construite sur une grande chaîne de montagnes. Depuis toute petite, je n’aimais pas prendre le bus pour aller à l’école parce que je calculais le temps, et courir était plus rapide et moins cher pour aller de chez moi à l’école et revenir à la maison. La course RUNNING était mon moyen de transport dans ma ville. 

Ma passion pour la nature est apparue lorsque mes parents m’ont emmenée camper à travers les forêts à côté de grandes cascades de Serra do Cipó. Donc à 17 ans j’ai commencé à courir de chez moi à une cascade pour me baigner puis rentrer à la maison, c’était ce que j’aimais le plus faire pendant mes week-ends.

À 18 ans, j’ai commencé des études de Droit et après 5 ans d’université, je suis devenue avocate. J’ai toujours eu à l’esprit de travailler en tant qu’avocate en environnement. À 21 ans, toujours étudiante à l’Université, j’ai déjà eu l’opportunité de commencer à travailler en tant qu’avocate stagiaire pour mon Etat, le Minas Gerais. J’ai travaillé pour la Fondation Environnementale de l’Etat (Fundação Estadual do Meio Ambiente). Lorsque j’ai terminé mes études à l’Université, j’y ai suivi ma carrière d’avocat en environnement. C’était incroyable, j’étais le chef de la Section des Avis d’Infraction. Mon travail consistait à déposer des Avis d’Infraction et à faire un suivi pour évaluer ou punir ou donner la licence environnementale aux Industries, aux Aciéries ou aux Mines.

Aujourd’hui je ne travaille plus en tant qu’avocate environnementale, je suis devenue athlète professionnel en Ultra Trail et c’est pourquoi je vis à Chamonix.

Aujourd’hui, mon rêve et mon objectif sont de mener à bien des projets environnementaux liés à mon sport et d’aider des associations ou fondations sérieuses telles que POW. Je crois que nous pouvons sensibiliser encore plus de gens à cette lutte pour le bien de notre environnement.