Climat et médias Tour d horizon des mobilisations

Climat et médias Tour d horizon des mobilisations

Climat et Médias : Tour d’horizon des mobilisations

Depuis plusieurs semaines, la question de la place occupée par le climat dans les médias ressurgit, au sein du monde associatif notamment. Pour cause ? Une place quasi inexistante dans les sujets traités, et ce malgré l’urgence et les enjeux auxquels nous faisons face.

Si vous êtes arrivé ici sans passer par l’article expliquant notre campagne sur le sujet, c’est ici ! Si vous l’avez déjà lu, on vous présente maintenant différentes initiatives et contenus sur le sujet d’autres structures pour aller plus loin sur le sujet ↓

C’est l’appel dont vous avez peut être entendu parler ces dernières semaines : les structures portant l’Affaire du siècle, entre autres Greenpeace France et Oxfam France, ont lancé une pétition pour réclamer plus de climat dans les présidentielles. Pour signer et découvrir l’appel, c’est ici

Un récent collectif citoyen s’est créé sur cette question : Plus de climat dans les médias. Ils et elles se sont donné.es pour mission de suivre le traitement de l’urgence climatique par les JT et les chaînes d’informations en continu et d’interpeller ces dernières. Et ils ont également lancé une pétition ici.
Voici leurs comptes Instagram Twitter Facebook pour suivre l’avancée de leur travail.

Un autre collectif s’est créé récemment : Quota Climat. Un manifeste, mené par trois collaboratrices parlementaires, issues de différents partis, qui réclame l’instauration d’un quota climat avec un minimum de 20 % de l’espace audiovisuel disponible réservé à la question climatique. Pour retrouver le manifeste, c’est ici.

En attendant que nos appels soient entendus et que le prochain rapport du GIEC fasse la UNE de tous les médias durant des semaines, c’est important de mettre en avant les médias qui en parlent déjà ! Surtout avec une éléction présidentielle qui arrive à grand pas.
On vous conseille fortement le média Vert, un média indépendant qui traite de l’écologie au sens large. Il ont deux formats de newsletter, permettant de recevoir des actualités quotidiennement ou de façon hebdomadaire.
Vous pouvez évidemment les retrouver sur les différents réseaux, et en attendant que votre curiosité aille y jeter un œil, on vous conseille ces articles directement liés à notre sujet : ici et ici.

Pour continuer dans la rubrique médias qui parle du climat, on vous conseille le travail de Blast (également un média indépendant), et particulièrement de Paloma Moritz, journaliste spécialisée sur la question. De nombreux sujets sont traités en vidéos, toujours avec rigueur et pertinence ! 
Vous pouvez directement la suivre sur ces réseaux (Twitter et Instagram) et sinon la chaîne de Blast est ici.
Elle a animé en compagnie de Jean Massiet, (animateur sur twitch d’une émission politique) il y a quelques jours “Le débat du siècle”, une émission où les candidats à l’élection présidentielle ont été interrogées sur le rapport du GIEC, leur programme sur l’écologie… Vous pouvez retrouver ça ici.
Et ci-dessous une vidéo sur la question du déni climatique, en rapport avec Don’t Look Up.

D’autres médias plus ou moins jeunes et plus ou moins petits se développent sur la question climatique. On vous a présenté au-dessus ce qui nous parait être deux essentiels, mais nous vous en partagerons d’autres, notamment sur notre Instagram où nous essayons de mettre en avant les contenus et initiatives que nous validons ! 

Cette démarche de solliciter les médias, s’inscrit évidemment dans une urgence climatique, mais à très court terme dans une optique où la présidentielle est dans quelques semaines. On aimerait que les candidat.es soient bien plus interrogés sur leur programme, plutôt que de voir toujours les mêmes thèmes sur la table. A défaut de voir la situation s’améliorer d’ici là, on vous partage le travail du Réseau Action Climat qui propose 7 axes pour le climat en vue des prochaines échéances électorales : Transports, Industrie, Agriculture et l’élevage, Rénovation des bâtiments, Transition énergétique, Agir à l’international, et Verdir le budget de l’état.
On adhère à la démarche et aux idées, et on se dit qu’avoir ces axes en tête pourra peut être vous aider au moment d’aborder les programmes : si ça ne vous dira pas forcément pour qui voter, ça vous aidera peut être à savoir pour qui ne pas donner votre voix. Pour retrouver leur travail c’est ici.

Et pour conclure, on vous laisse avec une vidéo d’Extinction Rebellion. L’association, qui mène des actions directes de désobeissances civiles, a organisé une action devant France télévision, nommée “Au C(h)oeur de l’info” (plus d’informations ici).
Les militant.es d’Extinction Rebellion mais également de plusieurs autres associations et acteurs.trices impliqué.es ont donc projeté ce faux JT devant le siège le 21 février 2022, dans le cadre de leurs actions spéciales médias.

Anthony Chenot : La photo au service de la montagne

Anthony Chenot : La photo au service de la montagne

Anthony Chenot : La photo au service de la montagne

Aujourd’hui, présentation d’un photographe, nouveau bénévole de POW, qui a décidé de se servir de sa passion et son métier de photographe pour sensibiliser et s’engager sur les enjeux environnementaux en montagne. Au menu, discussion autour de son rapport à la montagne, aux sports d’hiver, à la photo … et d’un super projet !

D’abord, peux-tu présenter en quelques lignes qui tu es ?

Bonjour, je m’appelle Anthony Chenot et je suis photographe.
J’ai la chance d’être né à Annecy il y a juste 30 ans, et d’avoir pu apprendre à skier dès mes 3 ans. J’ai passé mon enfance au bord du lac d’Annecy à Saint Jorioz, allant au ski club les hivers et passant mes étés en voyage en Europe, dans un vieux T3 aménagé (avant même que ce soit de mode !).
J’ai ensuite découvert d’autres activités de montagne au fil de mon adolescence avant de tomber dans la photo vers mes 22 ans.

Pourquoi avoir souhaité rejoindre POW ?

Je connaissais l’asso de nom depuis quelque temps et c’est Léo, un des Athlètes de la team, qui a fait un appel auquel j’ai répondu lors du 1er confinement. Ce moment est venu s’inscrire dans une quête à m’investir dans des groupes environnementaux locaux près d’Annecy. J’ai donc sauté sur l’occasion avec l’envie de faire bouger les murs au niveau de l’écologie. Et pour cela rien de mieux que de passer aux actes, s’entourer, rencontrer, s’engager, partager. De plus, pour une fois, les sports de montagne font partie de l’identité d’une asso environnementale. Obligé d’adhérer !

Quel est ton rapport à la montagne et aux sports d’hiver ?

A vrai dire, je sens qu’il est en train d’évoluer, car j’ai une impression de consommation de la montagne. Peut-être à cause de mon passage de la trentaine. Mais j’aime toujours prendre plaisir à aller en montagne qu’importe la saison, que ce soit pour l’effort, le dépassement de soi, la contemplation, le partage, la tranquillité. Mais moins souvent qu’avant, car j’aimerai passer plus de temps pour des actions qui ont du sens au « moi d’aujourd’hui », c’est à dire au niveau du climat.

J’aime également beaucoup partager la montagne avec d’autres personnes. C’est grâce aux clubs et assos que j’ai appris et que j’ai rencontré mes amis et compagnons de cordée. J’ai voulu faire ma part, alors depuis quelques années j’encadre des groupes de ski de rando au Caf de la Roche sur Foron.

Qu’entends-tu par “une impression de consommation de la montagne” ?

Tu soulignes un point qui me touche particulièrement, que j’ai cherché au fond de moi à exprimer au mieux.
Bien entendu la montagne, la nature, le sport, nous apporte énormément. Cependant, à notre échelle individuelle, nous ne nous rendons pas encore compte de l’impact que nous avons sur elle. Nous commençons à prendre conscience que d’ici quelques décennies, nous ne pourrons plus aller skier, faute de neige ; que nous nous empoisonnons avec l’air pollué de nos vallées 2

Depuis environ 2-3 ans, je me documente sur le sujet, et cela affecte ma relation avec la montagne. Ai-je toujours envie d’en profiter en fermant les yeux sur ce que j’apprends ? La réponse est non. Je ne veux pas faire l’autruche comme nos anciennes générations. Certes, j’ai toujours plaisir et besoin de me retrouver en montagne, mais j’ai aussi cette envie bouillonnante au fond de moi qui veut agir pour le climat, même si je me perds souvent face à la taille de cet enjeu.

Alors oui, quand je vois une station de ski remplie de touristes qui viennent de parcourir des centaines de kilomètres en voiture et parfois même l’avion pour quelques jours en montagne, je vois une consommation de la montagne. Et le pire, c’est que nos stations et institutions connaissent les enjeux climatiques à venir, mais elles continuent tête baissée à foncer droit dans le mur !

Je le vois également dans nos activités individuelles, de la même façon que les voyages à voir le plus de pays possible, on veut faire toutes les plus belles randonnées, faire le Mont Blanc, participer à tel et tel événement, être le plus rapide sur Strava, faire la plus belle photo pour son Instagram. Le souci ici c’est la fréquence. Si c’est plusieurs fois par semaine, c’est un peu comme une drogue, on ne peut pas s’en passer, on est addict. On consomme la montagne. Du moins c’est mon ressenti.

De plus, toutes nos activités sont dictées seulement par l’argent et le temps. À aucun moment, on inclut dans la balance, l’impact environnemental de nos actions, déplacement, activités, achats, … C’est seulement en train d’évoluer gentiment surtout depuis le Covid. Je ne cherche à blâmer personne, mais plutôt à prendre du recul sur nos faits et gestes, nous questionner profondément pourquoi nous le faisons. Puis-je trouver des alternatives pour satisfaire mes besoins en réduisant mon impact carbone ?

Il existe à l’heure actuelle plein de solutions pour entamer cette transition au niveau individuel quasi sans effort. Moi-même, je ne suis pas parfait, mais je cherche à comprendre et à m’améliorer. C’est comme en randonnée, c’est en faisant un pas après l’autre qu’on arrive à notre premier objectif avant de poursuivre vers d’autres objectifs.

Depuis quand exerces-tu ton métier de photographe ?

Cela fait maintenant plus de 2 ans que je me suis lancé dans cette extraordinaire aventure. Je n’ai jamais autant travaillé dans ma vie depuis ces 3 dernières années. C’est tellement passionnant et dévorant qu’on ne s’arrête jamais !

Peux-tu nous en dire plus sur ton activité ?

En fait, je suis multi task. C’est à dire que j’ai commencé par vendre mes photos en tableaux, puis de poursuivre vers les expositions. Lorsqu’on découvre son travail imprimé en grand, on devient addict. C’est un monde passionnant, le hic, que c’est un gouffre en temps et en finance, alors j’ai changé de cap pour me diriger vers de la prestation photo. Sauf que le Covid est passé par là pour me couper l’herbe sous le pied. Depuis cet été, je fais des prestations pour des événements de trails et marques outdoor. Et pour continuer dans la diversité, depuis l’année dernière, j’organise des stages photos sur le terrain pour les particuliers qui souhaitent améliorer leurs photos sous différents thématiques. J’ai la chance d’avoir tout juste intégré un club photo à Genève pour y enseigner mes spécialités que sont le paysage et la photo de nuit. Ma première expérience dans les tirages d’art m’a permis d’intégrer la Galerie 361 en vieille ville d’Annecy où sont exposés certains de mes clichés. Et ce n’est pas terminé, il y a encore tellement de possibilités à créer ! Affaire à suivre !

Tu as un projet de calendrier, tu peux nous présenter en quoi ça consiste ?

En fait chaque année depuis 4 ans, je rassemble 12 de mes meilleures photos dans un calendrier. Comme mes valeurs environnementales sont de plus en plus présentes, cette année j’ai apporté quelques nouveautés : un papier certifié PEFC pour une gestion des forêts durable ; un imprimeur local avec les mêmes valeurs ; mon intégration au réseau 1% for the Planet ; un don de 1€ par calendrier sera reversé à POW France.
J’ai même ajouté un bonus pour une expérience immersive dans mon monde : 12 audios accompagnent ce calendrier pour découvrir l’aventure qui se cache derrière chacune photo. Des aventures qui traversent les frontières afin de donner l’envie de partir à la découverte de nos voisins des Alpes.

 

On félicite Anthony pour son travail et on le remercie son engagement ! On est ravi de le compter parmi la communauté POW !

Pour voir les photos sélectionnées et commander le calendrier d’Anthony, c’est ici : https://anthonychenot.com/calendrier/calendrier-2022/ 

Et n’hésitez pas à vous abonner à son Instagram pour voir son travail et être au courant de son actualité : http://www.instagram.com/anthony_chenot 

De notre côté, la période d’adhésion a repris, avec son lot de nouveautés : https://bit.ly/AdhésionsPOW 
Merci de votre soutien ! 

 


  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/ce-qu-il-faut-retenir-du-rapport-sur-la-pollution-atmospherique-a-l-origine-de-4-300-deces-par-an-dans-la-region-2295661.html .

  2. https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/ce-qu-il-faut-retenir-du-rapport-sur-la-pollution-atmospherique-a-l-origine-de-4-300-deces-par-an-dans-la-region-2295661.html .

Aventures sans voiture : La Flégère en juillet avec Julien Herry et Victor Daviet

Aventures sans voiture : La Flégère en juillet avec Julien Herry et Victor Daviet

Aventures sans voiture : La Flégère avec Julien Herry et Victor Daviet

On l’a assez répété et démontré durant notre campagne Objectif -57, l’impact du transport est colossal et c’est l’une des choses sur lesquelles nous devons agir, en essayant notamment de laisser la voiture à la maison quand on part en week-end lorsque c’est possible.
En partant de ce constat, Julien Herry et Victor Daviet sont partis pour une aventure sans voitures, qu’ils ont filmée pour notre plus grand plaisir !
Le film de leur aventure est à retrouver sur notre chaîne Youtube (ici)

En attendant, si vous ne les connaissez pas, auto présentation de nos deux comparses et de leur trip !

 

J – Mon nom est Julien Herry (surnommé Pica).
J’ai grandi dans la vallée de Chamonix et je suis naturellement devenu guide de haute montagne. Je suis passionné de snowboard et père de 2 enfants !
J’ai rencontré Victor quand il m’a embauché pour encadrer l’édition suisse des Safety Shred Days en 2020, puis nous avons passé 3 semaines ensemble au Pakistan cet hiver afin d’enseigner le snowboard aux populations locales via l’association Zom Connection!

V – Je m’appelle Victor Daviet, je suis originaire des Alpes du sud mais j’habite à Annecy depuis quelques années maintenant.
Je suis un grand fan depuis toujours de snowboard et ça fait maintenant 10 ans que je suis pro snowboarder spécialisé dans le freeride / backcountry.
Je suivais Pica et ses exploits en pente raide depuis quelque temps, mais on s’est rencontré récemment lors d’un trip qu’il m’a proposé au Pakistan de 3 semaines avec Zom Connection. Et nous avons vécu une belle aventure humaine !

J – Nous sommes allés glisser sur l’aiguille de la Gliere, juste au dessus du télésiège de l’Index dans la vallée de Chamonix! Je suis parti de la maison à vélo pour rejoindre Victor à la gare des Praz vers 8.30. De là on a marché jusqu’aux remontées mécaniques de la Flegere que l’on a utilisé jusqu’en haut de l’Index!
Le sommet étant encore dans les nuages, on a donc grimpé puis ridé un premier couloir à main gauche, court mais raide, sur une bonne neige de névé. Puis la météo s’est éclaircie et nous avons grimpé jusqu’au sommet de la Glière et profité d’une magnifique vue à 360 degrés avant que les nuages ne reviennent. Après une première pente en neige collante, le couloir suivant puis la pente de sortie nous  ont offert une belle neige de névé très agréable!
Retour dans la vallée très confortable en télésiège puis télécabine avant de savourer une bonne bière dans la vallée!

V – Pour ma part je suis parti d’Annecy ! Après un premier trajet en train (1h30) et une nuit sur le canap d’un pote (5 généps)  j’ai pris le train le matin pour rejoindre l’ami Pica et aller rider un 1er juillet ! Une première ! L’avantage c’était que nous étions seuls et que mis à part 3 ou 4 vélos nous avions la station pour nous ! Sur le télésiège nous avions la sensation d’être en Avril avec ces conditions.
La neige était de la soupe mais en snowboard, c’est très bon la soupe !

J – L’enneigement exceptionnel de ce début d’été offrent de nombreuses possibilités pour glisser à proximité des remontées mécaniques. Il me semblait intéressant de mettre ce ski local d’été en avant.
Avec le réchauffement climatique, l’enneigement est de moins en moins régulier mais occasionnellement, il reste des opportunités de prolonger la saison de glisse sans avoir à se déplacer à l’autre bout des Alpes ou de la planète.

V – Après 20 min de marche au bas du couloir nous avons réalisé qu’il y avait encore des mètres de neige ! Et qu’il était possible selon notre motivation de revenir encore pendant quelques semaines. Montée du couloir à suivre le chamois Pica dans le brouillard!
Arrivée en haut sur un petit col et de l’autre côté on pouvait apercevoir à travers une percée le Mont Blanc fraichement enneigé. Une belle récompense pour cette montée ! Ensuite place à la descente dans un couloir serré et amical ! Arrivés en bas c’était tellement bon qu’on a eu qu’une envie : remonter pour un 2ème couloir !

N’hésitez pas à suivre Pica et Victor sur les réseaux ! 
Chaîne Youtube de Victor : https://www.youtube.com/user/victordaviet/videos 

ELECTIONS : Et si on s abstenait de juger les abstentionnistes ?

ELECTIONS : Et si on s abstenait de juger les abstentionnistes ?

ELECTIONS : Et si on s’abstenait de juger les abstentionnistes ?

Papier un peu spécial aujourd’hui, qui prend la forme d’un billet d’humeur.
Cette fois, on n’a pas pour vocation à partager un certain nombre d’informations sur la mobilité ou la montagne, mais plutôt à porter un regard, une réflexion, sur le sujet qui occupait toute la place médiatique et politique il y a peu : l’abstention.

Après le premier tour, les débats étaient enflammés, les personnages politiques alertés et nous avons pu assister à une semaine d’entre-deux tours à base de réactions à chaud, de critiques voire de menaces contre les abstentionnistes avant le second tour. La suite de l’histoire a pu nous montrer, contre toute attente, qu’invectiver ces derniers n’a pas été une stratégie efficace pour remplir les urnes.
En tant qu’association qui réfléchit comment mobiliser face aux enjeux auxquels nous faisons face, on tenait à vous livrer notre sentiment sur ce que nous venons de vivre et sur la façon dont l’abstention est jugée en France.

D’abord, jetons un oeil aux chiffres ! 

Les chiffres du deuxième tour ayant bougé de manière non-significative (environ 1 point de moins), nous allons nous attarder sur les chiffres du premier tour.
Ce dimanche, deux tiers des Français pouvant voter ne se sont pas rendus aux urnes (66,7 %) pour le premier tour des élections régionales. Un record pour un premier tour des élections régionales, qui vient pulvériser les 53,67 % de 2010.

Mais surtout, un record absolu tout scrutins confondus en France (hors référendum, durant la Ve République)

Pour rester dans les chiffres, ce qui ressort de ce scrutin, c’est le taux incroyablement élevé d’abstention chez les plus jeunes : 87 % d’abstention chez les 18-24 ans, 83 % chez les 24-35 ans.
Les chiffres de l’abstention diminuent à chaque tranche d’âge supérieure et atteignent les 40 % chez les 70 ans et plus.

Une fois que le tableau est dressé, se pose plusieurs questions. Les deux qui ressortent le plus, qui enflamment les débats : pourquoi autant d’abstention ? Et comment lutter contre ?

Les raisons évoquées sont nombreuses et les avis divergent.
Pour certains, c’est symptomatique d’une indifférence envers la politique, d’un manque de devoir civique des plus jeunes générations.
Pour d’autres, comme Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, cela pourrait être en partie dû à la crise sanitaire : les campagnes ne se sont pas déroulées comme d’habitude, les gens ont préféré profiter de ce premier dimanche sans couvre-feu ni masque, etc.
D’autres problématiques viennent se mêler aux discussions, comme la date des élections reportées, les problèmes de distribution du matériel électoral par l’entreprise Adrexo, le manque d’assesseurs dans certains endroits…

Ces différents arguments peuvent être des facteurs aggravants, surtout si l’on y rajoute le traitement des élections régionales dans certains médias : l’omniprésence de débats sur la sécurité, qui n’est pas une compétence des régions, le manque d’informations justement sur le rôle des régions et des départements, etc.
En attendant, quand on voit les chiffres de l’abstention qui augmentent ces dernières années/décennies, on ne peut que constater que le mal est profond et continue de creuser.

Ce qui nous interpelle donc aujourd’hui, c’est plutôt la vision globale qui est proposée des abstentionnistes et la culpabilisation comme réponse au phénomène.
Vis-à-vis des premières raisons évoquées ci-dessus, voici ce que l’on pouvait entendre sur de nombreux plateaux tv, comme à BMFTV, où l’éditorialiste Christophe Barbier répond à la question « est-ce qu’il ne faudrait pas rendre le vote obligatoire ? » :
Mais bien sûr ! […] On ne va pas mettre les gens en prison s’ils ne votent pas, mais on va leur dire une chose très simple, vous ne vous intéressez pas aux régionales, vous vous abstenez pour les régionales ? Et bien vous manquerez les deux scrutins suivants, la présidentielle et les législatives. Je vous assure que si on avait fait ça, on aurait 80 % de participation ce soir. Mais évidemment, comme les Français sont obnubilés par les présidentielles, qui sont devenu l’enjeu majeur, voire le seul, ils ont tendance à négliger le reste, et ils ont tort ! […] C’est important, quand on pense à tous les Français, les milliers de français qui ont sacrifié leurs vies pour qu’on ait le droit de vote. Il suffirait de rendre le vote obligatoire avec cette punition douce et démocratique.

On ne rebondira pas sur l’expression « punition douce et démocratique », qui prend la forme d’un oxymore bien sordide.
Mais au-delà des propos de Christophe Barbier, cette proposition de rendre le vote obligatoire découle d’une pensée plus générale : les abstentionnistes n’ont aucune bonne raison de s’abstenir, justifiant ainsi de les pointer du doigt, de les culpabiliser…
Nombreuses sont les fois où l’on a pu entendre : « Si vous ne votez pas, vous ne viendrez pas vous plaindre ».

D’abord, traiter les « abstentionnistes » comme un groupe homogène est une erreur.
Toutes les enquêtes et études sur le sujet montrent bien qu’il existe différents types d’abstentionnistes, qui ont différentes raisons de s’abstenir.

Anne MUXEL, Directrice de recherches au CEVIPOF, parle de deux grandes catégories : les abstentionnistes « dans le jeu politique » et les « abstentionnistes hors-du jeu politique ». 6
La première catégorie étant plutôt des jeunes, des personnes diplômées, favorisées dans leur insertion sociale, et qui s’intéressent à la politique, voire peuvent se déclarer proche d’un parti.
Ces derniers s’abstiennent le plus souvent de manière intermittente et votent lorsqu’ils se reconnaissent dans une offre politique.
La deuxième catégorie se distingue plutôt par un retrait de la politique. On y retrouve le plus souvent les catégories dites «populaires », en difficulté d’insertion sociale. On compte également un plus grand nombre de femmes. Ces absents ne se reconnaissent pas dans l’échiquier politique et ont davantage de problèmes individuels étant des barrières à s’investir dans la scène collective.
Ils sont également davantage porteurs d’un refus et d’une contestation et sont davantage à espérer un changement complet de la société.
Ces deux grandes catégories, dans lesquelles s’en rangent d’autres, montrent la complexité et l’hétérogénéité des profils d’abstentionnistes. Il est donc problématique de penser qu’une solution simple pourrait venir résoudre un problème aussi large et en expansion.
Si les chiffres montrent une part plus importante d’abstention chez les plus jeunes et chez les populations les moins diplômées, les écarts se réduisent au fur et à mesure des années. 
Selon Anne MUXEL :
Les femmes, les non-diplômés, les populations urbaines, les jeunes aussi, se comptent toujours en plus grand nombre dans les rangs des abstentionnistes. Mais l’abstention gagne l’ensemble du tissu social. Il faut chercher d’autres modèles explicatifs, qui figurent de plus en plus les pièces d’un puzzle, complexe et difficile à construire, mais dont l’ensemble des éléments sont essentiels pour constituer le tout.

Le constat fait par Anne Muxel date de 2008. Depuis, la situation n’a fait qu’évoluer dans ce sens.
Ce dimanche, 75 % des ouvriers et des employés ne sont pas allés voter. Mais 69 % des cadres et des professions intermédiaires ont fait de même.
Le problème de l’abstention se généralise donc.
Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas prendre en compte les données représentatives des abstentionnistes, loin de là, mais qu’il faut éviter de penser qu’il y a un profil d’abstentionniste simple et unique auquel on doit trouver une réponse simple et unique.
Plus récemment, voici ce que disait Raphaël Challier, sociologue et chercheur spécialisé dans les questions de militantisme et de mobilisation, au micro de Mediapart après le premier tour :
Il y a une crise de la représentation, crise qui n’en finit pas de s’amplifier. Après les Gilets Jaunes, après l’émergence de mouvements, on a encore eu une solidification de l’abstention et des fractures entre les spécialistes de la représentation, de moins en moins nombreux, et des citoyens ordinaires, de plus en plus distant de ces enjeux »
Et quant à la raison de ce problème : « Il y a une multitude de facteurs, il n’y a pas d’explications simples et encore moins de recettes magiques pour corriger ce processus.

En effet, lorsque l’on demande aux citoyen.nes pourquoi ils s’abstiennent, les réponses divergent, comme le montre le dernier sondage Ipsos/Sopra-Steria ci-dessous 7

 

 

Revenons-en donc à notre sujet initial : la culpabilisation.
Pointer du doigt les abstentionnistes de ces deux derniers dimanches, c’est donc pointer du doigt plus de deux tiers de la population française en capacité de voter, issue de milieux et de tranches d’âges différentes. Depuis 1958 et le début de la Ve République, l’abstention n’a cessé de s’accroître, pour atteindre le record de ce week-end.
La fracture entre les citoyens français et le vote semble donc plus profonde qu’une indifférence ou un problème de crise sanitaire. Il faudrait donc avant tout éviter ce sentiment de supériorité et ces conclusions hâtives qui ne font pas avancer le débat.
L’argument numéro un mis en avant sans cesse est le manque d’implication des gens. Mais ces dernières années ont au contraire été le théâtre d’une implication citoyenne extrêmement importante en dehors des urnes. Le mouvement des Gilets Jaunes, les manifestations contre la Loi Sécurité Globale, pour la Loi Climat… cela représente des implications politiques de la part des jeunes, des milieux populaires etc.
La Convention Citoyenne pour le Climat a montré que 150 citoyens tirés au sort, pouvaient venir s’impliquer durant des mois dans une démarche politique et citoyenne, alors même que pour un certain nombre d’entre eux, ils n’étaient pas familiers avec les enjeux avant de recevoir leur convocation.
Nous recevions il y a peu Mathieu et Matthias, deux membres de la CCC, le replay est disponible ici : https://www.youtube.com/watch?v=BN7PfBgXRho 
Nous vous encourageons vraiment à aller les écouter sur leur expérience.

Voilà ici des exemples, parmi tant d’autres, qui prouvent qu’une envie de changement existe chez de nombreux.ses français.es. Mettre l’accent sur le manque présumé d’implication des citoyens, ce serait donc occulter une grande partie du problème qui relève davantage du personnel politique. 

Quand Gabriel Attal explique l’importance de la crise sanitaire dans l’abstention, fait-il allusion aux traces que la crise sanitaire a laissé chez des millions de personnes, due aux difficultés à vivre durant cette dernière année, et la déviance qui en découle envers la majorité qui a subi une déroute lors des régionales (trois candidat.es sont éliminé.es dès le premier tour, LREM obtient un score moyen de 11,4 % et n’obtient aucune région).
Quand Christophe Barbier explique que « les Français sont obnubilés par la présidentielle », il ne critique à aucun moment le fait que la vie politique de ces dernières années est centrée quasi uniquement sur Emmanuel Macron, ses ministres et sa majorité.
Les médias ont également leur importance quant au traitement des régionales ces dernières semaines.
Voici ce que Laurent Delahousse, lors d’un débat sur les régionales, mettait en avant justement :
Cette société consumériste, est-ce qu’elle n’a pas atteint aussi notre système médiatique et finalement les journalistes, les rédactions et les directions de rédactions, on va dire qui ne sont plus dirigés parfois par des journalistes […] quand on voit parfois sur des chaînes d’informations effectivement un produit d’information considéré comme un objet de consommation, c’est à dire qu’il alimente l’audience donc je l’utilise ? On ne traite plus parfois les sujets qui sont essentiels pour les français.es mais ceux qui potentiellement font du public. 8

Quand on pointe donc du doigt le fait que les citoyen.nes n’ont pas connaissance des compétences des régions ou des départements, quelle place est faite à la critique sur le fait que les débats aient autant tournés sur les questions de sécurité, que des chaînes d’infos continus manquent leur travail à ce niveau, voire plus pour le cas de Cnews notamment, qui s’est fait mettre en demeure par le CSA pour non-respect du pluralisme politique ? 9

Alors oui chez POW, après deux mois de campagne où l’on a essayé de vous montrer l’importance des régionales pour la mobilité, on regrette évidemment cette abstention. Mais on la comprend. Et surtout, on considère que les abstentionnistes ne devraient pas être montrés du doigt.
Notre humble avis et notre conclusion sur le sujet, c’est que chacun.e y gagnerait, que ce soit les personnages politiques, les médias ou chacun.e d’entre nous à davantage essayer de comprendre pourquoi telle ou telle personne ou groupe de personne s’abstient, et ce en allant plus loin qu’en tirant des conclusions avec ce que l’on a devant notre nez ou en créant les réponses qui nous arrange.
Si deux tiers de personnes n’ont pas souhaité participer au jeu politique que représente les élections, peut être que le problème vient du fait que le but du jeu était flou, que les choix proposés n’ont pas convaincu ou tout simplement que les règles fixées au départ sont à revoir.
Différentes situations, notamment la crise sanitaire, ont impacté des millions de français.es à différents égards, notre situation actuelle impacte et impactera encore dans les mois/années à venir des millions de français.es.
C’est une réalité dont il faut avoir conscience au moment de jurer le saint devoir civique ou « l’exigence républicaine », n’en déplaise à Jean Castex 10 

Symptômes révélateurs, les jours suivants le second tour, les discussions des parlementaires ont davantage portées sur la tenue de citoyennes françaises, qui ont voué leur dimanche à la tenue des élections en étant assesseuses, plutôt que de se pencher sur des questions comme la considération du vote blanc.

Heureusement, si les urnes sont un moyen de mobilisation, c’est loin d’être le seul. Des moyens d’agir en dehors des urnes existent, à différentes échelles, et c’est bien ce que nous comptons mettre en avant chez POW, motivés encore et toujours par les enjeux climatiques auxquels nous faisons face.

Meet the team : Arthur

Meet the team : Arthur

Je m’appelle Arthur, j’ai 21 ans et je suis bénévole chez POW France. Dans le cadre de mes études, je suis designer produit en alternance chez Samaya Equipment, entreprise qui est aussi très engagée dans la préservation de l’environnement. D’ailleurs on en discute avec Antoine Pin, le directeur des opérations de POW France.

C’est en tant que passionné de montagne et de sport outdoor que je me suis tourné vers POW, leurs engagements et la communauté m’ont tout de suite attiré. C’est lors de la diffusion du film Treeline avec Patagonia que j’ai rencontré Antoine, son envie de changer les choses et son enthousiasme m’ont poussé à devenir bénévole.

Être bénévole chez POW c’est se sentir utile pour la planète et agir concrètement dans le bon sens. C’est aussi rencontrer et échanger avec une communauté de passionné.es pour monter des projets et faire avancer les choses. Aujourd’hui j’essaie d’apporter mon soutien à POW France en les faisant connaitre partout autour de moi, en partageant leurs valeurs et en les respectant bien sûr. Je les aide à gérer les réseaux notamment en créant du contenu, que ce soit en graphisme ou avec des photos.