POW x OSKARE x ARKOSE : La Blanche Neige débarque !

POW x OSKARE x ARKOSE : La Blanche Neige débarque !

Aujourd’hui article un peu spécial, puisqu’on a l’immense honneur de vous annoncer le fruit d’une collaboration avec la Brasserie Oskare et les salles d’escalade Arkose ! Ce fruit, il s’appelle « La Blanche Neige », et c’est une bière !
On voulait donner l’occasion de soutenir le mouvement tout en retrouvant le plaisir d’un verre entre ami.e.s et/ou en famille. Avec la période que nous avons traversé et l’été qui arrive, on sait à quel point nous avons toutes et tous besoin de moments de convivialité.
De plus, la grimpe en salle et l’amour de la nature sont très proches et complémentaires de notre démarche axée sur les montagnes, les plus enneigées possibles. Et puis c’est toujours plaisant de parler climat et mobilisation avec des bulles à la main !
C’est donc avec un grand plaisir qu’on vous annonce qu’à partir du 15 juillet prochain, on pourra boire « La Blanche POW », la première bière de Protect Our Winters France.
Et on tellement content de cette nouvelle, qu’on ne veut pas se contenter de vous annoncer son arrivée, on vous raconte l’histoire de sa création avec tous les détails ci-dessous !

IMPORTANT : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

L’histoire a commencé avec un de nos membres des POW Locals parisiens et contributeur 1% For The Planet, Arnaud Hiltzer. Il s’est rapproché des brasseurs de chez Arkose (à l’époque Louis) qui se sont montrés super intéressés à l’idée de monter un projet conjointement avec POW. Les grimpeurs des salles Arkose sont souvent aussi des pratiquants de la montagne, et encore plus souvent sensibles aux enjeux climatiques, le sens y était, il ne restait plus qu’à trouver le goût.

En tant que parisien moi aussi et président de l’association, je me suis donc sacrifié et rendu chez Oskare avec Arnaud, juste après le premier confinement, pour créer la recette de la bière idéale.
On la voulait rafraichissante, facile à boire à la montagne comme en ville, locale le plus possible. Une « blanche » nous semblait idéale, et après avoir discuté de nos gouts et couleurs avec Louis, il nous a invité à revenir gouter ses 3 créations.
Comme pour les 3 ours, l’une était trop ceci, l’autre pas assez cela, et la troisième : parfaite! On a validé la recette, et on est rentrés chez nous sans savoir que plusieurs mois allaient s’écouler avant qu’on ne soit en mesure de réaliser nos rêves houblonnés.

La prochaine étape s’est donc faite en juin dernier. Louis était parti vers de nouvelles aventures, et c’est Jean-Baptiste qui nous a accueillis chez Oskare, sorte de parking souterrain reconverti en brasserie avec vue sur une des fosses d’escalade d’Arkose Nation. Et réciproquement : on peut lire toute l’histoire de la bière entre 2 sessions de grimpes, et regarder les brasseurs au travail depuis chez Arkose.
Au fond de la grande pièce pleine de cartons, de cuves et de vélos cargos, une marmite géante fumait. La veille, les brasseurs avaient chauffé l’eau à 65° (il faut du temps pour monter en température cette cuve de 500 litres, 1° toutes les 2 minutes), et concassé les grains d’orge et de blé (car c’est une bière blanche). Ces céréales sont dites «maltées», car elles ont commencé à germer.

On a versé tout ça dans l’eau en « pagayant » bien pour tout mélanger, avec en plus « un peu » de flocons d’avoine, comme ceux du petit déjeuner. En tout on rajoute dans ces 500 litres d’eau environ 50kg d’orge maltée, 30kg de blé malté et une dizaine de kilos de flocons d’avoine. Ces derniers sont là pour la texture de la bière, qu’elle ne soit pas trop légère et aqueuse, avec si peu de céréales au final – il peut y en avoir plus de 130kg pour une brune – « on a beaucoup d’alcool, il faut donc la nourrir ! Là on sera entre 4° et 5° ».
On a ensuite laissé monter en température, avant de sortir le panier avec les céréales avant ébullition, qu’on rince rapidement pour en extraire vraiment tous les sucres. 1h d’ébullition du liquide, puis on rajoute les houblons, de souche alsacienne «Aramis», environ 1kg dont 1/3 au début pour l’amertume, car les huiles essentielles vont s’évaporer, et 2/3 à la fin de l’ébullition pour l’aromatique.

Après toutes ces opérations de brassage, « techniquement on peut boire la bière dans moins d’un mois, même moins, il faut 3 semaines environ aux levures pour faire leur travail ». On laisse les brasseurs à leur tache la plus longue et ingrate : le nettoyage de tout ce bazar de cuisine aux céréales.

On reviendra le 15 juillet, quand les fûts seront prêts à être branchés à la pression d’une des 4 salles Arkose parisiennes, puisque 4 soirées auront lieu (de 19h à 22h) dans les semaines à venir : 
– Arkose Massy le Jeudi 15 juillet
– Arkose Pont de Sèvres le Mercredi 21 juillet
– Arkose Nation le Jeudi 22 juillet
– Arkose Didot le Mardi 27 juillet
L’occasion de venir découvrir La blanche Neige, de profiter et/ou de découvrir les salles Arkose si vous ne les connaissez pas, et de venir rencontrer des bénévoles POW qui seront sur place ! 
Pour plus d’informations, on vous encourage à suivre Arkose et Oskare sur les réseaux !

Santé ! 🍻