fbpx

Synopsis :

 À l’aube du plus grand changement de l’histoire de l’humanité, toutes nos actions du présent ont des conséquences sur notre avenir, nous devons en être conscients. Face à ce constat, Gaëtan part à la rencontre de Victor Galuchot, Liv Sansoz et Tony Lamiche.
Ensemble, ils réfléchissent, échangent et se questionnent sur leurs pratiques du ski et leurs manières de vivre. Dans une quête éternelle de performance, ces skieurs professionnels démontrent que actions et réflexions écologiques ne limitent pas leurs pratiques, que ce soit pour explorer les plus hauts sommets des Alpes ou pour dessiner de nouvelles lignes sur leurs jardins.

“S’intéresser au problème est déjà une partie de la solution”

Gaëtan Gaudissard

L’AVENTURE VUE PAR POW FRANCE :

 Conscience, c’est l’idée folle de Gaëtan Gaudissard, réalisée par Alexandre Chambet. Ils ont emmené avec eux  une équipe de gens passionnés pour faire naître cette idée. C’est la remise en question du quotidien de skieurs professionnels, à travers les réflexions de Victor Galuchot, Tony Lamiche, Liv Sansoz et Gaëtan Gaudissard. Des personnes qui ont toutes, à un moment de leur parcours, pris conscience de l’impact de leur métier, et qui ont décidé d’agir, de minimiser cet impact, de se questionner pour tendre vers un mode de vie plus sain.

Conscience est là pour nous faire vivre les aventures et les récits de gens qui, à force de côtoyer la montagne, se sont rendus compte de l’urgence qu’il y avait à la protéger.

 

“En étant tout le temps en montagne, tu vois qu’il y a une grande évolution à l’échelle d’une vie humaine […] Moi je peux pas être témoin impuissante de ça, je veux être témoin actrice dans la mesure de mes moyens”

Liv Sansoz

“Il faut que tout le monde soit entrainé là dedans et qu’on voit pas ça comme quelque chose que l’on va subir […] on a l’occasion de finalement réinventer un futur qui nous donne envie”

Heïdi Sevestre

Gaëtan et l’équipe du film ont réalisé Conscience dans une démarche complète qui allait avec l’esprit du projet. Ils ont donc quantifié les émissions de gaz à effet de serre du film, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, pour comprendre les posts les plus émetteurs, la place de chaque paramètre, ce qui leur permettra ensuite de pouvoir s’améliorer à l’avenir, voir où sont les marges de manœuvre. Également pour estimer les économies déjà faites grâce à tous les efforts mis en place. Et ensuite, pour tenter de compenser au plus juste et avec leurs valeurs, les émissions émises durant l’aventure.

 L’utilisation de 3 420 km en train et de 594 km à vélo, en remplacement de la voiture individuelle, à permis d’économiser 828 kg CO2 eq. soit près de 30 % des émissions actuelles du film.

L’étude complète

“Là tout ce qu’on observe c’est exponentiel […] à l’allure où ça va, ce que nous on voit en 15 ans, si ça continue comme ça dans 10 ans on fera plus de ski”

Victor Galuchot

Soutenu par : 

Avec l’aide de :